Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH MELODIQUE  |  STUDIO

Commentaires (5)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Dark Tranquillity, The Absence , Hypocrisy
- Membre : Opeth
 

 Site Officiel Du Groupe (651)
 Myspace Officiel Du Groupe (317)
 Myspace Officiel Du Groupe (277)

AMON AMARTH - Jomsviking (2016)
Par FENRYL le 29 Avril 2016          Consultée 3146 fois

La corne de brume retentit… Je me retourne, regardant au loin le guerrier indiquant le signal du départ… C'est le moment.
Le vent violent et glacial fouette le visage de mes compagnons. Posté à l'avant de notre embarcation, face à la tête de proue, je regarde les éléments déchaînés, la mer en furie ne semblant toujours pas décidé à nous accueillir sereinement… Les efforts de mes camarades pour extraire de la côte notre drakkar sont conséquents et nous quittons les terres de mon enfance, direction l'inconnu, comme le veut notre destinée… Nous, les membres de la Jomsviking…
Je décide donc de passer le temps en portant à mes oreilles mes écouteurs d'Ipod...


Outch, bel anachronisme ! Mais l'idée est bien là : AMON AMARTH, pour son dixième opus studio s'offre enfin ce qu'il était né pour pondre : un concept album !
Alors oui, forcément, quand on propose depuis toujours des albums autour de la mythologie nordique, on peut aisément mettre en avant que c'est toujours le principe de la narration d'une histoire certes ! Mais au final, les suédois ont poussé la formule jusqu'au bout, à grand fort de réseaux sociaux notamment !

Les Jomsviking sont donc une troupe de mercenaires d’élite vikings. Des guerriers de tous âges, prêts à embrasser toutes les causes nobles leur garantissant l’accession au Valhalla dans la fureur, le sang et l’honneur. Cet ordre légendaire de vikings mercenaires est rencontré dans les sagas nordiques, et combat dans toute l’Europe et le Moyen Orient.
Intéressant !

L’histoire racontée ici se déroule durant la période des Jomsvikings donc. Cet univers sert de décor à l’histoire d’un jeune homme qui tombe amoureux d’une femme déjà promise au mariage. Entre temps, il tue accidentellement le bras droit du comte (« The first man I killed was the earl's right-hand man », première ligne de "First Kill" le tube d'ouverture) et doit s’enfuir, mais promet de se venger et de reconquérir la femme qu’il aime.
Le décor est planté, de façon assez classique ! Qui a dit au fond, c'est le pitch grosso merdo du "Bossu" ?!

Makoto Yukimura pourrait sans doute trouver ici la bande son idéale à son chef d’œuvre "Vinland Saga" (*), illustrant sur le même thème de la vengeance aveugle du viking durant l'arc de l'histoire couvrant les tomes 1 à 8.

Les influences Heavy sont légions et je ne citerai que IRON MAIDEN ultra présent sur "At Dawn‘s First Light" ! Les guitares sont plus aériennes, virevoltantes et beaucoup plus mélodieuses que par le passé : écoutez ce solo en twin guitares et dites moi le contraire ! Dans le même genre, "Wanderer" saura vous contenter !

Moi qui, le premier, demandait finalement au groupe de proposer tout de même un peu d'évolution, je suis servi. Je vous préviens tout de même : les plus mordus du Death Mélodique caverneux en seront sans doute pour leurs frais et regretteront le temps du passé mais il faut bien reconnaître que AMON AMARTH a su rendre son Death encore plus mélodieux que jamais.
Néanmoins, tout cela reste du AA pur jus : la voix de Hegg est toujours aussi gutturale et sublime, Mikkonen et Söderberg sont toujours aussi complémentaire et offrent davantage de lignes claires et mélodieuses. Même Fredrik Andersson qui a quitté le navire après 17 années de bons et loyaux services ne semble pas avoir perturbé la marche en avant de nos Vikings suédois (on notera ainsi la présence derrière les fûts de Tobias « Tobben » Gustafsson, ex-VOMITORY, qui se glisse à merveille dans la tenue du marteleur, sans dénoter !).
Mieux que tout, c'est bien un duo qui vient quasiment conclure cette épopée avec rien de moins que notre DORO PESCH (presque) nationale ! Jouant le rôle de la promise dans cette romance impossible (les amants ayant été séparés par le temps). La voix tremblotante de la Madame dénote tout de même car l'assortiment avec celle de Johan n'est pas évidente ! Mais on y prend goût et cette grande première passe l'épreuve relativement bien… Pas sûr en tout cas une fois encore que l'unanimité se fasse autour de cette affaire du côté des fans !

Andy Sneap encore et toujours présent pour signer une production carrée mais plus "chaude", plus ronde, offrant à l'ensemble un côté moins cinglant que par le passé.
On notera également la présence beaucoup plus marquée de nappes de claviers venant conférer à l'album cet aspect soigné et ambiancé : "One Thousand Burning Arrows", mid tempo de toute beauté marqué par son bridge qui vous fera fermer les yeux, ou les chœurs éructés sur "Raise Your Horns" (future hymne à hurler en concert).

Attention, la furie et le tube introductif sont de la partie, pas de panique ! "Vengeance Is My Name" remplit la première fonction : énergique, burnée et féroce. "First Kill" est, comme de coutume, le premier titre, le premier hymne ! Cette track se révèle avec le temps (les premières écoutes ont été sans réelle saveur pour ma part avant de prendre une nouvelle direction, car moins immédiat qu'un "Twilight…" of course).

AMON AMARTH se comporte comme un groupe de vikings du début à la fin : il explore des contrées inconnues, expérimente et tente de conquérir avec plus ou moins de réussites ces nouvelles zones explorées. "Jomsviking" est en ce sens une véritable satisfaction.
Sans renier sa multitude de points forts, le groupe prend le risque… de se risquer à bouleverser sa routine si bien huilée. En se mettant en "danger" (le terme est fort car le risque objectivement bien minime), les suédois donnent encore davantage de crédits à leur Death Mélodique si propre et personnel. Chaque chapitre de cette histoire est une réussite et l’homogénéité de l'ensemble donne du sens à une écoute répétée de cette aventure Viking… Bravo.

(*) chef d’œuvre du manga, série en cours (15 tomes).

A lire aussi en DEATH MELODIQUE par FENRYL :


TO THOSE WHO LIE BENEATH
An Awakening (2010)
Attention, avez-vous assez de corones ?




ARSIS
A Celebration Of Guilt (2004)
Vent frais, vent du matin...


Marquez et partagez




 
   FENRYL

 
  N/A



- Johan Hegg (chant)
- Olavi Mikkonen (guitare)
- Johan Söderberg (guitare)
- Ted Lundström (basse)
- Tobias « Tobben » Gustafsson (batterie)


1. First Kill
2. Wanderer
3. On A Sea Of Blood
4. One Against All
5. Raise Your Horns
6. The Way Of Vikings
7. At Dawn‘s First Light
8. One Thousand Burning Arrows
9. Vengeance Is My Name
10. A Dream That Cannot Be
11. Back On Northern Shores



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod