Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

Commentaires (10)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Melted Space
- Membre : Gorefest, The 11th Hour , Hail Of Bullets, Demiurg, Guilt Machine, Ambeon, Vengeance, Anthony, Stream Of Passion, Bodine
- Style + Membre : Arjen Anthony Lucassen , The Gentle Storm , Arjen Anthony Lucassen's Star One
 

 Site Officiel (1154)
 Myspace (199)
 Chaîne Youtube D'arjen Lucassen (174)

AYREON - The Theory Of Everything (2013)
Par METAL le 11 Juin 2017          Consultée 256 fois

Peu importe notre éclectisme ou même notre goût pour une certaine versatilité musicale, peu importe également la taille de notre Cdthèque et le fait de n'être fan ultime de quiconque, il existe pourtant un groupe ou un artiste que l'on attend avec plus d'impatience que d'autres.

Pour ma part, après pas mal d'années à me gaver de METALLICA au point d'en faire mon parangon métallique (j'entends que ça rigole au fond), AYREON m'a aidé à me sevrer des Four Horsemen. Il fut également (avant l'arrivée d'Internet) l'un de mes premiers outils de découverte de différents artistes, d'univers plus ou moins variés, et je dois donc au projet de monsieur Lucassen une petite partie de mon ouverture musicale.

Bref, (faut que j'arrête d'utiliser cet adjectif, c'est gonflant) inutile de vous dire que j'attendais "The Theory Of Everything" avec impatience après la tuerie "01011001" sortie cinq ans plus tôt.

Mais rapidement, ce nouvel opus du géant batave allait me donner une impression mitigée… Des sentiments contradictoires, même. Déjà, Arjen disait lui-même, lors de ses interviews promotionnelles, de lui laisser une chance à cet album, que son coté plus Prog pouvait rebuter et que quatre longs titres (malgré la découpe en quarante-deux parties) étaient plus durs à digérer… Bref (ça suffit oui !) Arjen avait beau être fier de son nouveau bébé, il s'excusait à l'avance de la future déception des auditeurs.

Et en effet les premières impressions ont été moins enthousiastes qu'à l'accoutumée… Car le gros point faible de "The Theory Of Everything", ce n'est pas un Opéra Rock de plus ni même un énième concept album mais bien ce que j'appellerai un Oratorio Metal. Ici, tout n'est que dialogues (certes, chantés) sans trace aucune d'ossature classique de "chanson". Exit donc les couplets et oubliez les refrains (à part 2-3 exceptions comme la jolie mais convenue "Mirror Of Dreams") et n'espérez pas y trouver des hits ou des compositions à écouter en boucle comme sur les précédents albums. Non, ici c'est l'ensemble de l'album qui se savoure alors que chaque partie, prise séparément, ne dégage que peu d'intérêt car trop hachée.

D'où l'intérêt de lui "laisser une chance" car "The Theory Of Everything" est tout simplement beau et remplie d'émotions. Non seulement l'histoire est passionnante mais ses interprètes sont habités par leurs personnages, voire touchés par la grâce comme Cristina Scabbia qui campe une mère protectrice à fleur de peau. Ce nouvel opus d'AYREON est d'ailleurs celui qui met le plus en valeur les qualités vocales de ses invités (mentions spéciales pour Tommy Karevik et Michael Mills) et leur permet d'afficher toutes leurs palette artistique et donc émotionnelle.

Mais je parlais plus haut de sentiments contradictoires… Qu'est-ce qui explique que malgré le fait que j'écoute encore cet album en boucle aujourd'hui, je lui mets une note inférieure à "01011001", disque que j'ai pourtant enterré, lui préférant largement son successeur ?

Et bien c'est justement l'Oratorio Metal qui me met mal à l'aise. Malgré des chanteurs au top, des orchestrations raffinées, des passages instrumentaux à tomber par terre et des guitares qui savent se montrer agressives quand il le faut, il reste ce côté opéra kitch qui me fait me sentir coupable d'adorer un album où finalement, comme dans une mauvaise comédie musicale, les personnages chantent dans la rue ou dans des situations incongrues.

Car aussi beau soit-il un opéra reste une œuvre absurde… On ne chante pas pour demander du sel à table, par exemple. Et alors que la présence de refrains et de reprises de couplets font d'une comédie musicale ou d'un opéra rock une création volontairement plus abstraite racontant une histoire en musique, "The Theory Of Everything" est une œuvre magistrale et poignante sur le fond mais finalement trop saugrenue sur la forme pour que mon côté trop rationnel puisse l'adorer sans une once de culpabilité.

Enfin bref…

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par METAL :


SPOCK'S BEARD
Octane (2005)
Let's rock !!!




TRANSATLANTIC
Live In Europe (2003)
All star prog


Marquez et partagez








Par VOLTHORD




 
   JEFF KANJI

 
   METAL

 
   (2 chroniques)



- Arjen Anthony Lucassen (chant, guitare, basse, mandoline, claviers)
- Ed Warby (batterie)
- Sara Squadrani (chant – the girl)
- Cristina Scabbia (chant – the mother)
- Tommy Karevik (chant – the prodigy)
- Marco Hietala (chant – the rival)
- John Wetton (chant – the psychiatrist)
- Michael Mills (chant – the father, bouzouki)
- Jb Christoffersson (chant – the teacher)
- Wilmer Waarbroek (chœurs)
- Keith Emerson (claviers)
- Rick Wakeman (claviers)
- Jordan Rudess (claviers)
- Steve Hackett (guitar lead)
- Troy Donockley (whistles, uilleann pipes)
- Ben Mathot (violon)
- Maaike Peterse (violoncelle)
- Jeroen Goossens (flûtes)
- Siddharta Barnohoorn (orchestrations)


1. Phase I: Singularity
- prologue: The Blackboard
- the Theory Of Everything Part 1
- patterns
- the Prodigy’s World
- the Teacher’s Discovery
- love And Envy
- progressive Waves
- the Gift
- the Eleventh Dimension
- inertia
- the Theory Of Everything Part 2
2. Phase Ii: Symmetry
- the Consultation
- diagnosis
- the Argument 1
- the Rival’s Dilemna
- surface Tension
- a Reason To Live
- potential
- quantum Chaos
- dark Medicine
- alive!
- the Prediction

1. Phase Iii: Entanglement
- fluctuations
- transformation
- collision
- side Effects
- frequency Modulation
- magnetism
- quid Pro Quo
- string Theory
- fortune?
2. Phase Iv: Unification
- mirror Of Dreams
- the Lighthouse
- the Argument 2
- the Parting
- the Visitation
- the Breakthrough
- the Note
- the Uncertainty Principle
- dark Energy
- the Theory Of Everything Part 3
- the Blackboard (reprise)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod