Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL ET POST BIDULE  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

1980 Killing Joke
1981 What's This For...!
1982 Revelations
  Ha!
1983 Fire Dances
1985 Night Time
1986 Brighter Than A Thous...
1988 Outside The Gate
1990 Extremities, Dirt And...
1992 Laugh? I Nearly Bought O...
1994 Pandemonium
1996 Democracy
2003 Killing Joke
2006 Hosannas From The Bas...
2007 Inside Extremities Mixes...
2008 The Peel Sessions 1979-1...
2009 The Gathering 2008
2010 In Excelsis
  Absolute Dissent
2012 Mmxii
2015 Pylon

KILLING JOKE - Democracy (1996)
Par POSSOPO le 24 Janvier 2009          Consultée 3248 fois

Toujours plus metal, KILLING JOKE.

Et on tient ici la cause des nombreuses critiques qui émailleront la sortie de "Democracy", suite très logique de "Pandemonium", album attestant comme son prédécesseur d'un changement radical chez un groupe tournant allègrement le dos à la post-punkitude qu'il a lui-même contribué à faire naître. Les metalleux seront ravis et pourront enfin répéter en soirée que KILLING JOKE, ça déchire sans se voir pousser le nez en pensant que c'est trop moche d'avoir le nez qui pousse, certes, mais surtout en se disant :
« Mais putain, c'est quoi cette horreur punk indus new wave inaudible ? Ahhh, on dirait les PET SHOP BOYS et les CURE qui font des reprises des SEX PISTOLS dans une usine, c'est immonde ! ».

Et ceux qui aiment les CURE, les SEX PISTOLS, peut-être aussi SISTERS OF MERCY, FIELDS OF THE NEPHILIM, EINSTÜRZENDE NEUBAUTEN, BAUHAUS, CRASS, SIOUXSIE AND THE BANSHEES, JOY DIVISION, NEW ORDER et THROBBING GRISTLE n'auront qu'une phrase à la bouche :
« Ahhhhhhhh, on dirait IRON MAIDEN et les SCORPIONS, du heavy metal…c'est immonde ! ».

Au jour d'aujourd'hui, il est assez drôle de constater que "Democracy" a, selon certains, assez mal vieilli, la faute à son géniteur lui-même qui, de nouveau ressuscité au 21ème siècle, s'est mis à lâcher complètement les chevaux pour nous pondre deux albums tonitruants. Et "Democracy", à côté de ce gros crachage de watts toujours superbe d'intelligence, a le genou un peu mou. Alors, pas assez metal ou trop metal ? Il faudrait savoir.
Autre problème, "Democracy", définitivement vidé de tout aspect industrialisant, peine à soutenir la comparaison avec un "Pandemonium" au caractère nettement plus prononcé.

Mais là où "Democracy" est fort, c'est que toutes ces critiques, aussi honnêtes et fondées soient-elles, mettent trop en avant l'esprit élitiste de celui qui les crie et les écrit. Pas expérimental pour un sou, riche d'un son aussi saturé qu'harmonieux, on le dira brouillon et mal défini, deux fois moins sombre et cent fois moins scarifié dans ses mélodies qu'autrefois, l'artiste la joue simple sur la forme, soul dans le propos.
Trop simple pour beaucoup. Et même les metalleux trouveront un petit quelque chose à redire, trop contents qu'ils étaient après s'être baffrés sur "Pandemonium". Les guitares sont moins tranchantes, il est vrai. Les accords de guitare sèche donnent l'impression qu'on écoute de la pop folk. Quant aux adeptes des premiers jours, ils cracheront sur une production qui a presque tout oublié de ce qu'ils aimaient chez leur idole.
Pour ce qui est de la soul, ces mêmes personnes feront semblant de ne pas la comprendre. Car KILLING JOKE a évolué en restant identique. Il compose même mieux que jamais. "Lanterns", "Medicine Wheel" et tous les autres.

KILLING JOKE toujours punk, KILLING JOKE toujours new wave ("Medicine Wheel"), KILLING JOKE toujours post, KILLING JOKE toujours indus et même techno, KILLING JOKE de plus en plus rituel, KILLING JOKE désormais metal, KILLING JOKE plus accessible dans un écrin épuré de toutes ses épines du passé et pas encore blindé au très gros son. KILLING JOKE va finalement toujours très bien, merci pour lui.

A lire aussi en METAL INDUS par POSSOPO :


KILLING JOKE
Killing Joke 2003 (2003)
Metal et post bidule




PRONG
Power Of The Damager (2007)
Dans ta gueule, ce disque !


Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
  N/A



- Jaz Coleman (chant, claviers)
- Geordie Walker (guitares)
- Martin 'youth' Glover (basse)
- Nick Holywell-walker (claviers)
- Geoff Dugmore (batterie)


1. Freedom
2. Democracy
3. Prozac People
4. Lanterns
5. Aeon
6. Pilgrimage
7. Intellect
8. Medicine Wheel
9. Absent Friends
10. Another Bloody Election



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod