Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Metalhit
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : God Seed, The Legion
- Membre : Hypocrisy, Funeral Mist, Zornheym
- Style + Membre : Night Crowned

DARK FUNERAL - The Secrets Of The Black Arts (1996)
Par CANARD WC le 22 Septembre 2008          Consultée 1771 fois

Dans le cadre de notre campagne de recrutement, voici la chronique (retouchée) de l'un des candidats, KYRCNOS, que nous n’avons pas pu retenir. En guise de remerciement pour sa participation, nous publions son papier sur cet album de DARK FUNERAL.

Tout amateur d’Art Noir qui se respecte a toujours commencé par découvrir les classiques du genre avant d’aller explorer l’UG. Compte tenu de la facilité d’accès de ce genre grâce à Internet, une multitude de groupes émergent alors qu’ils ne sont pas fait pour comprendre ce qu’est l’Art Noir (il faut de tout pour faire un monde… pourri). Irrémédiablement notre amateur d’Art Noir va se confronter à une masse de galettes médiocres qui va le pousser à se retrancher dans les classiques qui l’ont fait basculer du côté des forces de la noirceur. Parmi ces classiques, ce « Secrets Of The Black Arts » pourrait bien en faire partie…

Après une intro plus que dispensable, les choses sérieuses commencent avec le titre éponyme. On se prend un blast à 200 bpm dans la figure : enchanté les gars ! La production est excellente et parfaitement adaptée pour leur style. Pour leur premier album, les suédois ont fait appel à leur M. METAL national : P. Tägtgren. Ils ont également mis les petits plats dans les grands en faisant appel au célèbre Necrolord pour le front cover. Pour ceux qui ne connaissent pas Necrolord allez voir la pochette de "In The Nigthside Eclipse" d’EMPEROR, une œuvre d’art, comme la galette présente à l’intérieur…

Passons au contenu à proprement parler. L’album s’écoute facilement et d’une traite à partir du moment où on a vraiment envie de l’écouter. En effet cette « saloperie » peut vraiment vous pourrir une journée si on l’écoute au réveil ou même gâcher votre nuit si vous décidez de l’écouter avant de dormir. Il vaut mieux l’écouter lorsque l’on va mal, voir très mal… Je peux vous garantir le bad si vous passez la soirée avec ce skeud et un single malt… C’est dans ce sens que cette œuvre m’a profondément marqué: sa capacité à nuire à votre moral et de réduire votre capacité de sociabilité à néant.

DARK FUNERAL avec ce skeud a trouvé la recette miracle qu’il exploitera inlassablement tout au long de son parcours en augmentant simplement les tempos progressivement lui faisant perdre cette aura des premiers albums. Des riffs simples, efficaces et accrocheurs qui vous pourrissent le crâne des heures après exposition à leurs mauvaises ondes. Le tout baigné dans un son qui a l’effet d’une marrée noire dans vos veines : c’est lourd, visqueux et ça s’incruste dans vos tissus.

Je ne vais pas faire le détail des chansons, chacune étant une perle d’Art Noir. La voix de Themgoroth résonne à merveille dans cet univers crasseux et transpirant le Mal. Et cette batterie qui martèle du début à la fin avec une précision métronomique, on a l’impression qu’elle joue toute seule. Où plutôt Satan se sert de Equimanthorn pour battre des mesures maléfiques. Car Satan est partout dans ce disque et fait partie intégrante de l’image du groupe. Satan ce mot éructé tant de fois par Themgoroth, un peu comme Johnny Hallyday avec « Que je t’aime » (42 fois quand même). Vous l’aurez compris, ce skeud n’est pas fait pour qu’on réfléchisse trop dessus, c’est un peu comme le sexe, après avoir assouvi sa pulsion et celle de son partenaire on ne s’attarde pas sur l’acte, on passe à autre chose. La musique de DARK FUNERAL a quelque chose de sexuel comme le Black Metal en général.

Un disque à ne pas mettre entre toute les mains même s’il y a pire et à ne surtout pas écouter n’importe quand. A noter quand même une reprise de Von « Satanic Blood » qui m’a donné l’envie de m’intéresser à leur discographie. La note maximale, à ranger à coté du EMPEROR, ou plutôt de « De Mysteriis Dom Sathanas » pour sa noirceur, un classique du genre en tout cas.

Kyrcnos

A lire aussi en BLACK METAL par CANARD WC :


KVELERTAK
Nattesferd (2016)
Neuf nuances de gris foncé (et non pas 50 de Grey)




ZEAL AND ARDOR
Devil Is Fine (2017)
Électro - Black - Gospel : tout est dit.

(+ 3 kros-express)

Marquez et partagez




 
   LESOMBRE

 
   CANARD WC
   POSITRON
   STORM

 
   (4 chroniques)



- Lord Ahriman (guitare)
- Blackmoon (guitare)
- Themgoroth (basse, chant)
- Equimanthorn (batterie)


1. The Dark Ages Has Arrived (intro)
2. The Secrets Of The Black Arts
3. My Dark Desires
4. The Dawn No More Rises
5. When Angels Forever Die
6. The Fire Eternal
7. Satans Mayhem
8. Shadows Over Transylvania
9. Bloodfrozen
10. Satanic Blood (von Cover)
11. Dark Are The Path To Eternity (a Summoning Nocturn



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod