Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style + Membre : Gruesome
 

 Myspace Du Groupe (382)
 Chaîne Youtube (251)

MALEVOLENT CREATION - The Ten Commandments (1991)
Par BIONIC2802 le 14 Novembre 2009          Consultée 3381 fois

Tampa… Morrissound Studios… Scott Burns… début des nineties…

Évidemment que vous voyez ce dont nous allons aborder aujourd’hui : de la fondation du Death Metal et plus particulièrement, d’un de ses rejetons les plus prolifiques - toujours maintenu en place à l’heure actuelle, soit 20 ans d’âge s'il-vous-plaît, sous la reformation initiale ou presque - et qui a participé à la naissance de ce mouvement. La Floride en était son berceau. Oui, MALEVOLENT CREATION était déjà de la partie. C’est une créature maléfique suintant bon la chair putride et nauséabonde d’un style que nous affectionons tout particulièrement, et que nous allons étaler ci-dessous grâce à leur premier album apparu sous la forme de "The Ten Commandements". Tout un programme !

C’est encore et toujours grâce à cette inépuisable source qu’est la fameuse compilation "At Death’s Door" sortie en 1990 - sous forme de K7 audio à l’époque (sic !) - que j’ai écouté pour la première fois MALEVOLENT CREATION avec le titre "Decadence Within". Cet enregistrement a été pour moi le début de fabuleuses découvertes telles que MORGOTH, SEPULTURA, PESTILENCE, SADUS, EXHORDER, DEICIDE, DEATH, OBITUARY, ATROCITY, CEREBRAL FIX et même du Death qualifié de «chrétien» qu’était BELIEVER ! Ah nostalgie, quand tu nous tiens…

MALEVOLENT CREATION a lui aussi façonné l’esthétique du Death Metal en consolidant les bases du genre. Nous pouvons parler de Death classique au sens où les compositions précises, variées et déjà techniques reprenaient, en fait, les arguments mis en place par des MORBID ANGEL et autre DEATH pour l’exemple. Alors, si le groupe n’a rien inventé, en revanche, il a su façonner un caractère bien trempé dans un acier des plus morbides, au relent thrashisant (grand fan de SLAYER entre autres), et exécuté avec soin.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, le premier commandement "Memorial Arrangements" se veut malsain et posé. Nous pénétrons dans un univers qui laisse présager l’enfer que MALEVOLENT CREATION est en droit de nous balancer en pleine tronche. Du moins, ce morceau introductif en serait l’antichambre…

Parce qu’après, c’est tout un album qui résonne d’un son au grain si particulier et qui a, du coup, cette «divine» touche que nous recherchions tous à ce moment-là. Cette dernière va défiler, tout au long de ces «dix commandements», au contact de vos oreilles amatrices du genre. Crasseux et étouffant, voilà comment nous aimions notre atmosphère musicale en c’temps-là. Pour peu que vous y prêtiez attention, ce premier album est une pièce de choix pour découvrir ce qu’étaient les prémices d’un style toujours en place et démultiplié quasi à l’infini de nos jours.

Ici, c’est un Death Metal haineux, avec des textes qui ne volent pas très haut mais que son «performer» vocal met en scène avec un charisme des plus hypnotiques. En effet, Brett Hoffmann n’est pas l’exemple type de ce que nous pourrions appeler un être délicat et maniéré. Non, c’est évidemment l’archétype d’un homme sans compromis au caractère hyper nerveux et quasi jamais de bonne composition. Vu le contexte musical, nous acceptons avec joie !

Il y a bien un effet de voix synthétique sur un des passages de "Impaled Existence", mais ce n’est pas une innovation en soit. Bref, au final, ce sont dix titres qui démontrent une détermination et un savoir-faire totalement dédié au Death Metal avec, pour l’époque, une rapidité d’exécution et des ambiances morbides et haineuses à souhait. Bien sûr, à l’heure actuelle, nous avons tous entendu beaucoup plus fort, mais cette première pierre posée par MALEVOLENT CREATION a son charme et mérite d’être abordée par nous tous, au moins une fois, pour se rendre compte d’un univers qui se créait et qui a permis à d’autres formations d’évoluer dans ce genre de créations malveillantes !

A lire aussi en DEATH METAL par BIONIC2802 :


HATE ETERNAL
Phoenix Amongst The Ashes (2011)
Plus accrocheur en lourdeur devenue "audible"...

(+ 1 kro-express)



MORGOTH
Resurrection Absurd (1989)
La légende est en marche ; version européenne !

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez




 
   BIONIC2802

 
   DEADCOM

 
   (2 chroniques)



- Brett Hoffmann (voix)
- Phil Fasciana (guitare)
- Jeff Juszkiewicz (guitare)
- Jason Blachowicz (basse)
- Mark Simpson (batterie)


- The Ten Commandements
1. Memorial Arrangements
2. Premature Burial
3. Remnants Of Withered Decay
4. Multiple Stab Wounds
5. Impaled Existence
6. Thou Shall Kill !
7. Sacrificial Annihilation
8. Decadence Within
9. Injected Sufferage
10. Malevolent Creation



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod