Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH MELODIQUE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Dark Tranquillity, Burden Of Grief, Gardenian, Temnein, The Black Dahlia Murder , In Flames, Hypocrisy
- Membre : Anti Cimex, Driller Killer, The Crown , Nightrage, Lock Up, Vallenfyre, Paradise Lost, Samsas Traum, Brujeria, Hellfest Open Air Edition, Disfear, Cradle Of Filth, The Lurking Fear , Decameron
- Style + Membre : The Haunted
 

 Site Officiel Du Groupe (563)
 Myspace Officiel Du Groupe (361)

AT THE GATES - Terminal Spirit Disease (1994)
Par FENRYL le 21 Décembre 2010          Consultée 4428 fois

Ce qui frappe d'entrée avec ce "Terminal Spirit Disease", ce sont les premières notes introductives de violon et de violoncelle.
On les retrouve sur "And The World Returned", sublimissime titre instru qui fait définitivement basculer le groupe dans la catégorie des précurseurs d'un nouveau genre.
AT THE GATES laisse ici exploser à la surface du Metal Extrême qu'on peut parfaitement produire des morceaux d'une mélodicité exacerbée en faisant preuve d'une technicité de chaque instant. L'ambiance et les émotions qui se dégagent de ce morceau sont tout bonnement incroyables. On entend pleurer les instruments, on est gagné par l'aspect triste, envoutant et quelque peu mystique de l'ambiance qui en émane.

Attention, n'allez pas vous méprendre pour autant... AT THE GATES nous ouvre les portes du Death Mélodique par ces quelques moments de douceur avant de plonger dans un monde de brute !
La prise de "paroles" de Tomas dès "The Swarm" est toujours sans concession : chant black/death éructé avec une virulence désormais si caractéristique mais qui n'a de cesse de convaincre au fil des écoutes. Nous sommes loin ici des aspects davantage chiadés d'un IN FLAMES ou encore plus d'un Stanne chez DARK TRANQUILLITY pour ne citer que les références absolues du genre.

Côté riff et soli, on en a pour notre argent : efficace et sans fioriture. Les sonorités lead de la guitare sont de plus en plus reconnaissables : le duo "The Swarm"/"Terminal Spirit Disease" s'enchaîne en ce sens parfaitement.
La section rythmique contrebalance efficacement l'ensemble : on peut remarquer que la batterie est placée particulièrement en avant au moment du mix final, ce qui donne une dimension plus "claquante" au son du combo.

Ce qui frappe le plus ici, c'est l'homogénéité de l'ensemble : d'un " Forever Blind" (au refrain entêtant) en passant par l'hypnotique "The Beautiful Wound" (cette intro !!), on est en terrain connu désormais et la construction des tracks se cadre de plus en plus.
Rassurez vous, on ne parle pas de "copier-coller" car outre la merveille "And The World Returned", AT THE GATES sait œuvrer dans le mid-tempo complexe ("The Fevered Circle") ou est parfaitement en mesure de vous le glisser de manière insidieuse dans un petit break, de-ci de-là ("The Beautiful Wound").

Sur les neuf titres présents sur ce troisième opus du groupe, seuls les six premiers sont des originaux. L'album se compose de trois titres live qui viennent achever l'auditeur.
Ce qui frappe c'est bien que sur les 34 minutes de l'album, seul 22 minutes de celui-ci sont représentées par du son "tout beau-tout neuf" !

On retrouve "All Life Ends" un extrait du tout premier EP du groupe ("Gardens Of Grief"), puis "The Burning Darkness" (tiré de "With Fear I Kiss The Burning", précédent album) et enfin le furieux "Kingdom Gone" (du tout premier LP "The Red In The Sky Is Ours"). On en retiendra un son des plus roots et les hurlements dantesques de Tomas Lindberg !

Troisième LP pour AT THE GATES qui confirme tout le bien que l'on avait pu penser d'eux et ce, dès "TRITSIO". Gros E.P ou mini L.P, en tout cas, on en a pour notre argent.
Si le violon semble être le dénominateur commun et le lien de filiation original, il n'en demeure pas moins que les progrès sont flagrants : outre la construction des titres, la prod' est de moins en moins minimaliste (on est tout de même pas encore au Nirvana du genre mais on avance !) et la griffe ATG fait désormais bien mal... Et vous n'avez pas encore subi la morsure, c'est pour la prochaine fois !

Note réelle : 3,5/5.

A lire aussi en DEATH MELODIQUE par FENRYL :


ARCHEON
End Of The Weakness (2001)
Originalité ? inspiration classique




ARCH ENEMY
Tyrants Of The Rising Sun: Live In Japan (2008)
Du Death Mélodique "label rouge"...


Marquez et partagez




 
   FENRYL

 
   POSITRON

 
   (2 chroniques)



- Tomas Lindberg (chant)
- Anders Björler (guitare)
- Jonas Björler (basse)
- Adrian Erlandsson (batterie)
- Martin Larsson (guitare)


1. The Swarm
2. Terminal Spirit Disease
3. And The World Returned
4. Forever Blind
5. The Fevered Circle
6. The Beautiful Wound
7. All Life Ends (live)
8. The Burning Darkness (live)
9. Kingdom Gone (live)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod