Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  STUDIO

Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Manigance, Dream Theater, Headline, Evergrey, Red Circuit, Zierler
- Membre : Abydos, Place Vendome
 

 Site Officiel (202)
 Myspace (195)

VANDEN PLAS - Chronicles Of The Immortals - Netherworld [path One] (2014)
Par FREDOUILLE le 7 Juin 2018          Consultée 597 fois

VANDEN PLAS est assurément un élève sérieux et appliqué. Le groupe vient une nouvelle fois nous le démontrer avec ce "Chronicles Of The Immortals - Netherworld [path one]", premier volet d’un concept-album aussi spectaculaire qu’imaginaire. Ce concept puise son inspiration dans une œuvre du même nom créée par l’auteur allemand de science-fiction/fantasy, Wolfgang Hohlbein, visiblement très connu (43 millions d’exemplaires vendus dans le monde) et qui est, il faut le souligner, un grand fan du groupe allemand depuis quelques années maintenant. Aussi, il a décidé de collaborer avec VANDEN PLAS pour ce projet qui fait d’ailleurs l’objet d’une seconde partie "Chronicles Of The Immortals - Netherworld [path two]" sortie en 2015. L’histoire et pour ne pas rentrer trop dans les détails relate un homme immortel traversant les siècles à la quête de réponses puisqu’il va devoir choisir son destin sur la base de visions qu'il reçoit d'un métamorphe satanique essayant de l'amener à renoncer à son humanité en échange du pouvoir de devenir un dieu éternel. Un concept ambitieux s’il en est et qui sert donc à merveille la musique de VANDEN PLAS.

Oublions donc un peu "The Seraphic Clockwork" l’album précédent et ses quelques 70 minutes, un poil consistant, pas désagréable du tout mais dont on ne retenait au final et malheureusement pas grand-chose. Oublions deux minutes aussi tous les défauts que je reprochais à VANDEN PLAS dans ma chronique dudit album. Concentrons-nous donc sur ce sublime "Chronicles Of The Immortals" et cette première partie, un brin plus court que son prédécesseur (un peu moins d’une heure à vrai dire, mais qui a certainement son importance dans la digestion finale) et dont on retient pour le coup pas mal de choses. Et oui VANDEN PLAS a mis les petits plats dans les grands et s’est sublimé concernant l’écriture de ce disque. Tout y est harmonieux, millimétré, pensé, réfléchi dans les moindres détails que ce soit au niveau du mixage de l’album, de l’agencement des morceaux, des orchestrations pour la plupart luxuriantes, des narrations, des chœurs, des passages calmes et passages plus énergiques ou bien encore des soli absolument flamboyants de l’ami Stephan Lill. L’ensemble est de mon point de vue beaucoup plus équilibré qu’à l’accoutumée, limpide aussi et assurément éthéré ce qui ne l’était pas forcément sur les albums précédents.

Soyons clairs ce disque m’a proprement bluffé c’est tout dire. Jamais je n’aurais pensé écouter VANDEN PLAS à un tel niveau de performance. Il n’y a guère que "The God Thing" qui atteignait ce degré de qualité. Du début à la fin on reste ici scotché devant tant d’harmonie, de légèreté, de beauté. Car oui VANDEN PLAS sans encore une fois être supra original, sans être réellement créatif ou innovant, défauts prédominants chez le combo allemand, il manque aussi et toujours ce petit brin de folie mais qu’importe, VANDEN PLAS se complaît dans ce qu’il sait faire de mieux à savoir un Metal Progressif racé pour ne pas dire classieux qui prend ici vraiment toute sa dimension. D’un haut niveau qualitatif, immédiatement reconnaissable, le Metal Progressif proposé ici par les Allemands est proprement impeccable, varié, carré, rien ne dépasse, alternant avec parcimonie passages musclés et passages calmes de toute beauté dotés des sempiternelles guitares lourdes et puissantes de Stephan Lill, complétées par les parties de claviers mélodiques, tantôt diluviens, tantôt subtils de l’ami Gunter Wërno lesquels confèrent d’ailleurs à l’album de la profondeur et de sublimes atmosphères savamment orchestrées et qui collent parfaitement à ce genre de concept album. Le tout étant bien évidemment magnifié par les vocalises toujours aussi exceptionnelles d’Andy Kuntz.

Difficile de ressortir tel ou tel morceau de cette galette tant l’ensemble ne semble ne faire qu’un. Bien évidemment on se délectera volontiers des orchestrations qui ornementent l’ensemble de l’album (sur l’apaisé "Vision" par exemple qui plante instantanément le décor avec son passage narré, ses chœurs et ses quelques notes de piano), des magnifiques mélodies qui sont ici omniprésentes que ce soit sur des interludes tel que "Misery Affection Prelude", morceaux plus calmes tel ce très joli "A Ghosts Requiem" sur lequel le piano de Günter prédomine et est suppléé par de superbes chœurs d’enfants (des chœurs d’enfants que l’on retrouvait aussi sur la fin du très brillant "The Black Knight", une des pièces-maîtresses de l’album) et par une voix féminine à la fois délicate et angélique. Celle de la très jolie Julia Steingass (présente d'ailleurs sur plusieurs morceaux de l’opus), chanteuse de session, et que l’on retrouvera d’ailleurs en duo avec Andy Kuntz sur la superbe et très touchante ballade au piano qu’est "Misery Affection". Du grand art !

Si l’album propose beaucoup de moments calmes, rassurez-vous il propose aussi de très nombreux passages plus pêchus avec des compositions plutôt solides, mais toujours un poil classiques pour certaines à l’image de "Godmaker" qui saura néanmoins ravir les plus metalleux d’entre vous, du pesant "Soul Alliance" un peu plus sombre et sur laquelle la basse de Torsten Reichert se fait entendre ou bien encore de "The King And The Children Of Lost World" plutôt bien construit avec une fin presque tonitruante. On retiendra enfin ce qui restera à mes yeux les deux meilleures compositions de la galette à savoir la très musclée "The Black Knight" un tantinet plus progressive avec quand même quelques moments d’accalmie et "New Vampyre" qui proposera non seulement quelques plans un peu plus techniques (soyez les bienvenus) et probablement les plus beaux soli de l’album, aériens et tout en finesse, servis avec une grande dextérité par l’excellent Stephan Lill. Du grand art là aussi.

À l’écoute de cette galette, le constat s’impose véritablement. VANDEN PLAS dans son style si reconnaissable vient tout simplement de sortir l’un de ses plus brillants albums. "Chronicles Of The Immortals" première partie en impose réellement avec ce Metal Progressif mélodique si bien huilé et qui tient vraiment du savoir-faire et du professionnalisme hors-pair des musiciens allemands. Comme je le disais plus haut tout est savamment dosé ici, les habituelles longueurs inutiles et passages parfois un peu barbants chez VANDEN PLAS ont été balayés. Le tout est superbement agencé, magnifié par de superbes mélodies avec qui plus est une volonté réelle d’offrir un univers qui colle au plus près du concept où l’émotion et les ambiances prédominent ici. Au vu de la qualité proposée ici sur cette première partie je n'ai qu'une hâte... Écouter la suite !

Note: un 4/5 archi mérité.

Morceaux préférés : "The Black Knight", "New Vampyre", "Godmaker", "Misery Affection"

A lire aussi en METAL PROG par FREDOUILLE :


THRESHOLD
Critical Energy (2004)
Le meilleur de THRESHOLD en live!!!




MAGELLAN
Impending Ascension (1993)
Grandiose tout simplement !


Marquez et partagez




 
   FREDOUILLE

 
  N/A



- Andy Kuntz (chant)
- Stephan Lill (guitares)
- Günter Werno (claviers, piano)
- Andreas Lill (batterie)
- Torsten Reichert (basse)
- Julia Steingass (chant guest)


1. Vision
2. The Black One
3. Godmaker
4. Misery Affection Prelude
5. A Ghosts Requiem
6. New Vampyre
7. The King And The Children Of Lost World
8. Misery Affection
9. Soul Alliance
10. Inside



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod