Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Annihilator
 

 Facebook (383)

OMEN - The Curse (1986)
Par DARK SCHNEIDER le 17 Avril 2015          Consultée 1538 fois

Malgré des qualités évidentes, "Warning Of Danger" ne parvenait pas vraiment à s’extraire de l’ombre de "Battle Cry". Pas assez innovant sans doute, malgré de timides tentatives. C’est peut-être ce qui a décidé Kenny Powell de faire quelque peu évoluer sa zic sur le troisième album d’OMEN. Un changement en douceur, mais un changement quand même. "The Curse" se distingue en effet. Si le son reste similaire, on est loin d’une copie carbone en termes de compositions. OMEN fait les bons choix : l’ambiance épique est toujours là, les cavalcades aussi, et le chant de J.D Kimball est meilleur que jamais. Mais les morceaux sont bien plus variés, et le travail sur les ambiances est très poussé.

OMEN accouche, pour la dernière fois de sa carrière, d’un album de grande qualité, très consistant, qui ravira à la fois les fans d’un Heavy Metal traditionnel lorgnant sur IRON MAIDEN, les amateurs d’un Power Metal américain plus violent et les rêveurs avides de Metal épique. OMEN manie tous ces genres avec facilités et le résultat a la classe, qu’on se le dise. Kenny Powell, qui reste toujours le principal maître d’œuvre, est manifestement un pur metalhead. Pas un simple guitariste s’éclatant sur son instrument, mais un fan de Metal suivant de près la scène. Ce qui le conduira à vouloir s’adapter, parfois pour le pire, mais sur ce "The Curse" il a tout bon. Le morceau qui nous met en alerte est en premier lieux le superbe "Holy Marty". Sur ce titre envoutant, OMEN lorgne du côté de MANILLA ROAD, et approche grandement de la grandeur de ce dernier, qui était à cette époque à son pinacle artistique. La prestation de J.D Kimball n’y est vraiment pas pour rien, ce dernier insufflant à "Holy Martyr" un lyrisme digne de Mark Shelton. Et OMEN de nous le confirme avec "Eye Of The Storm", qui enfonce le clou dans une veine encore plus « Sheltonnienne ».

Et de fait, J.D Kimball ne cesse de surprendre sur ce disque. Si bien sûr il continue de desservir des lignes de chants proches de ce qu’il faisait jusqu’à présent, il élargit sa palette vocale de façon impressionnante. De l’épopée épique et lyrique donc, à un chant plus sombre et menaçant (le terrible pont de l’hymne au Metal "Kill On Sight", décrivant une horde de métalleux qu’on n’a vraiment pas envie de faire chier), et franchement agressif sur lequel on sent parfois l’influence de METAL CHURCH. Évident sur l’éprouvant "Bounty Hunter". Ce type avait alors atteint sa pleine maturité vocale, digne des plus grands.

Les tueries s’égrènent sur "The Curse", comme autant de perles sur un rosaire. "Teeth Of The Hydra" est un des hymnes incontestables d’OMEN. Un morceau à ranger dans la catégorie épique, à l’intro ressemblant étrangement à ce que fera MAIDEN deux ans plus tard sur le titre "Seventh Son" (de quoi se poser des questions), et au refrain grave et intense. Le morceau titre, lui, est dans la droite lignée des missiles très directs de "Battle Cry", témoignant d’un groupe qui cherche certes à se faire plus varié et alambiqué, mais voulant asseoir le fait qu’il sait toujours s’y faire en titre speed et véloce. Enfin, le morceau instrumental "S.R.B" ne fait pas semblant ! Beaucoup plus convaincant que son alter-ego de "Warning Of Danger", il délivre des mélodies qui font mouche tout en développant une sacrée puissance de feu. Carrément un des meilleurs moments de l’album.

C’est la fin de l’épopée glorieuse pour OMEN. Le groupe délivrera encore un maxi avec J.D Kimball au chant avant que le serpent ne se mue définitivement en une bestiole bien moins venimeuse. Le groupe ajoutera donc quelques chapitres à son histoire, mais qui sembleront apocryphes en raison de la splendeur de la trilogie initiale. Les vrais Metalheads se jetteront sur ces fougueux trois premiers albums, les suivants seront réserver aux curieux.

A lire aussi en HEAVY METAL par DARK SCHNEIDER :


STORMWITCH
Eye Of The Storm (1989)
Stormwitch entame un virage encore plus mélodique




LOUDNESS
Live-loud-alive (1983)
LOUDNESS met le feu à Tokyo


Marquez et partagez




 
   DARK SCHNEIDER

 
  N/A



- J.d. Kimball (chant)
- Kenny Powell (guitares)
- Jody Henry (basse)
- Steve Wittig (batterie)


1. The Curse
2. Kill On Sight
3. Holy Martyr
4. Eye Of The Storm
5. S.r.b.
6. Teeth Of The Hydra
7. At All Cost
8. Destiny
9. Bounty Hunter
10. The Larch



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod