Recherche avancée       Liste groupes



      
BLACK METAL  |  STUDIO

Commentaires (5)
Metalhit
Lexique black metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2003 2 Salvation
2009 Maranatha

FUNERAL MIST - Salvation (2003)
Par MEFISTO le 1er Décembre 2009          Consultée 3125 fois

Disque de malade. Disque de débauche. Disque anticlérical banni des cercles ecclésiastiques. Disque de propagande. Disque de Black crade/thrash/punk d'une violence inouïe. Disque à moshpit ou à recueillement autour d'une brebis décapitée (certaines sectes le font avec des enfants, alors des chèvres…). Disque à défoulement intensif pour qui aime envoyer chier tout ce qui est acquis dans cette société, l'Église en premier et ses doctrines obsolètes. On dit souvent que la religion a été et est le pire moteur de guerre de l'histoire ; "Salvation" doit être ajouté à la longue liste de ces conflits.

Pourquoi "Salvation" est-il un des meilleurs albums de Black blasphématoire, pourquoi est-il supérieur à son successeur ? Simple : Arioch, alias Mortuus de MARDUK, n'avait pas encore acheté sa soutane et ses bottes à éperons scintillantes. Il hurlait encore comme un antéchrist famélique, ne se prenait pas pour Arès et représentait l'archétype de la violence et de l'austérité. "Salvation" est une grosse pierre lancée du haut des cieux (amen) et qui éclabousse notre aisance lorsqu'elle retombe à la vitesse de l'éclair sur la Terre. Ça bourrine à qui mieux-mieux, le chant du leader est direct ou se transforme en échos lointains perçant ces forêts musicales touffues, le climat est acide, nauséabond, inconfortable. Et, miracle, le combo suédois arrive à garder un certain sens de la mélodie ! Alors là, quelle déglutition ce sera… Mordez à pleines dents, jeunes gens, profitez de cette innocence qui vous caractérise, pendant que vos aînés se repaissent comme des cochons en vous tournant le dos…

Je ne me lancerai pas dans une énumération sans fin des bons coups de ce disque… à quoi bon. Je dirais simplement que "Circle Of Eyes" et ses chœurs et son tempo de fou me hantent davantage que les autres. Tout comme la seconde moitié de "In Manus Tuas", baroque et horrifiant comme une trame de Danny Elfman. Soulignons aussi les tonnes d'échantillonnages et les chorales infernales dont Arioch raffole et qui donnent une autre dimension à ses coups de fouet. Enfin, petite mention pour le maître des fûts, Necromorbus, dont le jeu est la plupart du temps disparate et jouissif. Autant est-il capable de débouler ses caisses à haute vitesse que d'entonner un tempo thrash punk ! Oui, oui, j'ai entendu tout ça et même plus dans ce vertigo incontrôlable !

La seule chose qui me déplaît sur "Salvation", outre la longueur quelque peu excessive (75 minutes), est ce rapprochement impossible à louper avec DARKTHRONE. Y a-t-il un truc plus décevant d'avoir l'impression d'entendre partiellement un autre groupe quand on est avide de nouveauté ? Je ne dis pas quand la formation nous en rappelle une, mais de là à sonner quasi identique à plusieurs endroits !? Certains plans de guitare et de batterie sont diablement ressemblants… et redondants.

Mais bon, rendons à César, à Lucifer plutôt, ce qui lui revient : les ambiances funestes et mystiques placardées de la tête à la queue de cette bête en furie, compensent et burinent la personnalité unique de FUNERAL MIST au panthéon du Black. Avec cet album, s'entend, car la suite, on la connaît : Arioch devient encore plus taré en plus de reluire en studio, le pompeux remplace le primitif, l'arroseur se fait arroser. Ce qui était un trip à trois devient un one-man show ; Arioch s'auto-digère et gaspille son talent de « dégoupilleur », en entraînant même MARDUK dans la mélasse. Quel merdier ! Le pourfendeur est devenu aussi grandiloquent que l'institution qu'il prétend détester…

"Salvation" est un petit trésor de malfaisance. Arioch y est au sommet de son art, après avoir bourlingué pendant 10 ans avant de sortir ce premier FUNERAL MIST. Oh que nous sommes loin de l'univers de la vedette instantanée ! Cet album est une autre preuve qu'il est préférable de bûcher dans le vide durant des années avant de fendre le bois d'un seul coup, en son centre. Un très grand opus.

A lire aussi en BLACK METAL par MEFISTO :


PALACE OF WORMS
The Ladder (2016)
Chemin de croix inversée




SHINING
Iii - Angst (2002)
Étonnante mutation ! SHINING devient mature...

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez



Par MEFISTO




 
   MEFISTO

 
   BAHAMUTT
   ONCLEGUUD

 
   (3 chroniques)



- Arioch [aka Mortuus] (guitare,basse,voix)
- Nachash (guitare)
- Necromorbus [tore Stjerna] (batterie)


1. Agnus Dei
2. Breathing Wounds
3. Holy Poison
4. Sun Of Hope
5. Perdition's Light
6. Across The Qliphoth
7. Realm Of Plagues
8. Circle Of Eyes
9. Bread To Stone
10. In Manus Tuas



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod