Recherche avancée       Liste groupes



      
VIKING INDUSTRIEL  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Rammstein

HAM - Skert Flog (2001)
Par ERWIN le 8 Mai 2018          Consultée 403 fois

L'omnipotent HAM est en sommeil lorsque le groupe-phare du Metal du début de cette XXIème centurie, les Teutons de RAMMSTEIN, projettent de passer par Reykjavik pour rallier à leur cause les graisseux du coin, trop souvent privés de concert. Alors, le ventripotent animal ouvre un œil, lève vaguement une oreille et dans un mouvement singulier évoquant toute la grâce d'un hippopotame émergeant de sa mare, roule sur lui même dans un élan plus pataud que réellement efficace... Il grogne, tente de se débarrasser de la boue sèche qui lui recouvre le dos en se secouant tel un énorme sac de patates. L'animal se redresse lentement sur ses pattes, plante ses jarrets dans la terre originelle, puis reprend sa route, pachyderme disgracieux et bruyant. C'est la résurrection du monstre islandais. Ottarr Propé, toujours prompt à secouer les puces de son monde, prend les choses en main, Sigurjon sort la tête quelques semaines de son job de producteur, les répètes recommencent à bon train. Le projet est fort simple : il faut montrer à ces Allemands que le cochon reste dominateur.

Bref, nous voilà avec entre les mains le témoignage de ce passage en terre sacrée des Teutons de RAMMSTEIN avec HAM en première partie. Inutile de dire que Till et sa bande de sado-masos ont eu bien du mal à évoluer sur une scène saccagée après le passage du divin cochon !

Le concert débute sous le signe terrible de "Trúboðasleikjari", le premier titre de HAM à avoir percé l'épaisse couche de gras du jambon. Avec le temps, les aspects alternatifs du morceau ont disparu et ne reste que la puissance dévastatrice et l'esprit pétri de souffrance du Black Metal, avec une rythmique propre à étriper les bœufs. Rien moins que l'acte de naissance du jambon céleste. Inclinez-vous tous devant sa damnation éternelle ! Le Black continue sur "Misery", on se croirait au cœur d'une tempête islandaise, c'est insidieux et tourmenté, le chant grave de Sigurjon tonne au dessus des éléments déchaînés tel une divinité depuis le ciel, alors que les screams d'Ottarr traduisent la résistance des hommes face au déferlement de la nature. Le résultat est saisissant et sonne diablement Black Metal, avec ses tremolo-pickings et son ambiance souffreteuse. Magnifique ! Et "Death" est un titre... De Black... personne n'est parfait et le cochon moins que tout autre ! Cela dit les harmonies vocales de Sigurjon sur les tremolo-pickings de Flosi et le chant torturé d'Ottarr forment un tout d'une puissance rare et parfaitement maîtrisée.

Il y a des sommets sur cet opus live : "Musculus"... L'ovni absolu ! Certains parmi vous ont peut-être déjà eu la chance de voir les membres de SKÁLMÖLD joindre leur force de jeunes débutants morveux avec les gars de HAM pour une version à deux groupes de ce titre dantesque, si non, vous savez ce qui vous reste à faire ? Bref, "Musculus" se présente comme un « Kirie Elesion », un chant sacré – enfin païen, pas un seul de ces mecs n'est chrétien, ils ne croient qu'au cochon ! - à la limite du liturgique, agrémenté d'une batterie martiale aux roulements terribles et d'une rythmique marteau pilon qui jamais ne vous lâchera la gorge. C'est beau, c'est lourd, c'est dense, c'est du jambon !

Vous entendez le synthé fou sur "Sanity" ? Il s'agit rien de moins que l'immense Johann JOHANSSON aux claviers, celui la même qui est devenu par la suite le cador rival de Hans ZIMMER pour les B.O. de films d'action et de SF... Ouais on est cochon mais on n'est pas dans la merde ici... Le titre est le symbole même du jambon, c'est inclassable, voyez par vous même... J'ai presque envie de dire que c'est expérimental... Avec des structures Black, et des chants complètement vrillés. Et devinez quoi ? "Bulldozer" porte super bien son nom ! La rythmique de Sigurjon et Flosi est tout bonnement écrasante. Un titre qui rappelle certaines ambiances crées par le regretté Quorthon pour BATHORY, c'est donc inévitablement très viking, avec la spécificité, l'originalité de HAM, ce côté mammouthesque, mais aussi industriel, ces guitares cinglantes, et cette absence de solo, l'alternance entre le chant clair et les screams. Encore une petite merveille !

Nous avons ici une fort belle version du "Voulez-Vous" de leurs distingués collègues scandinaves d'ABBA. HAM donne une vision très personnelle du groupe de Pop suédois, bien entendu, il y a quelques écarts entre les jupettes-ceintures des petites Suédoises d'ABBA et l'énormité débonnaire du lourd cochon islandais, mais au final, HAM donne une vision toute personnelle et supra lourdingue de l'hymne du Disco, lui donnant une identité Doomy d'excellente tenue.

Je suis tout aussi fana du Black Rock'N'Roll de "Partibær", qui dépote sérieusement sa race. Il n'y a rien à faire, ces mecs sont dignes de leur cochon, totalement indécrottables. Car oui, c'est hymnique et provoque une véritable furia dans les rangs des spectateurs du concert. Pour sûr, les gars de RAMMSTEIN ne pensaient pas devoir passer après une telle apocalypse ! "Lonesome Duke" évolue entre une rythmique Doomy supra bien balancée, les intonations célestes de Sigurjon et le chant teigneux d'Ottarr, accompagnés des désormais célèbres digressions de Flosi, alors que la section rythmique écrase tout sur son passage. Quel ensemble ! Quelle cohésion ! La rythmique presque Grungy de "Animalia" est à peine moins remarquable, s'il me fallait viser un point faible sur ce Live, ce serait ce titre ?

Que puis-je vous dire de plus ? Dans cette discographie placée sous le signe de l'illogisme car prise à rebours, je reste sempiternellement ahuri devant toutes les qualités qui font de HAM le groupe tutélaire de l'Islande, ce devant la liste immense de ces rejetons assumés qui eux, sont connus et appréciés dans nos contrées, alors que l'énorme cochon se morfond dans la solitude de sa bauge islandaise et n'a pas droit aux honneurs des concerts ou des bacs à disque dans nos contrées sudistes. Quelle injustice ! Quelle iniquité ! La flamboyance rougeaude du cochon islandais doit désormais rayonner à travers le monde ! Un live parfaitement cochonné : tout est bon malgré son titre qui signifie « en pleine déliquescence »...

A lire aussi en METAL INDUS par ERWIN :


HAM
Söngvar Um Helvíti Mannana (2017)
Découverte du siècle




HAM
Svik, Harmur Og Dauði  (2011)
Odin est dans le cochon


Marquez et partagez




 
   ERWIN

 
  N/A



- Sigurjón Kjartansson (chant-guitare)
- Óttarr Proppé (chant)
- Arnar Geir Ómarsson (batterie)
- S. Björn Blöndal (basse)
- Jóhann Jóhannsson (claviers)
- Flosi Þorgeirsson (guitare)


1. Trúboðasleikjari
2. Death
3. Animalia
4. Sanity
5. Voulez-vous
6. Lonesome Duke
7. Misery
8. Bulldozer
9. Musculus
10. Partibær



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod