Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Commentaires (36)
Questions / Réponses (7 / 38)
Metalhit
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Khonsu, Irreversible Mechanism, Orakle
- Membre : Thorns, Peccatum, Vond, Thou Shalt Suffer, Enslaved, Hardingrock
- Style + Membre : Ihsahn, Thorns Vs Emperor

EMPEROR - Anthems To The Welkin At Dusk (1997)
Par PERE FRANSOUA le 9 Mars 2018          Consultée 403 fois

Ressuscité et affamé, EMPEROR attaque la seconde moitié de la décennie en position de force. Toujours auréolé d’une réputation de Trve bad boys avec le cachet zonzon, vétéran des années folles de Helvete, et géniteurs d’une oeuvre déjà kvlt, ils étaient attendus comme le messie.

"Hymnes au Firmament au Crépuscule" déjoue les prédictions. Les Empereurs du mystère sont entrés en majesté et en mettent plein la vue. Raffinement instrumental, complexité de l'écriture, maturité dans les compositions et dans les textes. Et c’est nettement plus rentre-dedans, avec des blasts dévastateurs.
Une réussite totale, pour un plaisir différent, qui commence de la meilleure des façons avec l’intro "Alsvartr". D’une paisible ambiance nocturne jaillit le cortège de l’Empereur avec trompettes et tambours pour une montée irrésistible qui explose sur "Ye Entrancemperium" dont le riff jouissif est repris d’Euronymous lui-même.
Je me rappelle encore ma première impression lorsque mes adolescentes oreilles découvrirent ce début de disque. Je me dis "whaou, ça va être le meilleur disque du monde". Je me rappelle également ma seconde impression, plus mitigée, une fois le début passé. En ce moite mois de juin 1997, l’EMPEROR tant attendu paraissait un peu étouffant, un brin gavant, un tantinet boursouflé.

Le disque devrait être le grand chef-d’œuvre indétrônable, et d’un certain point de vue il l’est, une fois familiarisé avec l’exubérance sonore mais il demeure un petit truc qui cloche, malgré le temps passé...
Car l’œuvre est plombée par une production où la batterie noie le disque sous la double pédale. Le jeu beaucoup plus athlétique et moderne de Trym, débarqué de chez ENSLAVED, pourrait être impressionnant s’il ne massacrait pas l’album.
Plus qu’un bruit de fond, la double pédale qui couvre 80% du disque rend l’écoute pénible. Elle étouffe souvent la caisse claire (en particulier sur les blasts) et rend encore plus difficile la compréhension déjà pas évidente des guitares. Les claviers en ressortent grandis, une fois de plus.

Bref on n’est pas passé loin de la perfection. Car à part cette batterie insupportable on touche au sommet d’une écriture virtuose et inspirée et l’ensemble possède encore suffisamment d’âme pour être loué éternellement. Aucune faiblesse, même les titres dans l’ombre d’un "Thus Spake The Nightspirit" ou d’un "With Strength I Burn" (et son chant clair aussi poignant que "Inno A Satana"), tels "The Acclamation Of Bonds" ou "Ensorcelled By Chaos", sont à tomber par terre.

Alors, je fais quoi ? Je mets à "Anthems..." la note qu’il mérite en tenant de ne pas trop penser à l’abus de double pédale, 5/5 donc, ou je fais mon rebelle, critique intransigeant qui n’hésite pas à ausculter les idoles au marteau pour voir si elle sonne creux ?
Allez, 4,5/5! (le mec qui ne se mouille pas..).

A lire aussi en BLACK METAL par PERE FRANSOUA :


MYSTICUM
In The Streams Of Inferno (1996)
Et le Black Metal Industriel fut...




MORK
Den Vandrende Skygge (2016)
True Norwegian Black Metal revival


Marquez et partagez



Par JULIEN




 
   POSSOPO

 
   CANARD WC
   MEFISTO
   PERE FRANSOUA
   POSITRON

 
   (5 chroniques)



- Ihsahn (chant, guitare, claviers)
- Samoth (guitare)
- Trym (batterie)
- Alver (basse)


1. Al Svartr (the Oath)
2. Ye Entrancemperium
3. Thus Spake The Night Spirit
4. Ensorcelled By Khaos
5. The Loss And Curse Of Reverence
6. The Acclamation Of Bonds
7. With Strength I Burn
8. The Wanderer
9. In Longing Spirit



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod