Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER DEATH MOU  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Cancer, Gorefest
- Membre : Bolt Thrower
- Style + Membre : Memoriam
 

 Facebook (709)
 Myspace (412)

BENEDICTION - The Dreams You Dread (1995)
Par DARK MORUE le 13 Juillet 2014          Consultée 1609 fois

Après "Transcend The Rubicon", BENEDICTION est lancé. Le groupe est grand et domine tout. Son opus dévastateur et d'une puissance phénoménale bardé de riffs qui lattent a fait mouche et a eu le succès mérité. Pour une fois. Alors, il serait normal de continuer sur la lancée, de rester sur les acquis et se poser un peu pour faire le maximum de dégâts. Genre voilà, y a une formule gagnante, et l'inspiration. Alors on garde tout ça et on réitère, on refait au moins le même en moins bien histoire de donner quelques compos sur lesquelles se foutre sur la tronche, je sais pas, quelque chose du genre. Merde.
Vous vous doutez bien que si je commence à rager comme ça dès l'intro c'est que ça s'est pas du tout aussi bien passé. Parce que quelques deux ans après, nos British ont repris le chemin du studio, avec un line-up identique à part un nouveau batteur tout jeune, qui les suit toujours à l'heure actuelle. Pour nous accoucher de ce... Ce truc-là, avec une pochette au concept intéressant mais foncièrement moche. Et oui, vous le savez déjà à ce point de la chronique, "The Dreams You Dread" est une catastrophe, de l'ampleur du second MASSACRE et autres opus honteux que les groupes ont tendance à un peu renier (mais pas eux, qui continuent fièrement d'en jouer plein de morceaux en live).

Toujours porté par Nuclear Blast, enregistré produit et mixé par Paul Johnson qui sait désormais bien mettre en valeur ce qui lui passe entre les pattes. Bref, on a pas changé l'équipe. Par contre musicalement c'est une régression tellement violente qu'on ne sait pas ce qu'ils ont pu foutre pendant le laps de temps pas si long que ça qui sépare cette merde du chef d’œuvre précédent. Ni même du petit EP "The Grotesque/Ashen Epitaph" qui restait totalement dans la lignée. Comme si d'un seul coup ils étaient bons pour la maison de retraite. On verse carrément moins dans le Death Metal, le tempo a été bien ralenti (et pourtant Dieu sait que c'était pas un gros déballage de furie par le passé) et on se concentre maintenant sur une sorte de Death Groovy qui flirte un peu avec le Power US. Et c'est d'une nullité et d'un ennui qui rendrait jaloux SIX FEET UNDER. Parce qu'à part quelques morceaux bien isolés, il n'y a vraiment rien, mais rien à sauver.

Alors on va commencer par le positif. Le titre éponyme qui termine l'album bourre bien sans toutefois briller. Ces quelques 2 min doivent contenir à peu près autant de coups de baguette sur la caisse claire que les 43 autres. On note aussi une "Where Flies Are Born" qui s'écoute toute seule, avec une accélération bien sentie après un début chiant à mourir. Et un titre qui convainc à peu près tout le monde, l'opener "Down on Whores (Leave Them All for Dead)" qui est un putain de tube, avec des bons riffs et un refrain qui reviendra nous hanter longtemps qu'on le veuille ou non. Pour le reste, rien à sauver. C'est chiant, mais chiant, mais à un point qu'on aura rarement entendu. Au bout de 3 titres on en peut déjà plus, et le pire est à venir. Le groupe joue au ralenti, et enchaîne des riffs qui se veulent accrocheurs et auraient leur effet si un travail de composition moins plat leur donnait un quelconque relief. En l'état, c'est juste soporifique au possible et carrément honteux.

Là, en gros, on enchaîne un riff mid-tempo groovy, avec du mid-tempo groovy, puis du mid-tempo groovy. Et sans la moindre forme d'ambiance. C'est juste d'un ennui épique. On en est au point où entendre un sursaut rythmique durant le solo de "Denial" provoque l'extase alors qu'objectivement c'est quand même franchement moyen. Et merde, Ingram, il lui est arrivé quoi... Le bougre donne l'impression de ne même plus arriver à growler, d'être allé en studio avec une bouteille de whiskey, gueulé des trucs au pif en forçant sa voix sans jamais se sentir concerné, puis est parti les mains dans les poches. Non mais sérieux. Qu'est ce que c'est que cette merde. L'un des plus gros atouts du groupe est vidé de sa force vitale et fait carrément peine à entendre. Pfouah.
En fait "The Dreams You Dread" n'a plus grand chose de Death Metal à proposer. Les riffs n'y sont pas, l'ambiance est absente, le chanteur totalement à la ramasse, aucune énergie ne se dégage de rien tellement c'est poussif, bref, un énorme nanard. C'est "The Thing That Should Not Be" calé après "Master Of Puppets". Une aberration molle qui passe à côté de son sujet et n'arrive même pas à faire bien un boulot sans aucune ambition. Cette comparaison va me créer quelques ennemis mais c'est une manière comme une autre de trier ses fréquentations.

Et c'est donc le début de la fin pour BENEDICTION. Leur heure de gloire aura été de courte durée. Mais là, en 1995, au moment où c'est pas la joie pour le Death, sortir un opus aussi profondément merdique ne pardonne pas. Et du coup, les voilà désertés, boudés, terminés. Mais en même temps... Mais en même temps qu'est ce qui a bien pu leur prendre d'éjecter tous les éléments qui faisaient tenir debout leur art, ce sens du riff et cette atmosphère sombre, cette vitesse de croisière de gros patron qui en imposait quand même violemment, au profit de... De ces quelques 45 min de riffs mous et de compositions qui ne décollent jamais car il ne s'y passe simplement jamais rien ?
Bon. Ben ça y est, voilà qu'ils ont atteint leur date de péremption. Au revoir.

Malédiction : Un opus juste nul. Pas intéressant à écouter, on sauve à peine deux titres et demis du naufrage, véritable calvaire à écouter tellement c'est mou, circulez y a rien à voir.

A lire aussi en DEATH METAL par DARK MORUE :


MASTER
The Spirit Of The West (2004)
Enfile tes santiags




HOUR OF PENANCE
The Vile Conception (2008)
La puissance sauce pesto


Marquez et partagez




 
   DARK MORUE

 
  N/A



- Dave Ingram (chant)
- Darren Brookes (guitare)
- Peter Rew (guitare)
- Frank Healy (basse)
- Neil Hutton (batterie)


1. Down On Whores (leave Them All For Dead)
2. Certified...?
3. Soulstream
4. Where Flies Are Born
5. Answer To Me
6. Griefgiver
7. Denial
8. Negative Growth
9. Path Of The Serpent
10. Saneless Theory
11. The Dreams You Dread



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod