Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Commentaires (7)
Questions / Réponses (2 / 3)
Metalhit
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


1995 1 Vittra
1998 1 Diabolical
2003 2 Sheol
2005 1 Pariah
2007 1 Harvest
2012 Téras
2002 Ex Inferis
 

- Membre : Dead Silent Slumber

NAGLFAR - Harvest (2007)
Par POWERSYLV le 24 Février 2007          Consultée 5413 fois

Alors que leur précédent album Pariah avait fait son petit effet en 2005, la horde suédoise NAGLFAR nous revient quelques mois plus tard pour nous proposer la suite de ses funestes aventures. Toujours emmenée par Kristoffer Olivius et les guitaristes Marcus Norman et Andreas Nillson, force est de constater que ceux-ci ont un appétit féroce en terme de composition et d’activité : en effet, il faut rappeler que Marcus est chanteur et guitariste de BEWITCHED et que Kristoffer est également bassiste et chanteur dans BEWITCHED et SETHERIAL, 2 formations qui ont sorti des albums fort honorables (surtout Spiritual Warfare de BEWITCHED qui est excellent) en 2006. Sans parler des nombreux concerts donnés par le groupe.

NAGLFAR s’affirme donc ici avec ce sixième album (toujours chez Century Media). Harvest continue dans la voie tracée par ses prédécesseurs et se présente comme la suite logique de Pariah. Il devrait donc combler les envies des nombreux fans que le combo draîne de plus en plus. Homogène, sombre, toujours avec cette habilité à combiner la violence et la rage nihiliste du black metal originel avec cette recherche d’ambiances malsaines à couper au couteau. Par ce côté grandiose et emphatique, NAGLFAR chasse sur les terres d’un DIMMU BORGIR qui s’apprête à sortir un nouvel album, In Sorte Diaboli. Cependant NAGLFAR recadre davantage les choses et ne tombe pas dans l’excès symphonique. Harvest se déguste d’une traite, en un seul jet.

Kristoffer, bassiste du groupe à l’origine avait pris également le chant sur l’album précédent. La quatre-corde gît désormais aux oubliettes … du moins pour Kristoffer qui peut ainsi se concentrer pleinement sur les dernières cordes qui lui restent : ses cordes vocales. Il les met encore une fois à rude épreuve ici, son chant haîneux, black et tranchant s’avérant redoutable et faisant passer des émotions. Quand je disais que la basse était aux oubliettes, bien évidemment ce n’est pas tout-à-fait vrai car NAGLFAR peut désormais compter sur Morgan Lie pour donner quelques secousses tectoniques à l’ensemble. A côté de cela, le duo Marcus/Andreas s’avère redoutable, les riffs sont accrocheurs à souhait et les quelques soli qui participent à l’aspect mélodique de la chose sont soignés. Quant à la batterie, Mattias Grahn assure comme une bête, alternant sur des morceaux différents comme au sein d’un même titre les rythmiques les plus diverses, la plupart étant quand même bien saccadées dans la plus pure tradition black, comprennez par là que de la double, des blasts, y en a.

Petit survol comme ça pour vous mettre l’eau à la bouche sans tenter de rentrer dans le détail (faut bien vous laisser un peu de surprise et de découverte non ? :) ) : « Into The Black » est le point d’entrée, il installe tranquillement dans l’ambiance malsaine et fantasmagorique. Même topo pour ce « The Mirrors Of My Soul » majestueux. Vous voulez du nerveux mais obscur (la tendance du disque vous vous en doutez) ? « Breathe Through Me » est fait pour vous, tout comme « Odium Generis Humani » et son début qui fait froid dans le dos, sa violence et son passage plus aérien (bien que toujours sombre). Début terrible aussi avec « The Darkest Road » plus cadencé dans l’ensemble et qui sert de vitrine à l’album : ce titre a en effet fait l’objet d’un clip (le réalisateur, Roger Johansson, a travaillé avec ARCH ENEMY, DARK TRANQUILLITY ou THE HAUNTED). « Way Of The Rope » est pour ma part un des meilleurs titres du disque avec sa trame terrible et apocalyptique. Point d'orgue du disque, "Harvest" termine la tuerie dans un style plus modérée et mélodique, mais néanmoins intense.

Voilà en substance la sauce à laquelle vous allez être mangé si vous vous aventurez du côté de chez NAGLFAR. Donc en clair, ils sont pas calmés et ils n’attendent que vos oreilles avides pour vous ensorceler et vous jeter sans pitié dans les abysses. Mais bon, il ne s’agit que de metal n’est-ce pas ? Un bien album de black entre virulence old school et travail mélodique actuel. Une pochette so(m)bre et terrifiante signée Travis Smith (DEATH, CONTROL DENIED, ANATHEMA, OPETH, DEVIN TOWNSEND et autres). Nul doute qu’avec cet Harvest, NAGLFAR récoltera ce qu’il a semé (beau jeu de mot, hein ?). En tout cas, je suis conquis et j’ai bien envie d’aller me farcir les précédents tiens …

Une édition limitée de l’album est prévue avec un DVD bonus (extraits live du Party.San Open Air festival 2006, vidéo de « The Perpetual Horrors » et interview avec Kristoffer Olivius).

Allez, quelques petites surprises en forme de liens, ça me fait plaisir. Mais c’est vraiment parce que c’est vous :) :
http://specials.centurymedia.de/video/naglfarstudioreport_part1.avi (AVI)
http://specials.centurymedia.de/video/naglfarstudioreport_part1.mpg (MPG)
http://www2.centurymedia.com/index.aspx?page=detailed_artist&id_artist=76&default_id_country=3(pré-écoute)

http://www.naglfar.net/ (Site Officiel)
http://www.myspace.com/Naglfar (MySpace)

A lire aussi en BLACK METAL par POWERSYLV :


BARATHRUM
Anno Aspera : 2003 Years After Bastard's Birth (2005)
Entre agressivité black et lourdes ténèbres




GORGOROTH
Twilight Of The Idols (2003)
Black metal


Marquez et partagez



Par MEFISTO




 
   POWERSYLV

 
   MEFISTO

 
   (2 chroniques)



- Kristoffer Olivius (chant)
- Andreas Nilsson (guitare)
- Marcus Norman (guitare)
- Morgan Lie (basse)
- Mattias Grahn (batterie)


1. Into The Black
2. Breathe Through Me
3. The Mirrors Of My Soul
4. Odium Generis Humani
5. The Darkest Road
6. Way Of The Rope
7. Plutonium Reveries
8. Feeding Moloch
9. Harvest



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod