Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Commentaires (50)
Questions / Réponses (4 / 13)
Metalhit
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : God Seed
- Membre : Arcturus, Vltimas, Ava Inferi, Nader Sadek, Mezzerschmitt, Earth Electric, Aborym, Thorns, Aura Noir, Hellfest Open Air Edition, The Kovenant [covenant]
- Style + Membre : Tormentor

MAYHEM - De Mysteriis Dom Sathanas (1994)
Par PERE FRANSOUA le 10 Janvier 2017          Consultée 964 fois

Ce que "Left Hand Path" a été pour le Death Metal Suédois "De Misteriis Dom(inus) Sathanas" ne l'a pas été pour le Black Metal Norvégien. Mais il aurait dû l'être, et comme finalement il n'a pas été ce disque premier du genre, celui qui met le feu aux poudres et pose les standards d'un style, on continue de lui reprocher.

Un accident du destin, certes, mais l'affaire n'en est pas moins passionnante, car si l'on devait jouer à l'historien l'on théoriserait que toute l'épopée du Black Metal Norvégien commence et finit avec ce disque, des premiers sédiments écrits à la fin des 80's avec l'arrivée du suédois morbide Per Yngve Ohlin, jusqu'à la sortie controversée de l'album, au printemps 1994, après l'assassinat sanglant de son principal compositeur et en pleine tempête médiatique, concluant l'épopée sinistre et sonnant le glas de l'âge d'or du mouvement artistique.

L'album est donc sorti trop tard, pas loin d'un an après son enregistrement, enregistrement qui lui-même prit des plombes, étalé qu'il fut sur des mois entre 1992 et les dernières sessions avec Attila en juillet 1993. Pourtant la meilleur moitié du matériel était déjà écrite et bien rodée depuis fin 1990 (comme en atteste le "Live In Leipzig"). Ainsi "Funeral Fog", "Freezing Moon", "Buried By Time And Dust" et "Pagan Fears" sont les véritables premiers morceaux de Black Norvégien AOC, influençant tous les autres acteurs de l'ombre. Les pionniers sont devenus les derniers.

Écrits sur au moins quatre années, répétés inlassablement, polis jusque dans les moindres recoins, les titres sont excellents et très bien exécutés, et en même temps il leur manque l'urgence et l’authenticité sensée pourtant être la marque de fabrique de la scène Black. Le son des guitares, méticuleusement travaillé au studio Grieghallen avec l'incontournable Pytten, tranche avec la grisaille grinçante qu'on est en droit d'attendre. Presque trop rond et trop chaud le son dénote avec les canons Necro de démo démoniaque.

Il en va de même avec les vocaux uniques du hongrois Attila, trop en rupture avec les hurlements attendus. Le choix d'utiliser le chanteur du mythique TORMENTOR était osé de la part d'Euronymous, tout en étant un clin d'œil aux années quatre-vingt. Et si sa prestation trop libre et emphatique, loin de la rage brute de Dead, semble desservir l'intensité (à quelques exceptions près) la suite prouvera qu'il était bien l'homme de la situation. Performer exceptionnel aux multiples costumes macabres, Mr Csihar est devenu LE frontman dont la légende MAYHEM avait besoin. C'est lui le clou du spectacle qui vous glace le sang.
Et reconnaissons qu'il sut insuffler une musicalité qui faisait défaut à son défunt prédécesseur de même qu'il sut donner vie à ces textes, le meilleur exemple étant le titre conclusif et éponyme avec ses gutturales imprécations de prêtre possédé et le chant clair type liturgie sordide sur les parties en latin.

Seul véritable album du Vrai MAYHEM, débuté par le line-up légendaire mais enregistré avec le jeune Vikernes à la basse à la place du fondateur Necrobutcher, "Des Mystères du Seigneur Satan" est un disque intense de bout en bout. La cadence infernale de riffs bourdonnants et de blasts ébouriffants ne daigne ralentir qu'en de très rares occasions. Le jeu du grand Hellhammer est époustouflant et pas encore triggé.
On pourra apprécier l'œuvre en allant écouter les autres versions disponibles, notamment "Life Eternal" au mix alternatif avec la basse de Varg très en avant.

Bon, j'arrête là, c'est une Kro-Xpress et je suis censé faire court (oui c'est raté). Du coup je me rependrais encore un peu plus lors de la Chronique à venir du Live fraîchement sorti où la bande joue l'album en son intégralité.

A lire aussi en BLACK METAL par PERE FRANSOUA :


SINMARA
Aphotic Womb (2014)
The Reykjavik Connexion

(+ 1 kro-express)



DARVULIA
Mysticisme Macabre (2010)
À l'école des sorcières


Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
   METALINGUS
   ONCLEGUUD
   PERE FRANSOUA

 
   (4 chroniques)



- Attila Csihar (vocaux)
- Euronymous (guitares)
- Hellhammer (batterie)


1. Funeral Fog
2. Freezing Moon
3. Cursed In Eternity
4. Pagan Fears
5. Life Eternal
6. From The Dark Past
7. Buried By Time And Dust
8. De Mysteriis Dom Sathanas



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod