Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  DVD

Questions / Réponses (1 / 6)
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Ce DVD
 


 

- Style : Khonsu, Irreversible Mechanism, Orakle
- Membre : Thorns, Peccatum, Vond, Thou Shalt Suffer, Enslaved
- Style + Membre : Ihsahn, Thorns Vs Emperor

EMPEROR - Live At Wacken Open Air 2006 - A Night Of Emperial Wrath (2009)
Par WËN le 30 Juin 2014          Consultée 2169 fois

EMPEROR, ce sont dix années d'existence, quatre albums studios et bon nombre de splits et d'EP. Bilan raisonnable. Mais EMPEROR, quoiqu'il advienne, restera avant tout un groupe qui révolutionna en son temps la scène extrême et même 'Metal-tout-court'. Par une addiction aux claviers et aux structures alambiquées, ce pilier du Black norvégien, parfois avant-gardiste, parfois symphonique mais toujours vindicatif et visionnaire, a littéralement changé la donne et permis, en précurseur, à notre musique favorite d'aborder sereinement le nouveau millénaire. Ceci-dit, début 2001, n'ayant plus rien à ajouter à l'édifice de ses vices sans éviter la fatidique redite, le groupe décide, unilatéralement, de cesser ses activités. L'étendard noir, souvent porté aux nues, est en berne.

Huit années sont passées. Alors que les rumeurs de reformation vont bon train et alors que ces-dites rumeurs sont à peine démenties par les anciens membres du groupe, laissant ainsi la voie béante à toutes les spéculations ; alors que les fans sont à cran depuis 2006 et le début des tournées de 'reformation', Candlelight Records, l'emblématique label britannique, y va de sa petite étincelle afin de raviver, à sa manière, ce brasier encore incandescent où gisent les cendres de feu-EMPEROR. Comme à l'accoutumée, la so-british maisonnée, en mère soucieuse et soigneuse, ne fera pas les choses à moitié, présentant aux auditeurs un véritable coffret 'live' (dont on ne comprendra pas forcément l'utilité, les 2 shows proposés étant quasiment identiques). Bien que cette chronique ne concerne que la prestation filmée du Wacken Open Air de 2006 (plus court d'une poignée de titres que son jumeau le "Live Inferno"), sachez cependant que sous différentes éditions, vous pourrez trouver les deux DVD et leur bande audio respective, accompagnés d'un livret sobre mais assurément de grande classe.

Cette prestation, aux allures de best-of débute, acte improbable pour un groupe en tournée de reformation, par un medley (!) constitué de "Into The Infinity Of Thoughts" et "The Burning Shadows Of Silence", enchaîné en grande pompe par un "Cosmic Keys To My Creations And Times", tous tirés de l'album "In The Nightside Eclipse" (1994). L'Empereur ne tarde pas à mettre le feu aux poudres, histoire, d'entrée de jeu, de se mettre le public allemand en poche. Chronologiquement, seront interprétés "Thus Spake The Nightspirit" et son énorme final mélodique, puis "An Elegy Of Icaros" et "Curse You All Men!" seuls représentants de cette courte escapade sur la période la plus récente du combo. Et le set de repartir de plus belle et (presque) sans pause sur un "With Strength I Burn" des familles issu de "Anthems To The Welkin At Dusk" (1997). Le background reproduisant la pochette du premier EP éponyme, ne trompe pas, EMPEROR n'est pas là pour coller des gommettes et n'hésitera pas, le temps de cette soirée mémorable, à revisiter allègrement ses débuts discographiques, puisque pas moins de neuf titres sur les douze interprétés seront issus de leurs deux premiers disques.

À cette mi-concert, peu à redire sur la prestation du trio. Ihsahn, en maître de cérémonie se montre impérial et imparable, malgré une tendance à trop forcer sur sa voix provoquant ici et là quelques dérapages impromptus mais sans conséquences notables. Samoth et Trym, eux, se contentent d'assurer avec brio leurs parties respectives. Même Secthdamon (basse, grunts) et Einar Solberg (claviers, chœurs… et accessoirement tête pensante de LEPROUS), en invités de luxe, se montrent irréprochables. Ainsi, se poursuit le show, l'intensité ne se relâchant à nul moment, atteignant son paroxysme sur "I Am The Black Wizards"/"Inno A Satana", monumental et irrésistible final, qui ne manquera pas de laisser pantois par tant de maîtrise et de rage contrôlée. Impressionnant.

Quelques mots au niveau de la production maintenant, le son, dans ces conditions live est tout bonnement remarquable, et c'est certainement l'un des atouts majeurs de ce disque : à savoir, que la plupart des compositions (les plus anciennes notamment) gagnent incontestablement en confort d'écoute et ce même par rapport aux versions studios, qui rappelons-le, malgré ce charme certain de toute une époque, ne bénéficiaient pas toujours d'une production à la hauteur. Là, le son est net et précis et ce, sans perdre en puissance (même si la caisse claire semble trop mise en avant). Tous les instruments sont parfaitement audibles si bien que même l'amateur de Prog égaré y retrouvera ses petits. Pour les indécrottables puristes qui crieront, à n'en pas douter, au parjure, il leur restera toujours les versions originales ... Disons simplement que dorénavant, le quidam aura le choix entre les premières moutures et ces réenregistrements réarrangés et de grande qualité.

Quant au support visuel, pas de point négatif notable. Les plans sont léchés et filmés avec suffisamment de moyens pour ne pas s'ennuyer une seconde. Le montage évite la faute de goût par trop d'effets ou de plans stroboscopiques incompréhensibles. La scène est très sobre, seuls quelques effets pyrotechniques de rigueur viennent corser le tout. Chose rare sur une vidéo, aucun musicien n'est oublié, même si les plans sur Ihsahn se taillent assez logiquement la part du lion.

Les bonus n'ont bien entendu pas été oubliés pour une durée totale d'un peu plus d'une heure, entre extraits live de qualités diverses (dont un "Ye Entrancemperium" sous la pluie battante du Hellfest 2007 ! Coucou bitches !), habituels plans backstage et quelques friandises moins conventionnelles comme ce mini showcase Ihsahn/Samoth de quelques titres. Seul bémol et de taille, l'absence d'un menu, obligeant le spectateur à avancer manuellement et à l'aveuglette jusqu'au passage souhaité. Bof !

Voilà pour ce magnifique objet, digne des plus grands. Je suis rarement aussi prolixe et attribue tout aussi rarement de telles notes. Mais là, sans déconner, c'est du tout bon ! Vous m'aurez déjà trouvé trop bavard, je ferme donc mon claque-merde ! Ah non, une dernière chose : avis aux amateurs de vinyles et de 'coffret collector', attendez-vous, courant 2015 à voire paraître le plus gros coffret 'Metal' de tous les temps via Blood Music, alors un conseil, commencez à mettre vos deniers de côté.

A lire aussi en BLACK METAL par WËN :


ORAKLE
Tourments & Perdition (2008)
L'art noir, taillé à même le néant




PHANTOM
Incendiary Serum (2013)
The night is dark and full of terrors


Marquez et partagez




 
   WËN

 
  N/A



- Ihsahn (guitare, chant)
- Samoth (guitare)
- Secthdamon (basse, chant)
- Einar Solberg (clavier, chœurs)
- Trym Torson (batterie)


1. Infinity Burning (medley)
2. Cosmic Keys To My Creations And Times
3. Thus Spake The Nightspirit
4. An Elegy Of Icaros
5. Curse You All Men!
6. With Strength I Burn
7. Towards The Pantheon
8. The Majesty Of The Nightsky
9. The Loss And Curse Of Reverence
10. In The Wordless Chamber
11. I Am The Black Wizards
12. Inno A Satana



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod