Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Commentaires (10)
Questions / Réponses (6 / 34)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


ALBUMS STUDIO

2001 1 Terra Incognita
2003 1 The Link
2005 3 From Mars To Sirius
2008 2 The Way Of All Flesh
2012 2 L'Enfant Sauvage
2016 2 Magma
2021 3 Fortitude

VHS/DVD/BLURAYS

2004 The Link Alive
2013 Les Enfants Sauvages
 

- Style : Strapping Young Lad, Fit For An Autopsy, Scarred, Orbit Culture
- Membre : Cavalera Conspiracy
 

 Site Officiel (1770)
 Chaîne Youtube (1438)

GOJIRA - The Way Of All Flesh (2008)
Par ZIONLEEMASTERSEB le 20 Octobre 2008          Consultée 17331 fois

Voici donc le grand retour de GOJIRA. Vous vous souvenez, le petit groupe Basque (indépendant) et original qui à force de travail avait réussi dans un premier temps à tourner aux States en première partie de LAMB OF GOD, BEHEMOTH et MACHINE HEAD. A croire qu’ils devaient être convaincants, ils se sont même vus offrir un joli deal pour la distribution de leur disque "From Mars To Sirius" sur le territoire Nord Américain par Prosthetic Records.
Joli boulot en effet, GOJIRA, jeune groupe émergeant de la scène Death Metal se veut original à plus d’un titre. Leurs textes sont intelligents et leur engagement écologique pour la protection de notre planète est autant une valeur ajoutée positive à leur univers qu’une différence flagrante par rapport aux préoccupations d’usages chez leurs pairs.
Humainement, ils gardent les pieds sur terre, contents d’être portés par un engouement général. Ils restent humbles face au succès passé et à la déferlante qui s’annonce et que tout le monde leur souhaite. A vrai dire une formule me brûle les lèvres mais elle risque d’en faire sursauter plus d’un, GOJIRA en toute originalité propose un Death Metal de baba cool !!!! A y'est le mot est lâché.

La chance est donc donnée à GOJIRA d’être sous le feu des projecteurs. Après, un début de parcours remarqué, il va leur falloir enfoncer le clou et prouver que leur succès n’est pas un feu de paille, qu’ils peuvent faire évoluer leur univers en continuant à captiver et surtout continuer à occuper le terrain mondial. C’est avec "The Way Of All Flesh", le tant attendu nouvel album que les choses se présentent.

Nos beatniks des temps modernes sont lucides sur le monde qui nous entoure, ils ont compris l’urgence de la situation et les priorités qu’il y a à donner. Ne nous fourvoyons pas, il n’y aucun désenchantement dans leur message, il y a la rage de l’indifférence générale mais l’intérêt sans borne pour la personne humaine, de son âme et... de la mort, sujet central du disque.

Musicalement, nous sommes en territoire connu, tous les ingrédients sont ici réunis. Un groove énorme, une technique à la batterie imparable et des cavalcades guitaristiques hypnotiques. On commence très fort avec "Oroborus" par lequel GOJIRA se rappelle à nos bons souvenirs. "Toxic Garbage Island" est le titre lien qui nous relie aux préoccupations environnementales du groupe présentes sur "From Mars To Sirius". Celle-ci traite d’un immense dépotoir d’ordures, grand comme plusieurs fois la France, à la croisée de différents courants marins dans le Pacifique. Frissonnez chers lecteurs, il ne s’agit pas d’une allégorie mais d’un lieu bien réel. Véritable honte pour l’humanité qui en est responsable.
Une belle surprise prend place en troisième plage avec "A Sight To Behold" aux sonorités proches de l’electro. Cette pause mid tempo n’est pas la seule, nous trouvons "The Silver Cord" morceau musical ambient entre deux furieuses pièces maîtresses "Yama's Messengers" et "Adoration For None". Prétexte à retrouver Randy Blythe de LAMB OF GOD de leur tournée commune Nord Américaine.
"The Art Of Dying" est la pierre angulaire du disque, de plus de 9 minutes, intro aux réminiscences Dead Can Dance, lourdeurs et mélodies cohabitent dans une ambiance de fin du monde avant de se relâcher crescendo jusqu’à l’évaporation. Quant au single , "Vacuity", il est le meilleur choix qui soit puisqu’il synthétise bien ce qu’est l’album dans son ensemble.

D’un premier abord, ce qui surprend, c’est la structure alambiquée de l’album, tout tient parfaitement debout mais contrairement à son prédécesseur qui œuvrait dans l’efficacité, GOJIRA nous offre ici beaucoup d’ambiances et des surprises. Laurent Etxemendi jusque là l’ingé exclusif du groupe s’est partagé la tâche avec Logan Madder (ex-MACHINE HEAD). Ce dernier s’étant chargé de la prise son de la batterie et du mastering du disque. Pour un résultat plus catchy.

Cet album n’a pas fini de nous livrer tous ces secrets et c’est tant mieux. Il est du genre racé et nul doute qu’il se bonifiera avec le temps. Tel la boîte de Pandore, maintenant qu’il nous est ouvert, la tempête et les affres du monde peuvent commencer à tout dévaster.
Soulignons qu’outre ses qualités musicales, l’écrin dans lequel le disque nous est présenté est soigné. Il s’agit d’un digibook, orné des dessins de Jo et de photos absolument magnifiques prises par sa sœur.
GOJIRA fonde avec "The Way Of All Flesh", le renouveau du Death Metal au message universel.

A lire aussi en DEATH METAL :


BILLY BOY IN POISON
Watchers (2013)
Comme quoi, la modernité a du bon




NECROPHAGIST
Epitaph (2004)
Death metal technique et excellent


Marquez et partagez






 
   ZIONLEEMASTERSEB

 
   FENRYL
   ISAACRUDER

 
   (3 chroniques)



- Joseph Duplantier : Voix/guitare
- Mario Duplantier : Batterie
- Jean-michel Labadie : Basse
- Christian Andreu : Guitare


1. Oroborus
2. Toxic Garbage Island
3. A Sight To Behold
4. Yama's Messengers
5. The Silver Cord
6. Adoration For None
7. All The Tears
8. The Art Of Dying
9. Esoteric Surgery
10. Vacuity
11. Wolf Down The Earth
12. The Way Of All Flesh



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod