Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  E.P

Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

- Style : Dark Tranquillity, Hypocrisy, In Flames
- Membre : Hellfest Open Air Edition, Cradle Of Filth
 

 Site Officiel Du Groupe (458)
 Myspace Officiel Du Groupe (287)

AT THE GATES - Gardens Of Grief (1991)
Par POSITRON le 28 Avril 2016          Consultée 987 fois

Qui se souvient aujourd'hui de GROTESQUE, le précédent groupe du vocaliste Tomas Lindberg et (certes brièvement) d'Alf Svensson autrefois connus sous les doux noms de Goatspell et de The Hauting ? Pas grand-monde, exceptés quelques connaisseurs éclairés. Si ce groupe parmi les précurseurs du Death suédois a connu un certain succès d'estime il n'en reste que Lindberg est bien plus connu pour son office sur "Slaughter Of The Soul" que sur "In The Embrace Of Evil" – compilation tout à fait respectable qui n'est pas notre sujet.
Notre sujet se nomme "Gardens Of Grief".

"Gardens Of Grief" est le premier témoignage d'existence d'AT THE GATES, membre du big 3 du death mélodique, que je ne présenterais pas outre mesure : la célébrité de "The Rred In The Sky Is Ours" et de "Slaughter Of The Soul" s'en chargeront pour moi. Fait quelque peu inhabituel pour un premier témoignage, "Gardens Of Grief" est une charnière. En effet parler de Death Mélodique sur "Gardens Of Grief" serait un raccourci dangereux que je n'oserais pas emprunter. AT THE GATES joue ici une mixture qui sent encore fortement le soufre evil et les cendres du passé (et donc GROTESQUE) une mixture qui cependant s'enrichit déjà d'autre chose, quelque chose qui deviendra "The Red In The Sky Is Ours" et même "With Fear I Kiss The Burning Darkness". Un organe vocal déjà râpeux mais encore caverneux, une certaine façon de composer, des œillades subtiles au Death Technique et surtout une maturité largement négligée par les fans hardcore de "Slaughter Of The Soul".

Il serait en effet sot de croire qu'il faut jouer du "mayleau" pour posséder un réel sens mélodique. Ce sens nous enivre, nous accompagne et nous conduit tout au long des Jardins du Chagrin, avec originalité et toutefois constance, au point où, désirant vous éclairer sur les titres-phares et autres passages clés du disque, j'en suis hélas incapable. En gros, ça bute. Tempérons cependant nos auriculaires émois, le quintet n'est pas infaillible et bien que l'ennui ne survienne jamais, il faut bien un ou deux passages plus quelconques ou un peu maladroits – encore une fois rien handicapant.

"Gardens Of Grief" est une curiosité. Démo puis EP, il possède assez ironiquement un meilleur son que le pauvre TRITSIO dont les péripéties studio ne seront pas racontées aujourd'hui. Un vrai son suédois – sans guitare-tronçonneuse toutefois – qui saura ravir la vieille-école, un son un peu crasseux mais bien adapté et fort intelligible. "Gardens Of Grief" a de loin toutes les apparences de la première sortie pré-carrière, celle qui lance un groupe, qui annonce le style sans être toutefois défini. Celle dont la note va de 1/5 quand le groupe est encore à gueuler dans son garage à 3/5 quand le groupe est un tant soit peu prêt à affronter le monde.(1) Un bon début mais juste un début. C'est d'ailleurs préparé à ce deuxième cas de figure que j'ai abordé "Gardens Of Grief."

Mais me voilà au moment de terminer cette chronique bien embêté. Car "Gardens of Grief" n'est pas du tout un petit EP de début de carrière. "Gardens Of Grief" pourrait bien être la meilleure sortie d'AT THE GATES. Mieux produit et plus efficace que "TRITSIO", plus accessible que "WFIKTBD", plus intéressant que "Slaughter Of The Soul" (2) et qui se soucie de "Terminal Spirit Disease" ? Certes oui mais aussi moins fou et innovant que les deux premiers et moins tubesque que les deux derniers (ignorons la reformation pour l'instant).

Heureusement être un chroniquer ne demande pas de répondre à toutes les questions ou de résoudre tous les dilemmes. Aussi ne trancherais-je pas aujourd'hui et me contenterais-je d'affirmer ceci : contrairement à ce que j'aurais pu croire, "Gardens Of Grief" est tout aussi essentiel que les célébrités citées tout en haut, et un excellent point de départ pour découvrir l’œuvre d'AT THE GATES, pour la comprendre, et pour l'aimer.


(1) Des exemples étant respectivement CARCASS – "Flesh Ripping Sonic Torment" et VEKTOR – "Demolition"
(2) Je n'ose dire original sans devoir écrire une chronique entière sur "Slaughter Of The Soul" ici même.

A lire aussi en DEATH METAL par POSITRON :


KATALEPSY
Autopsychosis (2013)
Le slam pour tous.




CRIMSON MASSACRE
The Luster Of Pandemonium (2008)
Abandonne car ce disque te vaincra.


Marquez et partagez




 
   POSITRON

 
  N/A



- Tomas 'tompa' Lindberg ( chant)
- Alf Svensson ( guitare)
- Anders Björler ( guitare)
- Jonas Björler ( basse)
- Adrian Erlandsson ( batterie)


1. Souls Of The Evil Departed
2. At The Gates
3. All Life Ends
4. City Of Screaming Statues



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod