Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Strapping Young Lad
- Membre : Cavalera Conspiracy
 

 Site Officiel (721)
 Chaîne Youtube (533)

GOJIRA - Terra Incognita (2001)
Par FENRYL le 25 Novembre 2011          Consultée 6856 fois

Il est enfin temps de réparer un des (sans doute nombreux) oublis/manques présents sur le site, en l’occurrence vous proposer la chronique du premier véritable opus de GOJIRA...

Aussi incompréhensible que cela puisse paraître en 2011, nous n'avons toujours pas eu le temps de vous parler de ce "Terra Ingonita" avant aujourd'hui, alors que les natifs des Landes sont sans aucun doute actuellement la plus grosse référence hexagonale dans le monde du Metal mondial ! Rien de moins !

"Terra Incognita" est la baffe par excellence dans un Metal français moribond. Nous sommes en 2001 et GOJIRA n'a qu'un EP sous le bras. Il balance 14 titres et plus d'une heure d'un son qui va sans doute révolutionner beaucoup de choses chez nous et pas seulement...
Car tout ce que le combo est actuellement, il l'a puisé à la source, dans cette terre inconnue, déjà visitée de leur côté, pour composer ce premier effort. Tout y est...

"Clone" en est la preuve vivante : ce titre qui ouvre les hostilités est le parfait compromis GOJIRAien. Un Death sombre et ultra technique. Des plans chargés d'émotions lourdes, de plans sophistiqués, mais attention, à AUCUN moment du Death Brutal qui part dans tous les sens.

GOJIRA affiche ses ambitions : celles de produire un son si caractéristique que l'on sait quasi immédiatement à qui l'on a affaire. Nos français passent ainsi maître dans l'alternance des genre : tantôt mélodieux, planant et enivrant ("Clone" toujours en exemple mais pas seulement) puis subitement ravageur, puissant et destructeur à outrance... On cultive la différence chez GOJIRA, mais on le fait avec amour et respect de la Terre... Dévastateur avec des "Blow Me Away You (niverse)", "Space Time" et son final dantesque ou "Rise" et ses rafales de AK-47 (les harmoniques artificielles si caractéristiques du groupe y jaillissent de partout...) ou juste fondateur avec "Love"...

Très rapidement, ce sont les frangins Duplantier qui se révèlent : le chant caverneux death mais mélodieux de Joe (fan invétéré devant l'éternel de METALLICA et de MORBID ANGEL, et on l'entend !) et surtout à mon sens le fantastique jeu de batterie de Super Mario. Peu de blastbeats mais tellement de technique, qui en font pour moi le meilleur à son poste en France of course, mais également un candidat parfaitement crédible dans un bon top 10 mondial ! Attention, je ne parle pas fondamentalement de technique pure ou de la "complexité" de son jeu mais bien de l'adéquation quasi parfaite entre le jeu de Mario et les compositions du combo.
A titre perso, en live, je reste scotché sur ce type - au passage encore merci aux cadreurs du HELLFEST qui passaient leur temps à se concentrer sur lui (fait assez rare pour être souligné tant le batteur est trop souvent le parent pauvre des caméras de façon générale...).
C'est ainsi que cette section rythmique implacable met en place son jeu divin et démoniaque.

Pourtant, on est désarçonné par des morceaux presque "hors de propos", comme le très rock "Satan Is A Lawyer" - dont la basse groove n'a de cesse de me faire penser à du NOIR DESIR (sans doute l'origine géographique jouant un rôle...) même si le final reprend davantage les gènes du groupe - avant ce que l'on va qualifier d'interlude la track "04".
On s’immisce dans des compositions complexes et torturées, aux ambiances presque mystiques ("On The B.O.T.A." ou les fausses 12 minutes de "In The Forest") entrecoupées par des titres plus expérimentaux (qui en fait contiennent les prémisses de ce que sera la suite de la discographie de GOJIRA : "5988 Trillions De Tonnes" puis "1990 Quatrillions De Tonnes" et ses hurlements...).

Au final, ce qui me frappe le plus avec ce "Terra Incognita" c'est la maturité qui peut s'en dégager, et ce, à tous points de vue : compositions, production, jeu des zicos... C'est difficile de se dire que l'on a affaire à la véritable naissance artistique d'un groupe ici, sans se dire que la suite sera tout bonnement exceptionnelle !
Le Death Metal Moderne est presque né ici : groovy, dense et puissant.

GOJIRA est un monstre qui affiche ici un acte de naissance fort d'un pédigrée quasi hors norme. Chaque membre affiche une insolente maîtrise et virtuosité à son poste, donnant tout son sens à l'aspect monolithique de ce "Terra Incognita". Les Landais sont délicats à encaisser, à digérer, et c'est bien au fil des écoutes que se révèle leur talent, sorte de joyau à l'état pur, que le temps n'aura de cesse de purifier.
Avec beaucoup trop de recul et de temps passé (malheureusement), la suite de la disco peut faire du "mal" à ce "Terra Incognita" car, à titre perso, "From Mars To Sirius" me fait encore davantage prendre mon pied. Sans le reste de fratrie, j'aurais sans doute assumé un très gros 4/5...

Note réelle : 3,5/5 (cohérence disco à la con oblige, la suite frise la merveille !) mais 4/5 au final !

"Les classiques" : "Clone" et "Love".

A lire aussi en DEATH METAL par FENRYL :


ROSE FUNERAL
Gates Of Punishment (2011)
Broutaaaaaaaaul !!!!!




NECROPHAGIA
Deathtrip 69 (2011)
Force le respect !


Marquez et partagez




 
   FENRYL

 
   ISAACRUDER

 
   (2 chroniques)



- Jo Duplantier (chant, guitare)
- Christian Andreu (guitare)
- Jean-michel Labadie (basse)
- Mario Duplantier (batterie)


1. Clone
2. Lizard Skin
3. Satan Is A Lawyer
4. 04
5. Blow Me Away You (niverse)
6. 5988 Trillions Tonnes
7. Delivrance
8. Space Time
9. On The B.o.t.a.
10. Rise
11. Fire Is Everything
12. Love
13. 1990 Quatrillions De Tonnes
14. In The Forest



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod