Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  STUDIO

Commentaires (5)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Site Officiel (15)
 Myspace (9)
 Chaine Youtube (10)

HAKEN - The Mountain (2013)
Par MEFISTO le 2 Mai 2018          Consultée 1507 fois

Je me rends compte avec les années comment le Progressif a été important dans ma vie. La beauté, la complexité et la mélodieuse avalanche d'émotions traduites par la majorité des groupes, de YES à PINK FLOYD, ont forgé mon oreille et ouvert mon esprit à toutes les éventualités. J'ai maintenant 37 ans et j'ai jeté mon dévolu il y a deux décennies sur le Metal comme style-étalon afin de pousser plus loin les expérimentations que je faisais en parallèle avec des genres connexes comme le Prog, le classique, la Dark Pop et le New Wave.

Alors quand je suis tombé sur HAKEN, avec ce "Mountain" en particulier, troisième album des Anglais, ma mâchoire s'est décrochée et est tombée lourdement sur le sol. Ces 62 minutes de musique enchanteresse représentent absolument tout ce que j'aime en Prog, de la poésie torturée à la GENESIS, en passant par les fresques spirituelles couchées par YES, sans oublier la sensibilité mystérieuse d'un PINK FLOYD ou les expérimentations procédurales d'un ELP. Ce carré d'as est pour moi, comme pour plusieurs d'entre vous sûrement, la référence. Ça plane pour nous, comme chantait l'autre…

"The Mountain", tour à tour sirupeux, épique, anecdotique, accrocheur, puissant et divertissant au maximum, arrive à tirer son épingle de la ligne du temps en conjuguant références AAA et idées nouvelles, grâce à un talent de compositeur extraordinaire. Après deux albums-tremplins fort remarqués, il se la joue grand public avec ce skeud très facile d'accès et touffu, craquant, irrésistible, moderne et multicolore. Un disque qui ferait s'ébahir le vieux hardos de 60 balais comme le jeune intello en quête de jouissances neuronales.

HAKEN s'amuse à tracer un sentier fort tortueux pour ceux et celles qui oseront s'aventurer sur la piste pour gravir sa montagne. Il nous prend d'abord par les émotions avec l'intro vaporeuse "The Path", dont la trame sera reprise plus loin pour boucler la boucle. Commence alors le manège en dents de scie, où on est (mal)mené sous des cieux variables.

Prenons tout d'abord les brûlots, avant de s'attaquer aux mammouths. "In Memoriam", "Because It's There" et "As Death Embraces" offrent de courts et merveilleux moments de Heavy/Prog, tantôt hyper directs et techniques, tantôt dans une ambiance de recueillement dépouillée de tout artifice. L'alpha et l'oméga, le yin et le yang ; HAKEN dans toute sa subtilité, fleur bleue et tendre sous la carapace alambiquée. Que de crème chantilly au pays des embrouilles avec ces Anglais…

Bon, passons aux choses sérieuses maintenant, car c'est bien dans les longues et fastidieuses compositions que le groupe se réalise. Véritable virtuose aux propensions cinématographiques et aux éboulements sonores organiques, HAKEN nous joue le grand jeu dichotomique sur la gentille "Atlas Stone", la grandiose "Falling Back To Earth" et la mathématico-arabique "Pareidolia", habitées par un conflit entre l'envie d'en mettre plein la vue techniquement (breaks et soli compris) et séduire par des mélodies et refrains poignants. Deux aliens se dressent en leaders dans ce chantier, soit "Cockroach King", rat de laboratoire déjanté et shooté aux stéroïdes, ainsi que ma préférée, la dramatique et bouleversante "Somebody", sorte de "The Show Must Go On" actuel et patient, doublé d'une finale tonitruante et électrisante.

Le premier sentiment qui m'habite après chaque gravissement de cette montagne est celui d'en avoir eu pour mon argent. Ouais, très platonique et masculin comme réaction. Cela cache toutefois une plénitude absolue, une sensation de gratitude envers HAKEN et la vie en général, qui nous a offert un passeport pour le ciel avec cet album de génie. On flotte, on nage dans les nuages, on rebondit sur les rayons du soleil et on cabriole comme des enfants prisonniers de leurs rêves. Des rêves de mélomanes qui ont muté vers des fantasmes que l'on croyait irréalisables… Jusqu'à ce que ces Anglais croisent notre route et bâtissent un pont doré entre nos souvenirs immortels et nos espoirs démesurés.

"The Mountain" ou l'accomplissement de mes désirs progressifs latents. The Mountain", ou le nec plus ultra de la musique sans frontière, votre sherpa surdoué sans peur qui vous mènera au sommet en absorbant vos doutes. Rendu au sommet, serrez-lui la main et faites-lui promettre de vous accompagner à nouveau très prochainement pour ne pas que cette magie s'estompe. (…) Naïf que vous êtes… HAKEN a tout prévu : l'aura de "The Mountain" ne s'estompera jamais, il s'en est assuré auprès des dieux eux-mêmes.

Alors montez, descendez, remontez, redescendez à volonté, l'album ne s'effritera jamais.

Note : la perfection.

(*) En groupe de son temps, HAKEN a réservé deux bonus digitaux à ses fans avec "The Path Unbeaten" et "Nobody", excellentes versions acoustiques de deux des passages les plus marquants du disque. Wow, quelle belle manière de déposer une cerise sur le sundae…


Podium : (or) "Somebody", (argent) "Cockroach King", (bronze) "Falling Back To Earth".

Indice de violence : 1/5.

A lire aussi en METAL PROG par MEFISTO :


LEPROUS
Coal (2013)
Putain que c'est bon...




CORMORANT
Diaspora (2017)
Noire progression


Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Richard Henshall (guitare, synthé)
- Ross Jennings (chant)
- Raymond Hearne (batterie)
- Diego Tejeida (synthé)
- Charlie Griffiths (guitare)
- Connor Green (basse)


1. The Path
2. Atlas Stone
3. Cockroach King
4. In Memoriam
5. Because It's There
6. Falling Back To Earth
7. As Death Embraces
8. Pareidolia
9. Somebody
10. The Path Unbeaten [digital Bonus]
11. Nobody [digital Bonus]



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod