Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (17)
Questions / Réponses (1 / 4)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Custard, Virgin Steele, Majesty, Domine, Steel Attack
- Membre : Shakin' Street, Ross The Boss, Jack Starr's Burning Starr , Fabienne Shine
 

 Site Officiel De Manowar (1592)

MANOWAR - Fighting The World (1987)
Par ERWIN le 18 Janvier 2019          Consultée 1053 fois

"Fighting The World", c'est la prise de pouvoir de Joey DeMaio et de la légendaire basse qui l'accompagne. Tous les magazines de l'époque font état de la plus rapide ligne de basse de l'histoire de l'univers intersidéral et galactique. Traduisez : Joey est pris d'une sévère attaque de grosse tête, signe du début des soucis avec le supra cool Ross The Boss, pragmatique New-Yorkais incapable de se prendre au sérieux. Alors la basse déboule dans tous les sens, z'allez voir ! Attention, elle est superbe de bout en bout, racoleuse comme jamais certes, mais aussi magnifique de présence et d'intensité.

Qui n'est pas racoleuse en revanche, c'est la pochette. Tout ceci est évidemment honteusement pompé sur le "Destroyer" de KISS, rien d'étonnant puisqu'il s'agit du même dessinateur. Nous en restions au marteau de Thor... Nous voici face aux quatre super Conans de MANOWAR. Profitons-en pour mettre un coup de tatane dans la fourmilière : les quatre hommes de guerre sont certes athlétiques, mais n'ont rien des géants démesurés décrits par la légende. Le Joey deMaio doit mesurer 1m78 et peser dans les 75 kilos. Loin d'être une montagne donc, il se la pète comme il veut, mais pas de quoi en faire un flan !

Bref, nous y sommes ! Alors que dit la pub déjà ? Ah oui je lis "plus de cent médiators et une vingtaine de cordes utilisées pour enregistrer la luminique ligne de quatre-cordes de "Black Wind, Fire And Steel"... Mouais bon... Je sais pas vous, mais en live, Joey semble tirer solo sur solo lors du terrible refrain, mais sur disque, perso je n'ai jamais rien entendu d'audible. Bref, passé ce détail scabreux, il convient d'apprécier la bête dans toute sa magnificence. En effet, impossible de ne pas constater la fabuleuse énergie qui se déploie tout du long de ce classique intemporel, le refrain est une merveille absolue, le solo de Ross est à se damner, voilà comment naît une légende. Pas de doute, on est au top du Metal Épique !

"Holy War" ressemble un peu à "Black Wind..." en légèrement plus mid-tempo, moins agressive, certainement plus mélodique aussi et nantie d'un très joli refrain. Curieusement sa grande sœur a pris pour elle toute la postérité, alors que de mon côté j'avoue ma préférence pour ce titre magnifique. Mais c'est sans doute "Defender" qui perpétue la mythique imagerie des MANOWAR au sein de la communauté des metalleux. Orson Welles, bien plus performant que sur "Dark Avenger", lit le merveilleux texte avec sa légendaire voix, qu'on retrouve lorsque la puissance de la distorsion retentit et fracasse tout sur son passage. Un titre d'une lenteur mammouthesque sans être Doom pour autant. La huit-cordes de Joey y est absolument dantesque, quelle merveille, il n'a d'ailleurs pas de concurrent dans le Metal à cette époque, ne me faites pas rire en citant Steve Harris !

Mais voilà ! Trois titres, aussi mythiques soient-ils, ça ne fait jamais que trois ! L'éponyme "Fighting The World" est très sympa et mignon mais reste dans une veine « classique », de la même trempe que "All Men Play On 10" ou "Metal Daze", du Hard Rock bien pêchu, mais pas une pièce épique. "Blow Your Speakers" sort du même tonneau, avec un son de gratte incroyable, la vidéo qui dépeint le groupe en live ne présente que peu d'intérêt. En revanche, le petit côté Rock'N'Roll qu'on retrouve dans le rythme de "Carry On" est assez séduisant et donne au titre une belle originalité fort recommandable. Pour "Violence And Bloodshed" je suis toujours resté circonspect même si la rythmique est belle et la puissance implacable. Je ne l'ai pas mentionné, mais Eric Adams au chant est parfait tout au long de l'album.

Le retrait de Ross The Boss des compositions ? La prise de pouvoir de Joey DeMaio sur MANOWAR ? Allez savoir ! Il y a donc à mon sens une perte de qualité évidente sur cet opus, même s'il reste très bon et contient plusieurs titres essentiels du répertoire. Mais "Defender" malgré ses qualités, reste un morceau datant de 82, et les titres Hard Rock, bien que très sympas, ne sont juste pas des chefs d'oeuvre. L'album reste un momentum du goût "à la MANOWAR", avec cette pochette mythique, la première de Ken Kelly pour le groupe. Il est indéniable toutefois que coincé entre "Sign Of The Hammer" et "Kings Of Metal", la place n'est pas enviable, mais la livraison reste très recommandable !

A lire aussi en HEAVY METAL par ERWIN :


RIDDLEMASTER
Bring The Magik Down (2017)
Rejeton light du road




MANILLA ROAD
Playground Of The Damned (2011)
Maitre du metal épique

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez



Par DARK BEAGLE




 
   ERWIN

 
   CANARD WC
   RENAUD STRATO

 
   (3 chroniques)



- Joey Demaio (basse)
- Eric Adams (chant)
- Ross The Boss (guitare, claviers)
- Scott Colombus (batterie)


1. Fighting The World
2. Blow Your Speakers
3. Carry On
4. Violence And Bloodshed
5. Defender
6. Drums Of Doom
7. Holy War
8. Master Of Revenge
9. Black Wind, Fire And Steel



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod