Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD FM / A.O.R   |  STUDIO

Commentaires (5)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Def Leppard, Danger Danger, Trixter, Pink Cream 69, Poison, Manic Eden, Jaded Heart, Gotthard, Heart
- Membre : Richie Sambora

BON JOVI - The Circle (2009)
Par CANARD WC le 23 Mars 2010          Consultée 5635 fois

« Nan c’est quoi ce groupe ? Je savais que t’écoutais du Punk nul et du Metal tout naze, mais je savais pas que t’écoutais aussi du Rock pour nanas. »

« Un peu de respect, c’est de BON JOVI dont tu parles, mon premier groupe de Hard Rock… »

« Attend, ça, c’est pas du Hard Rock. »

« Si si je t’assure. Même qu’on appelle ça du Hard FM. Perso, je suis fan de BON JOVI. »

« Que tu sois fan de METALLICA par exemple. Ok, à la limite, je peux la comprendre, ça dégage une certaine "force". J’arrive même à comprendre que t’aimes SLAYER. Mais là, BON JOVI, il me manque une pièce du puzzle… »

Je me lance alors dans une longue et pénible explication sur "Keep the fesses", sur les aspects mélodiques, le sens du tube, de la composition des premiers albums de BON JOVI, l’influence du groupe sur les papous et la beauté des brushings masculins. Ma Blonde m’écoute distraitement et farfouille en même temps sur mon PC. Au bout de quelques secondes, "You Give Love A Bad Name" résonne dans l’appartement, elle agite sa chevelure or en reproduisant les gimmicks 80’s avec un zèle irrespectueux. C’est vrai que BON JOVI, c’est un peu « has been », un peu tata aussi. Du coup, je me sens con (alors que je devrais pas). Je décide donc d’écouter "The Circle" (leur nouveau méfait), peinard, au casque, enfermé dans les chiottes et je me sens encore plus con.



Pourtant, à chaque nouvel album, toujours les mêmes symptômes : excitation, allégresse et petits cris hystériques. Je fais style que j’en ai rien à foutre du dernier BON JOVI, mais dès que personne me voit, je me jette sur les MP3s comme un sauvage et je tremble en appuyant sur le bouton « play ». C’est bien simple, Jon, j’ai envie de lui caresser les cheveux tellement je l’aime. Et voilà et CDLM et j’en ai marre et je suis triste et je sens que les lecteurs vont écrire des commentaires qui vont me donner envie de distribuer des coups de boule rotatifs.

Pourtant, j’y ai cru. Faut dire qu’il est un peu salaud, le Jon, d’ouvrir l’album avec son meilleur titre. Ça se fait pas. Forcément, après vous êtes déçu(e) et vous pensez au suicide. Puis bon, entre les lignes, ça veut dire que POTENTIELLEMENT BON JOVI peut DANS L’ABSOLU ne pas faire de la merde. D’ailleurs, "We Were’nt Born To Follow" est presque excellent : énergique, mélodique avec le refrain qui va bien et ce zeste d’agressivité FM. Alors on se laisse un peu aller, on serre le poing, on a envie d’y croire, de « garder la Foi ». Et je me vois vous faire l’article, propulser cet album en Sélection du Site via une chronique magnifique et tous les lecteurs qui me sucent la bite avec admiration. Sauf qu’après ce single, j’ai le regret de vous annoncer que c’est beaucoup moins bien. Quel dommage. On va donc se calmer et boire frais à Saint-Tropez.

Alors certains parleront de savoir-faire, de calibrage, de continuité blabla. Une façon polie de dire « facilité », « tiédeur » et « transparence ». Car c’est bien cela qu’on peut lui reprocher à ce "Circle" qui tourne en rond : un album qui s’écoute gentiment, du Hard FM ronronnant qu’on va fatalement oublier. Bref, il se passe pas grand-chose, on s’ennuie poliment : les mélodies sont un peu banales, les riffs aux abonnés absents, refrains téléphonés et Jon aussi inspiré qu’une Hotline (un bon résumé de toute cette gentille médiocrité est concentré sur "Live Before You Die"). Sans être absolument vomitif, ce nouveau cru BON JOVI est absolument passe-partout. Les quelques titres qui surnagent dans cet océan d’indifférence commerciale sont à peine du niveau des plus mauvais morceaux de la belle époque "Slippery" / "New Jersey".

Evidemment, on peut aussi prendre les choses du bon côté et arrêter de dire des méchancetés. Déjà, BON JOVI n’est pas mort. Il est même plutôt actif en 2000. Ce qui sous entend que dans l’absolu, après avoir flirté avec la Pop moisie, le Rock US à deux balles et la Country pourrie, il est possible que le groupe arrive à déboucher dans une clairière bienveillante. A ce titre, "The Circle" est meilleur que "Lost Highway". Il y a donc du progrès, de quoi se réjouir et défendre son bout de gras. Le simple fait que Jon et sa troupe se décident à revenir vers quelque chose de plus Rock « dur », vers du FM « comme il sait faire » et aient la lucidité d’abandonner les horreurs Folk / Country, justifie qu’on crache pas trop sur l’album. Puis bon, Sambora refait surface, ça fait plaisir. Je suppose que son divorce avec Heather « épouse-moi » Locklear l’a motivé à ressortir sa gratte du placard avec des interventions brillantes et discrètes (on a même droit à un beau solo qui tue sur "Bullet"). C’est toujours ça de pris (faut pas trop être exigeant quand on est toujours fan de BON JOVI en 2009). Plus largement, ça veut aussi dire que Heather est libre, faites-moi penser à lui filer un coup de fil à la fin de cette chronique (*).

On a trop eu tendance à voir d’un bon œil les dernières tentatives d’ouverture de BON JOVI. Il fallait soi-disant saluer la maturité artistique, le courage de casser son image, la prise de risques de mes couilles, blabla. Je pense personnellement que Jon est un gros faiseur. Son savoir-faire acquis au fil des années lui permet de « tâcheronner » gentiment et de bouffer à d’autres râteliers sans trop se casser le baigneur. Je n’ai rien contre le fait qu’un artiste souhaite évoluer, m’est seulement avis qu’en cours de route, Jon a laissé un peu d’inspiration, d’exigence et de volonté de bien-faire. Résultat des courses : depuis "These Days", la disco de BON JOVI pue à plein nez le pilotage automatique, soit un problème de fond qui dépasse assez largement le simple cadre du « c’était mieux avant » bête et méchant dont on pourrait m’accuser. Ce sont d’ailleurs en général les mêmes qui font un lien entre le nouveau BON JOVI et Bruce Sringsteen (si si je l’ai lu). Le simple fait d’effectuer une telle comparaison confine selon moi au blasphème pur et simple, tant le talent de Springsteen est réel, tant le bricolage auquel se livre Jon est flagrant. "The Circle" est bien plus proche d’un U2 fadasse (Cf. "When We Were Beautiful") que des restes de l’époque bénie où Jon bossait un peu ses compos, avait des idées et quelque chose à proposer.


Bref, même si les deux mots commencent de la même façon : l’art et l’artisanat n’ont rien à voir.


Note : 2/5 (par respect pour ses premiers albums et parce que l’ensemble n’est pas désagréable)


Morceau préféré : "We Were’nt Born To Follow"



(*)Top 5 des nanas catégorie « séries US » (classement provisoire):
1) Heather LOCKLEAR donc
2) Tricia HELFER (BSG)
3) Jennifer ANISTON (Friends)
4) Cobie SMULDERS (How I met)
5) Sarah CHALKE (SCRUBS)
Entrée remarquée de Cobie à la place de Marcia Cross et bonne performance de Sarah CHALKE qui se maintient dans ce Top 5 du Canard.

A lire aussi en HARD FM / A.O.R par CANARD WC :


MÖTLEY CRÜE
Dr Feelgood (1989)
Motley les crocs

(+ 3 kros-express)



The NIGHT FLIGHT ORCHESTRA
Amber Galactic (2017)
Vous allez détester l'aimer. Si, si, vous verrez.


Marquez et partagez




 
   CANARD WC

 
   MULKONTHEBEACH

 
   (2 chroniques)



- Jon Bon Jovi (miaulements)
- Richie Sambora (gratounette et choeurs)
- Hugh Mcdonald (sourdine de basse)
- Tico Torres (tss tss bam bam)
- David Bryan (clavier pouet pouet)


1. We Weren’t Born To Follow
2. When We Were Beautiful
3. Work For The Working Man
4. Superman Tonight
5. Bullet
6. Thorn In My Side
7. Live Before You Die
8. Broken Promiseland
9. Love's The Only Rule
10. Fast Cars
11. Happy Now
12. Learn To Love



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod