Recherche avancée       Liste groupes



      
VIKING INDUSTRIEL  |  STUDIO

Questions / Réponses (1 / 0)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Rammstein

HAM - Svik, Harmur Og Dauði  (2011)
Par ERWIN le 24 Avril 2018          Consultée 601 fois

Salut les pucelles ! Bien, si vous avez bien suivi ma chronologie inversée – excusez moi encore ! - vous savez déjà que le cochon est le patron de la musique islandaise et qu'il est énorme... Ah pour sûr il n'a rien d'une minette ou d'un sémillant jeune homme aux abdos chromés... HAM est gras... Très gras... C'est un vrai metalleux presque quinquagénaire, un graisseux pur jus, pur souche. Et quand on cause de souche, croyez-moi, les vikings savent de quoi ils causent. Les cinq membres de HAM ont tous des boulots rémunérateurs et gratifiants, tous des groupes annexes qui vont du Reggae au Funk en passant par le Punk et la Pop, mais ils jouent ensemble le plus possible sous le signe du jambon, l'appellation du plus culte des groupes de Reykjavik, soit la concurrence la plus rude qui soit au monde. Ils sont donc les papas de SKÁLMÖLD, SVARTIDAUĐI ou SÓLSTAFIR, qui les regardent tous d'en bas avec admiration. Et tous ces minots encore crotteux ne la ramènent pas une seule seconde devant leurs aînés. Alors les albums ne se succèdent pas à grande vitesse, c'est certain. Nous en sommes au sixième, il y a un écart de dix ans avec le précédent, puis de six ans avec le suivant. C'est un cas particulier dans notre musique, allier une telle qualité sur une telle durée tout en faisant « autre chose » de leur vie professionnelle. Voici donc « le mensonge, la tristesse et la mort ».

Et il y a plusieurs titres totalement indispensables dans cette galette rouge cochon. Quoi ça ? Le cochon est rose ? Pas en Islande, non, c'est un cochon viking, il rougeoie du feu de la terre et on doit le saigner des heures pour qu'il explose dans une mare de sang que même CANNIBAL CORPSE c'est des fleuristes à coté... Donc, non, c'est pas de la musique pour Greenpeace ! L'Islande est une terre où la lutte est permanente pour survivre et la musique de HAM porte cet état d'esprit radical dans tous les pores de son jambon.

On débute de suite par le sommet : s'il me fallait désigner la meilleure chanson de RAMMSTEIN de tous les temps, je n'hésiterais pas une seule seconde : c'est "Mitt Lif"... Si, si ! Et je vous dirais d'aller vous rendre sourd comme un pot en écoutant Sigurjón marteler ce refrain sublime, avec une puissance martiale qui fait de Till Lindemann un lilliputien, ce qu'il est d'ailleurs, comparé au colossal géant qu'est l'Islandais. Ce titre est une tuerie jouissive exceptionnelle. Qu'est-ce-vous dites ? C'est pas une chanson de RAMMSTEIN ? Bah non, mais j'en ai rien à foutre ! Plaignez-vous à Richard, cet incapable qui n'a jamais su composer un truc pareil et qui pourtant brasse des millions-là ou HAM vend trois disques ! Pour moi, c'est imparable, imbattable, inégalable en termes d'industriel lourd. Telle est la puissance du jambon, amen !

Mais "Gamlir Xvikamenn A Ferð" occupe aussi une place à part dans la discographie de HAM. Je vous engage vivement à ne pas la laisser passer. L'ambiance est à la Cold Wave, avec un son des années 2000. C'est magnifique de noirceur, le chant presque parlé et torturé d'Ottarr procure à l'ensemble une troublante identité païenne. Ce n'est pas du Metal, c'est du Gothique originel, sombre et malsain. C'est très intense et super bon, Mais pour passer du jambon au cochon, on trouve aussi du Doom digne de SAINT VITUS ou de TROUBLE sur "Alcoholismus Chronicus", c'est un rien statique à mon goût, mais à nouveau, le baryton Sigurjón parvient à faire naître un climat de franche déconnade, car les paroles sont hilarantes !

Mais l'Islande des vikings reste au cœur de la musique du jambon. Elle est fabuleusement épique sur "Svartur Hrafn", ou on retrouve les principaux éléments qui transcendent ici le viking. La chant clair et si bas de Sigurjón tonne tel le marteau des dieux sur la terre de feu, c'est magnifique de réalisme et complètement atypique. Impossible de rattacher ce genre de compositions à un autre groupe ou même un genre. Les digressions de Flosi forcent le respect, la guitare, bien que toute simple, égrène avec majesté des notes somptueuses, qui renforcent s'il le fallait encore la grandeur de l'ensemble. Un titre très fort, qui pourra plaire à tout le monde.

L'hymne guerrier "Sviksemmi" est une cavalcade impressionnante de clarté, un fracas tellurique énorme. "Einskins Son" est d'une puissance dévastatrice terrible, les licks de guitare y sont magnifiques, et le chant guttural d'Ottarr est croassant de malsanité – je rappelle que notre gueulard est un respecté député du parlement islandais, ça vous en bouche un coin non ? Vous imaginez ça chez nous ? Moi pas... Ça n'arrivera jamais. On trouve cette fois sur "Heimmamen" des « hahaha » chantés qui alternent avec les raclements de corbeau d'Ottarr, qui ramène le titre sous des cieux moins verdoyants. Oui car le cochon broute aussi... On en termine avec le viking sur l'écrasante "Dauð Hóra" car cette « Putain de Mort » dispense une puissance phénoménale et ne vous laissera pas indifférent, ne la ratez surtout pas ! Et je ne vous parle pas du refrain d' "Ingimar", si vous ne vous pétez pas la voix là-dessus, c'est que vous êtes déjà muet !

Il n'y a pas à tergiverser, cet album est aussi bon que celui de la livraison de 2017, qui était déjà époustouflant. Que puis-je vous dire de plus pour vous donner envie de changer de charcutier et d'aller dorénavant chercher vos jambons là ou ils sont les plus lourds, les plus ventrus de la planète ? Ils sont vieux, chauves et tout vilains, ils se foutent du look et ne se prennent pas au sérieux, mais leur musique est putain de jouissive de la mort qui tue par le marteau d'Odin et les flammes de Surtur ! Allez, rejoignez les rangs des adorateurs du culte du jambon !

*** Les disques étant plus difficiles à trouver qu'une trace d'honnêteté dans la vie politique française, je vous engage vivement à découvrir le groupe via les Lives que vous trouverez vous-savez-où sur le net, tous sur KEXP Reykjavik !

A lire aussi en METAL INDUS par ERWIN :


HAM
Söngvar Um Helvíti Mannana (2017)
Découverte du siècle




PRONG
Beg To Differ (1990)
Malsain et essentiel


Marquez et partagez




 
   ERWIN

 
  N/A



- Sigurjón Kjartansson (chant-guitare)
- Óttarr Proppé (chant)
- Arnar Geir Ómarsson (batterie)
- S. Björn Blöndal (basse)
- Jóhann Jóhannsson (claviers)
- Flosi Þorgeirsson (guitare)


1. Einskins Son
2. Dauð Hóra
3. Mitt Lif
4. Alcoholismuschronicus
5. Gamlir Svikamenn á Ferð
6. Sviksemi
7. Heimamenn
8. Veisla Hertogans
9. Svartur Hrafn
10. Ingimar



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod