Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL INDUS  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1987 Primitive Origins
2012 Carved Into Stone
2014 Unleashed In The West
  Ruining Lives
2015 Songs From The Black ...
 

 Myspace (289)
 Chaîne Youtube (364)
 Site Officiel (462)

PRONG - Beg To Differ (1990)
Par ERWIN le 15 Juin 2010          Consultée 4825 fois

PRONG nait en 1986 sous l’impulsion de Tommy Victor, guitariste chanteur de son état, accessoirement responsable du son dans l’enceinte mythique du CBGB de New York. Il s’entoure de Mike Kirkland à la basse, le physionomiste de cette même boîte légendaire. Le très original batteur Ted Parsons les rejoint rapidement. Ils sortent deux opus sous un label de Hardcore punk : Southern records. Mais c’est la signature avec la major Epic qui va précipiter la création de leur premier véritable opus, cette pépite bleutée que vous tenez entre les mains, bande de veinards.

Vraiment complexe : cette musique, à l’orée des années 90, ne ressemble à aucune autre. Vous me voyez tout gêné de ne pouvoir la situer avec précision, car les sentiers empruntés ici sont d’une noirceur jusque là inviolée. Aucun des titres présents sur la galette n’est secondaire, ni même moyen. L’homogénéité du skeud lui vaut aujourd‘hui un statut légendaire dans le monde du Metal alternatif. On admettra toutefois l’influence directe de la blague qui tue sur ce nouveau monde musical, Jaz est partout!

Mais tentons le coup : qu’entendons nous ? Des rythmiques exacerbées, souvent dissonantes voire asymétriques. La batterie est phénoménale, le mot n’est pas trop fort pour stigmatiser le travail accompli par Parsons sur "Beg To Differ", sa frappe est d’une sécheresse sans égale, et son jeu d’une originalité toute personnelle. Le chant, sourd et angoissant, trouve ses influences dans les mouvements hardcore de la côte est. Je qualifierai cette zique de géométrique : toute en angle, en degré, toujours pentue… Ne soyez pas surpris, écoutez plutôt "Steady Decline" et imaginez-vous tombant sur un plan incliné sans fin, sans possibilité de pouvoir vous arrêter, comme le titre le laisse deviner. Mortel.

La lançinance de "Beg To Differ" rappelle certains thèmes chers à METALLICA époque "Master Of Puppets", c’est indéniable. PRONG serait donc du protopunk hardcore mâtiné d’un esprit thrash ? La voix de Tommy choque, peu ample, nerveuse et saccadée, à l’image de ses rythmiques tordues.
"Lost And Found" me rappelle des aspects de l’autre groupe culte de ces débuts de nineties, les Suisses de CORONER… Eh non ! Nous n’en sommes pas si loin d’autant que les jeux de batterie de Parsons et Eddelmann ont de nombreuses similitudes, je ne vous parle même pas du son de gratte… Terrain connu, mais traitement totalement novateur.
Étranges comparaisons ? Pas tant que cela tant l’esprit de Tommy Victor - ouais, il s’appelle Thomas comme le baron de Zurich ! Je trouve une énorme influence de PRONG sur le dernier opus des Suisses, "Grin" leur chef-d’œuvre.
La bande de Victor va être un ovni de la scène métallique des 90’s. Jamais reconnu par les masses, elle demeure le chouchou des critiques rock, et il y a même un certain snobisme à écouter PRONG… Sans compter les divers parrainages endossés : en vrac, MINISTRY, NIN, KORN ou plus simplement toute la scène indus alternative du Hard Rock.
J’apprécie tout particulièrement "Take It In Hand", son intro, sa rythmique speedée, son esprit maladif. On aura de même aucun mal à rapprocher "Intermenstrual DB" des compos des franchouillards de TREPONEM PAL, tant au niveau des thèmes que du sujet. Le beat de batterie de "Right To Nothing" me rétame à chaque fois, de même que cette infernale ligne de guitare ; Victor est vraiment un grand rythmique.

Mais les titres de gloire de ce "Beg To Differ" sont les deux qui clôturent le skeud, c’est vous dire le niveau des autres.
"Just The Same" propose une nouvelle compo d’influence Bay Area version Four Horsemen. A nouveau, c’est une guitare rythmique imparable qui vous déchire les tympans : écoutez l’incroyable refrain et damnez-vous pour l’éternité !
Enfin, la reprise de CHROME, "Third From The Sun", est peu conforme à l’originale, ce qui n’étonnera personne tant la personnalité de Tommy Victor éclate par toutes les fibres de son être. Là encore, le refrain reptatif vous plongera dans un abîme de réflexion sur la condition humaine : une merveille.

Cette zique, unique, se permet de positionner l’intellectualisme en première ligne des revendications d’un monde métallique en train d’échapper à la superficialité des années 80. Avec PRONG, on est loin des spandex, des chevelures permanentées, des looks de cuir et de clous ou d’une vision "sex drugs and rock’roll" des choses.
Opus légendaire, "Beg To Differ" pave la voie pour les années à venir, pour les cohortes de groupes issus de ce moule, mais ce faisant, il semble s’auto-immoler sur l’autel de la reconnaissance internationale, exactement comme les ptits Suisses de CORONER.

A posséder impérativement.

A lire aussi en METAL INDUS par ERWIN :


HAM
Söngvar Um Helvíti Mannana (2017)
Découverte du siècle




HAM
Skert Flog (2001)
Essentiel Live de la reformation


Marquez et partagez




 
   ERWIN

 
  N/A



- Tommy Victor (chant, guitare)
- Mike Kirkland (basse)
- Ted Parsons (batterie)


1. For Dear Life
2. Steady Decline
3. Beg To Differ
4. Lost And Found
5. Your Fear
6. Take It In Hand
7. Intermenstrual, D.s.b.
8. Right To Nothing
9. Prime Cut
10. Just The Same
11. Third From The Sun (live)



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod