Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL ATMOSPHERIQUE  |  STUDIO

Commentaires (7)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Destinity, Aesmah, Hypnosis, Edge Of Sanity, Dark Tranquillity, At The Gates, Arch Enemy, Amon Amarth
- Membre : Lindemann, Witchery, Pain, Lock Up, Immortal, Demonoid, Dark Funeral, The Abyss
- Style + Membre : Bloodbath
 

 Chaîne Youtube (342)
 Myspace (322)
 Site Officiel (425)

HYPOCRISY - End Of Disclosure (2013)
Par DARK BEAGLE le 12 Avril 2018          Consultée 205 fois

Il s’est encore écoulé quatre ans entre "A Taste Of Extreme Divinity" et ce "End Of Disclosure" à la pochette qui semble nous présenter un extra-terrestre en pleine crise existentielle sur la pochette. D’ailleurs, cette crise existentielle semble également frapper les musiciens d’HYPOCRISY, qui regardent dans le rétroviseur sans la moindre vergogne. Si "Virus" et "A Taste Of Extreme Divinity" œuvraient dans une brutalité de bon aloi, s’autorisant bien entendu des mélodies sournoises qui faisaient mouche, celui-ci nous ramène à la fin des années 90 et au début des années 2000.

En effet, "End Of Disclosure" renoue avec des passages atmosphériques qui renvoient directement à l’éponyme (le morceau-titre en est un parfait exemple) tandis que les passages les plus Heavy résonnent comme ceux de "Into The Abyss" ("Tales Of Thy Spineless", assez symptomatique de cet état de fait). HYPOCRISY va donc jouer les équilibristes entre ces deux ambiances, pour conserver un équilibre entre les mélodies et les passages plus agressifs.

Mais autant "A Taste Of Extreme Divinity", malgré son manque d’originalité, était terriblement jouissif, "End Of Disclosure" est un peu gênant. Quand on suit le groupe depuis des années, difficile de prendre son pied, parce qu’on a l’impression que Peter Tägtgren n’en a à peu près rien à foutre et qu’il a fait ce disque pour faire taire les fans qui lui en réclamait un nouveau avec insistance. Il plane sur cet album un sentiment d’inachevé, né de ce recyclage presque éhonté de riffs ayant déjà connu leur heure de gloire. Certes, on me rétorquera que le Death ne joue pas la variété, mais justement, HYPOCRISY a souvent su se renouveler par le passé. Renouveler, oui, pas plagier.

Au final, il n’y a rien de vraiment frappant sur ce disque, sinon les deux premiers morceaux, et les deux derniers (en comptant "Living Dead", la bonus track !). Tout le reste peut être assimilé à un remplissage qui ferait baver d’envie n’importe quel groupe de Death Mélodique. Mais voilà, HYPOCRISY n’est pas n’importe quelle formation de Death Mélodique, il est une des entités les plus intéressantes dans ce genre et il ne peut se contenter de cela. Dommage.

A lire aussi en DEATH MELODIQUE :


The SONS OF TALION
And The Sky Opened (2008)
Un espoir éclaté en plein vol !




IN FLAMES
The Jester Race (1996)
Le troisième pilier du Death Mélodique

(+ 3 kros-express)

Marquez et partagez







 
   WËN

 
   DARK BEAGLE

 
   (2 chroniques)



- Peter Tägtgren (chant, guitare, claviers)
- Mikael Hedlund (basse)
- Horgh (batterie)


1. End Of Disclosure
2. Tales Of Thy Spineless
3. The Eye
4. United We Fall
5. 44 Double Zero
6. Hell Is Where I Stay
7. Soldier Of Fortune
8. When Death Calls
9. The Return



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod