Recherche avancée       Liste groupes



      
SPACE ROCK  |  STUDIO

Commentaires (3)
Lexique stoner
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Spiritual Beggars
 

 Site Officiel (541)
 Myspace (494)

MONSTER MAGNET - Last Patrol (2013)
Par CHAPOUK le 20 Février 2015          Consultée 2621 fois

Quelques changements ont eu lieu chez MONSTER MAGNET depuis la cure de désintox du cher Dave Wyndorf. Premièrement, le groupe s’est séparé de son fameux guitariste, Ed Mundell, après "Mastermind". Il a été remplacé par Garrett Sweeny. Et deuxièmement les fans qui espéraient depuis un certain moment un retour aux sources vont être servis ! D’ailleurs Dave décrit son dernier bébé comme « des contes sur une revanche cosmique, qui fait grimper la libido, et sur l'aliénation et l'étrangeté »

Et oui comme cette super phrase Kamoulox le laisse entendre « le monstre en accessoires de frigo » s’est décidé à revisiter l’univers du Space Rock à l’instar d’un "Superjudge" ou "Spine Of God". Toutefois, il ne délaisse pas pour autant le virage Hard-Rock, pris ces dernières années, qui lui donne un côté plus accessible, certes, mais également plus pêchu. Mais ne cherchez pas pour autant des tubes à gogo ici, ce ne serait pas en accord avec le feeling du skeud.

Sur ce nouvel opus, la bande de Dave a décidé de prendre son temps : la majorité des chansons s’étire en longueur (mention spéciale au titre éponyme et à ses 9 minutes) sans jamais lasser l’auditeur, juste l’hypnotiser. Pourtant c’est vrai que les riffs, les mélodies sont souvent simplistes et répétitives alors comment se fait-il qu’on ne décroche pas ?
Eh bien, parce qu’il y a juste ce qu’il faut de titres sur l’album.
Parce que depuis plus de 25 ans, les MONSTER MAGNET nous prouvent qu’ils maîtrisent l’art du Stoner, du Hard Rock et du psychédélisme.
Et parce que le mélange est savamment effectué entre titres burnés et odes à la fumette.

Écoutez cette introduction qui arrive tout en douceur, c'est un bijou de simplicité. Une légère mélodie à la guitare vient supporter la voix suave de Dave, qui apporte quelques accents de chaleur à cette atmosphère envoûtante qui plane ici. La conclusion "Stay Tuned", aux allures de générique de fin, bluesy, est construite sur le même principe (une guitare, Dave, et quelques légers arrangements). Elle termine cette galette sur la même note que celle qui l'a commencée : le calme. Ces deux pistes sont de vraies invitations au voyage psychique.

Mais d'autres morceaux ne donnent pas leur part au chat non plus !

"Three Kingfishers", la reprise du groupe DONOVAN, nous permet de mettre un pied au Népal (avec tous les hippies fumeurs de weed en quête d’une certaine évasion spirituelle psychédélique) grâce à l’utilisation, de façon quasi-incantatoire, des percussions et du sitar. On peut lui trouver également de grosses similitudes avec BLACK SABBATH, mais surtout le SAB’ de "Planet Caravan" ou de "Zeitgest".
"The Duke (Of Supernature)" fait également partie de ces instants planants lorsque Wyndolf se transforme en réincarnation de Joe COCKER et apporte un feeling bluesy au morceau, que l’on peut également retrouver sous une autre forme sur "Paradise".
Et "Mindless Ones" quant à elle fait un peu office de passerelle entre les titres plus énervés et les précédents. Malgré ce son plus gras, plus lourd que tout ce que l’on a entendu auparavant, on est très loin de l’indigestion. L’intro spatiale, les soli inspirés de Caivano, les excès de fuzz et de reverb qui occupent agréablement les pré-refrains et le refrain, tout ça mélangé et agrémenté de la ligne de chant bien rentre-dedans de Dave donne un cocktail détonnant !

En parlant de dynamisme, "Hallelujah" est un petit brûlot de Hard Rock sympathique à la rythmique entêtante (qui donne envie de frapper du pied sur le sol) et au refrain costaud très marqué par un côté seventies. "End Of Time" surprend de son côté avec cette rythmique rapide, ces bruitages marrants et cet abandon de toutes les influences citées précédemment pour créer, sur le final, quelque chose d’épique. J’ai précisé sur le final, car c’est uniquement à ce moment-là que le morceau prend une forme ; le reste du temps il est plutôt répétitif et semble, au bout de quelques minutes, interminable.
Une chose que "Last Patrol" a joliment évitée. Même si cette composition de Space Rock dure 9 bonnes minutes on ne la voit absolument pas passer entre les changements de rythmiques, les arrangements alambiqués, les soli déjantés et ces variations d’ambiance.

Le groupe sait à la fois se faire trippant, mystique et agressif. Il sait agiter de façon totalement charnelle nos sens à grand renfort de rythmes magnétisants, de guitares parfois ensorcelantes, parfois féroces, et d'une sensibilité toujours présente. Bref, MONSTER MAGNET c’est de la musique de pôle-dance !

Non, trêve de connerie…

Sur cet album le groupe renoue avec ses origines et par conséquent, ses plus vieux fans. Ces derniers ne seront pas déçus du fait que Monsieur Dave en ait eu un peu plein le cul du tournant « machine à tubes » pris par son groupe, et qui a marché un certain temps… Sur ce "Last Patrol" la créativité semble être de retour dans l'ensemble. Ce skeud n’est surement pas un nouveau "Spine Of God", la bande de monstre ayant nettement évolué musicalement depuis cette époque, mais il n’en reste pas moins jouissif puisque ces dignes héritiers d’HAWKWIND ont su puiser dans leur expérience pour composer au mieux.

Et c'est un pari réussi !

A lire aussi en STONER par CHAPOUK :


SPIRITUAL BEGGARS
Spiritual Beggars (1994)
Dans le désert, les Beggars offrent le Stoner




MONSTER MAGNET
Milking The Stars: A Re-imagining Of Last Patrol (2014)
On joue d'abord pour nous !


Marquez et partagez




 
   CHAPOUK

 
  N/A



- Dave Wyndorf (guitare, chant, clavier)
- Philip Caivano (basse, guitare)
- Bob Pantella (batterie, percussions)
- Garrett Sweeny (guitare, sitar)


1. I Live Behind The Clouds
2. Last Patrol
3. Three Kingfishers
4. Paradise
5. Hallelujah
6. Mindless Ones
7. The Duke (of Supernature)
8. End Of Time
9. Stay Tuned



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod