Recherche avancée       Liste groupes



      
BRUTAL DEATH IMPéRIAL  |  STUDIO

Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


HOUR OF PENANCE - The Vile Conception (2008)
Par DARK MORUE le 7 Septembre 2011          Consultée 2038 fois

C'est que les Italiens, ils commencent à être vachement envahissants ces derniers temps. Pour guider cette légion de groupes tout sauf tendres, en 2008, HOUR OF PENANCE fut choisi comme leader. Malheureusement actuellement éclaté, ayant accouché du poulpe classieux FLESHGOD APOCALYPSE dont la séparation fut douloureuse et a abouti sur un "Paradogma" plutôt terne... Mais il y a tout juste 3 ans, la machine de guerre ritale était plus forte et étincelante qu'elle ne l'avait jamais été et ne le sera jamais. "The Vile Conception" en est la preuve écrasante.

On pourrait même dire que cet album est le premier véritable opus de FLESHGOD APOCALYPSE, en prenant du recul quelques années plus tard. Le même vocaliste, la même production détonante que sur "Oracles", c'est à dire deux atouts de choix qui manquaient au "Pageantry For Martyrs" précédent. Et on a en prime une magnifique pochette de Par Olofsson (ressemblant beaucoup à celle du premier HUMAN FILLETED d'ailleurs). Et on se doute bien que ce statut de fer de lance n'a pas été obtenu en rackettant un monsieur tout rouge qui se glisse dans les cheminées. On est soufflés, retournés, défigurés.

Sur cet opus, tout n'est que puissance. La production nous broie sous le choc d'énormes blocs de cristal, le batteur blaste tout du long sans jamais faiblir. Et Francesco Paoli livre la prestation la plus impressionnante de sa carrière. Sa voix est d'une puissance hors normes, vociférée dans des tons graves et rauques mais parfaitement intelligibles malgré un débit qui ferait exploser le mur du son (il rugit ses paroles plus vite qu'il n'est possible de les lire ce con !), rajoutant à l'impression de vélocité extrême de l'ensemble. "The Vile Conception" semble être un énorme char d'obsidienne lancé à pleine vitesse que rien ne semble pouvoir arrêter. Classieux, aux formes parfaitement polies, aux reflets noirs et rouge sang, mais dont la beauté subjuguante ne cache en rien la force de frappe phénoménale qui ferait voler en éclat le moindre petit caillou qui aurait le malheur de se trouver sur son chemin. Comment résister à la terrible explosion suivant la courte montée en puissance de "Conjuration Sword" ?

Cette férocité à la production de titane n'est pas sans rappeler le controversé "Demigod" de BEHEMOTH, par ses assauts frontaux barbares et impérieux. Mais ici le vice est poussé à son paroxysme, les riffs étant tous violents, conquérants et ne stoppant leur marche forcée que dans le but de nous mettre à genoux (le break fédérateur et épique de "Abscence Of Truth" donne de furieuses envies de destruction au tractopelle... tout comme le final de "Hierarchy For The Fools"). La course est effrénée, les ralentissements se font rares et toute cassure n'est là que pour repartir de plus belle, plus fort que jamais (cette pause batterie+growl martial sur "Slavery In Deaf Decay", seigneur Dieu...). Et la batterie guide cet ensemble lumineux d'une puissance maximale, les blasts à répétition ultra rapides et violents servant de fil conducteur concentrant toute la frappe au fin fond de nos tympans... Avec le mo-nu-men-tal "Misonception" à l'appui...

Mais, si cet album majestueux nous offre notre dose de blasts et de violence proprement bestiale pour la semaine, il est aussi facilement usable. La cuirasse est épaisse, mais une fois écaillée, on se rend compte que l'intérieur est parfaitement creux. Une fois passée la claque énorme de la production, des vocaux et du côté conquérant de la chose, on risque de s'ennuyer ferme tant les compos ne sont pas particulièrement excitantes, se contentant de nous ramollir avec classe mais sans aucun éclair de génie. Alors, pitié, évitez les écoutes trop rapprochées. Laissez vous masser les tympans à la sulfateuse, puis oubliez cette grenade flash quelques temps avant de la redécouvrir et se reprendre la claque ultime au moment opportun.

Petit point noir qui n’entache cependant en rien l'aura se dégageant de ce bloc lourdement aiguisé et poli. Le massacre est total, les simples mortels ne peuvent rien contre une telle force. Il ne reste plus qu'à se laisser dominer par la puissance brute, et s'incliner devant une pièce maîtresse du brutal death tel qu'on le connaît à l'heure actuelle...

A genoux, mortels : un opus qui laisse des marques, entre feeling épique et puissance brute absolue, un must du death moderne...

A lire aussi en DEATH METAL par DARK MORUE :


AZARATH
Blasphemer's Maledictions (2011)
Géant maléfique sortant enfin de l'ombre




MASTER
The Spirit Of The West (2004)
Enfile tes santiags


Marquez et partagez




 
   DARK MORUE

 
  N/A



- Francesco Paoli (vocaux)
- Gulo Moschini (guitares)
- Silvano Leone (basse)
- Mauro Mercurio (batterie)


1. Misconception
2. Liturgy Of Deceivers
3. Hideously Conceived
4. Drowned In The Abyss Of Ignorance
5. Abscence Of Truth
6. Slavery In A Deaf Decay
7. The Holy Betrayal
8. From Hate To Suffering
9. Conjuration Sworn
10. Hierarchy For Fools



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod