Recherche avancée       Liste groupes



      
FILM  |  DVD

Commentaires (5)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Ce DVD
 



FILM - Metallica - Through The Never (2013)
Par JEFF KANJI le 10 Octobre 2013          Consultée 7183 fois

Faisant partie des chanceux ayant assisté à l’avant-première française du 8 octobre 2013, laissez-moi vous parler de ce fol projet qu’a eu METALLICA avec "Through The Never" (clin d’œil à l’un des titres mésestimés de l’éponyme de 1991)…

Petit retour en arrière
Lors de la deuxième édition de l’Orion Festival (créé par les Mets), un mystérieux groupe, DEHAAN, doit se produire entre les DROPKICK MURPHYS et TOMAHAWK et James Hetfield prévient qu’il faudra ne rater ce groupe à aucun prix et que ceux qui le feraient le regretteraient. Après avoir joué l’album "Kill 'Em All" en intégralité pour les trente ans de cet acte de naissance du Thrash Metal qu’il constitua en 1983, METALLICA nous annonce son projet de réaliser un film dans lequel METALLICA jouerait son propre rôle et dont le seul véritable acteur serait Dane DeHaan. Joli coup de comm’ messieurs !

Sorti dans les salles IMAX le 27 septembre 2013, 27 ans jour pour jour après le décès de Cliff Burton, METALLICA cultivant les symboles et sacralisant toujours autant feu son ancien bassiste, ce film qui n’en n’est pas vraiment un, ni un documentaire, ni un Live non plus, même si l’on en est sans doute très proche dans ce dernier cas (les images Live tournées à Vancouver à l’été 2012 servant de base) emprunte autant à ses prédécesseurs (on a beaucoup parlé de "The Song Remains The Same" ou encore de "This Is Spinal Tap") qu’il s’en démarque. "Through The Never" est articulé autour d’un concert dantesque de METALLICA : setlist irréprochable, énergie et prestation Live au top, il suffit de comparer avec les bootlegs pour se rendre compte que METALLICA tenait une sacrée forme ce soir-là, même si personne ne sera dupe sur l’édition pratiquée à certains moments, je pense à "One" dont on sait pertinemment que Lars ne passe plus le plan de pieds en sextolets réguliers, ce que tous les DVD sortis depuis "Français Pour Une Nuit" tentent de nous faire gober. Au milieu de ce concert qui rythme le film, un jeune roadie, Trip, est envoyé à l’issue de "Creeping Death" dépanner un camion porteur contenant des affaires importantes pour le groupe.

À partir de ce moment-là, on nagera en plein surréalisme, le gamin se retrouvant confronté à un accident de la route, puis un cavalier de l’apocalypse, puis à sa propre marionnette qui parle (« Puppet » en anglais faut-il le rappeler)… Oui la petite pilule qu’il a ingérée avant de partir ne lui a vraisemblablement pas fait du bien et j’imagine très bien Cliff Burton dans pareille situation. Je pousse un peu loin mais j’y vois même une métaphore teintée d'allégorie de comment le bassiste pouvait percevoir les choses et du coup lui permettre d’accoucher de musique aussi inspirée, car sans minimiser le travail de James et Lars, le génie de METALLICA venait clairement de lui... et le solo de "Ride The Lightning" de rappeler l'apport crucial de Dave Mustaine.

Je ne vais pas en raconter davantage afin de vous permettre d’apprécier ce film en 3D (assez légère mais bien plaisante, vous donnant l’illusion de vous trouver sur scène juste derrière le kit de Lars ou en train de jouer au chat et à la souris avec le musculeux Rob), mais METALLICA a profité de l’immense scène centrale qu’il utilise actuellement pour incorporer en postproduction des éléments tirés de leurs productions passées (la Justice s’effondrant sur scène au son de l’éponyme, les croix blanches sortant de terre pour "Master Of Puppets" ou encore ce roadie qui prend feu rappelant la tournée "Load" avec pour le coup une performance d’acteur plutôt pas mauvaise de nos musiciens qui se sont raisonnablement concentrés sur ce qu’ils savaient le mieux faire : jouer. James s’inquiétant du sort d’un technicien est un moment plutôt agréable rendant les membres de METALLICA humains. James Hetfield, qui a retrouvé la ligne de ses vingt ans (je crois que je suis encore plus amoureux de lui qu’avant) est d’une aisance vocale impressionnante et musicalement, METALLICA, recentré autour de la batterie, s’avèrant toujours aussi efficace quand il faut décocher "Hit The Lights" et ce malgré le son et l’attitude plus Rock dégagés par le groupe désormais (même si on repérera cartouchière, patchs DISCHARGE et G.B.H. sur James), du Rock très burné quand même ("Fuel" est exécuté à une vitesse folle).

METALLICA a trouvé un moyen original de nous proposer une nouvelle prestation Live (qui ne compte que 7 titres en commun avec "Quebec Magnetic") agrémentée d’effets spéciaux parfois cheap (cette chaise électrique… "Stonehenge" n'est pas loin) mais pas désagréables, dans une ambiance tout à fait particulière mise en avant par la totale absence de scénario de la partie cinéma complètement WTF-esque !

3,5/5.

A lire aussi en HEAVY METAL par JEFF KANJI :


SATAN JOKERS
Addictions (2011)
Le coup de maître !




SAXON
Sacrifice (2013)
Réglé comme une horloge

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   JEFF KANJI

 
   CHAPOUK

 
   (2 chroniques)



- James Hetfield (lui-même)
- Kirk Hammett (lui-même)
- Robert Trujillo (lui-même)
- Lars Ulrich (lui-même)
- Dave Dehaan (trip)


1. Whiplash
2. The Ecstasy Of Gold
3. Creeping Death
4. For Whom The Bell Tolls
5. Fuel
6. Ride The Lightning
7. One
8. The Memory Remains
9. Wherever I May Roam
10. Cyanide
11. … And Justice For All
12. Master Of Puppets
13. Battery
14. Nothing Else Matters
15. Enter Sandman
16. Hit The Lights
17. Orion



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod