Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Cancer, Gorefest
- Membre : Bolt Thrower
- Style + Membre : Memoriam
 

 Facebook (709)
 Myspace (412)

BENEDICTION - Killing Music (2008)
Par DEADCOM le 17 Avril 2009          Consultée 3072 fois

BENEDICTION exerce depuis des lustres un art simple mais bougrement efficace. Les Britanniques se présentent comme des mammouths du Death Metal, autrement dit : des poids lourds. Et ces poids lourds assurent dans cet art (voir le triptyque légendaire « Subconscious Terror » / « The Grand Leveller » / « Transcend The Rubicon »). Quelques modifications sont survenues entre-temps. L’orientation plus Heavy / Thrash d’un « The Dreams Your Dread » apportait la variété voulue à leur expression monolithique. Tandis qu’un « Grind Bastard » jouait sur une facette plus moderne : Punk /core et Thrash à la fois. Tous ces disques sont des opus vraiment convaincants. Mais le temps de la gloire est révolu, faisant place à cette époque de crise qui bouffe de l’intérieur toute l’inspiration et la créativité d’un combo, livré à lui-même.

Bon, petit bilan d’effectif :
Le batteur au faciès bougon et livide (Ian PEARCY) est remplacé par le fougueux Neil HUTTON (des hardcoreux de STAMPIN’ GROUND). Tandis que le vocaliste « extrême » de ANAAL NATHRAKH (monsieur Dave HUNT) vient poser sa voix très organique (et crue) à partir du précédent opus, l’excellent « Organised Chaos ». Mais il manque encore quelque chose : Dave INGRAM. Sans être exceptionnel, ce chanteur offrait une présence très charismatique avec un ton colérique devenu très familier depuis. Un élément indissociable du groupe. Au même titre que le fabuleux trio : Peter REW / Darren BROOKES (aux six cordes) et Frank HEALY (à la basse), sont toujours au rendez-vous (20 ans de service pour la plupart) pour plonger les mains dans cambouis et rentrer dans le tas.


En ce qui nous concerne, BENEDICTION jouit d’un capital sympathie énorme et on serait bien tenter de jouer la carte de l’indulgence, juste pour ne pas effleurer de quelques critiques malvenues, cette formation qui est (et reste) une des plus grosses pointures du Death old school, encore en activité. De ce fait, plusieurs choix s’offre à nous :

- Soit on aime BENEDICTION et on écoute aveuglément cet opus.
- Soit on n’aime pas BENEDICTION et on écoute pas cet opus.
- Soit on aime BENEDICTION mais on reste critique sur cet opus.

Personnellement, le dernier choix me semble plus juste. Connaissant son parcours éloquent, ce combo est toujours resté au top niveau. Du moins du niveau requis pour ce style de Death qui sait varier les plaisirs sans se prendre la tête.


"Killing Music" s’illustre comme un album en demi-teinte. Mi-figue mi-raisin. La grande linéarité est son plus gros défaut. Cependant, les morceaux s’enchaînent tous assez bien, ça reste sans temps mort et c’est joué avec un minimum de conviction. Le style est très énergique et ramène la troupe vers une esthétique Punk (pour le tempo), Thrash (pour les rythmiques) et bien sûr Death Metal (pour les growl). Je dis bien sûr car BENEDICTION reste collé à ses racines d’antan et suit toujours la même ligne de conduite. Sauf que ces musiciens se sont révélés beaucoup plus aventureux et convaincants par le passé. Là c’est sec. Oui, très sec.

Ce qui nous amène devant le fait que BENEDICTION donne le minimum syndical sans connaître réellement le tenant et l’aboutissant de leur nouvel album (ça marche un peu à l’aveuglette cette histoire). Celui-ci est constitué d’une série de chansons écrites sur l’instant d’où ce rendu très brut, qui sonne très live.


D’une durée globale de trente huit minutes avec douze titres (dont une intro pourrie) le tout muni d’un visuel indigent (traduisez par : pochette de merde) « Killing Music » fait mal au cul ! Un son primitif où le Drum-kit de Neil n’en finit plus de battre non-stop, sous les assauts plombés de Peter et Darren. Les guitares chauffent, les accords grésillent, la caisse claire est lourde, le rythme est constant, solide comme de l’acier (« Grey Man »). Au sein de cette nouvelle mouture, BENEDICTION frappe dans le vide (souvent), enfonce des portes ouvertes (du déjà-vu) car aucuns titres ne vous marqueront. De plus, notre ami Dave semble ce coup-ci moins impliqué dans le projet des britanniques, ce contentant de rugir en rythme dans une tonalité monotone, bien éloigné de son précédent travail plus polyphonique et accrocheur. Quel dommage.

« Killing Music » est effectivement un bide. Pas une catastrophe mais beau plantage tout de même. Malgré le marketing sauvage et les bonus (de l’édition limitée) qui rallongent la durée du disque (qui n’est pas très glorieux quand on connaît le contenu), cet opus sera vite acheté et vite oublié, tout en espérant que le prochain sera meilleur. Ne sait-on jamais.

Verdict : Moyen, très moyen et c’est bien dommage.

Note globale : 2/5.

A lire aussi en DEATH METAL par DEADCOM :


IMMOLATION
Here In After (1996)
Le règne par le feu

(+ 1 kro-express)



CRYPTOPSY
The Unspoken King (2008)
Le Roi est mort, vive le Roi !

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   DEADCOM

 
   DARK MORUE

 
   (2 chroniques)



- Dave Hunt (chant)
- Darren Brookes (guitares)
- Peter Rew (guitares)
- Frank Healy (basse)
- Neil Hutton (batterie)


1. Intro
2. The Grey Man
3. Controlopolis (rats In The Mask)
4. Killing Music
5. They Must Die Screaming
6. Dripping With Disgust
7. Wrath And Regret
8. As Her Skin Weeps
9. Cold, Deathless, Unrepentant
10. Immaculate Facade
11. Burying The Hatchet
12. Beg, You Dogs
- Bonus Tracks édition Limitée
13. Betrayer
14. They Bleed
15. Seeing Through My Eyes(broken Bones Cover)
16. Largactyl (amebix Cover)



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod