Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH EXPERIMENTAL  |  DEMO

Commentaires (9)
Questions / Réponses (2 / 1)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Murderdolls, Stone Sour
 

 Site Officiel Du Groupe (592)
 Site Français Reconnu Par Le Label (2149)

SLIPKNOT - Mate Feed Kill Repeat (1997)
Par JULIEN le 2 Août 2004          Consultée 16144 fois

C’est quoi ça ? un single inédit, un EP, un Live ? Que nenni, « Mate Feed Kill Repeat » n’est autre que le tout premier disque de SLIPKNOT, un album ultra rare (tiré à seulement 1000 exemplaires si je ne m’abuse) et paru deux ans avant l’album éponyme que tout le monde connaît (et déteste ?). Un disque qui pourrait franchement en souffler plus d’un !

Allez, procédons à quelques petits voyages temporels : En 1999, SLIPKNOT débarque sur la planète Metal et excite autant de fans qu’il accroît la longueur des fils d’attente des dermatologues : Frippons en diable, les neufs masqués de Des Moines sont en effet responsables à l’époque (et ça ne s'est pas vraiment arrangé) de violentes poussées d’urticaire : Avec ses accoutrements, sa musique Néo ultra brutale truffée de grossiertés et d’imprécations, SLIPKNOT casse beaucoup de pieds (c’est bien pour les podologues), fait siffler bien des oreilles (les otho - rino se portent bien, merci), mais trouve grâce dans le cœur de nombreux fans qui lui vouent un gros culte (et ça rapporte des sous, ça, un gros culte, si si). Bref, comme d’autres avant lui, le groupe suscite de façon un peu étonnante (on a quand même vu plus civilisée comme musique, allez, quoi) des réactions antagonistes et véhémentes qui aboutissent à un clivage tout pourri entre les fans... et à plein de 1/5 sur Nightfall !

Qu’est-ce qui est reproché au groupe en fait ? D’être trop bourrin ? De pas savoir tenir son instrument dans le bon sens ? De jouer au kéké avec ses masques, pauvres cache-misère d’une pauvreté instrumentale dénoncée par les uns mais pas par les autres ? D’avoir du succès là où des groupes plus aventureux ne récoltent que quelques pains au chocolat (c’est pourtant bon, ça) ? A vrai dire, la haine allumée dans bien des coeurs paraît souvent aussi surprenante que l’amour que ce groupe aura su susciter. Mais s’il est une chose qu’il faut impérativemet démentir, c’est bien ce reproche d’un manque de créativité. Et c’est « Mate Feed Kill Repeat » qui en fait la preuve.

A ses débuts en effet, SLIPKNOT ne jouait pas encore cette espèce de truc bruyant et mutant, paumé au croisement du Death, du Néo et du Power... Non, « Mate Feed Kill Repeat » n’est autre qu’un album de... Death Expérimental ! Difficile à croire ? Et pourtant le groupe, composé à l’époque de sept musiciens et emmené par un autre chanteur-beugleur (Andy) à la voix Anselmesque/Cavaleresque avec une touche Death, nous tend la main avec entrain : Cinq des titres de cet album seront effectivement réenregistrés dans de nouvelles versions sur « Slipknot » et « Iowa », ce qui nous autorise à juger de la créativité du groupe à l’aune de deux regards différents jetés sur un même matériel musical. Et si le dérangeant et strident "Tattered And Torn" et l’interminable pièce d’ambiance angoissante "Killers Are Quiet" (qui apparaîtra sous le titre "Iowa" sur l’album éponyme de SLIPKNOT) n’ont pas vécu de profonds remaniements par rapport à leurs futures incarnations, je mets quiconque au défit de reconnaître sans hésitation le bagarreur "(Sic)" dans sa version originelle intitulée tout simplement "Slipknot" : Rythme très lourd, intensité Death puissante, ligne de guitares mélodiques... seul le riff d’ouverture file un indice précieux au Colombo du Metal ! "Gently", elle, qui prendra en 2002 l'allure d'une composition en crescendo vicieux et malsain, est ici présentée sous une forme de somptueuse mélodie de guitare acoustique mélancolique débouchant sur une progression assez Doom amenant vers un corps de morceau quasi Death old School, avec un chant beuglé façon Power/Thrash ! Et "Only One" ? La version de "Slipknot" tapait dans un mid-tempo assez brutal, en dépit d’un refrain accrocheur ; la version de « Mate Feed Kill Repeat » œuvre, elle, dans une sorte de Death lourd et tanguant, gratouillé de quelques parties rapées et coupé de riffs à la PANTERA, sans parler des break Funk/Reggae avec slap et tout et tout !

Guitare acoustique ? Funk ? Raggae ? Il a du s'offrir un bang de salsepareille, le pauvre Julien ! Et pourtant, chers incrédules, et pourtant... Excepté le Death Thrash puissant et direct de "Some Feel", « Mate Feel Kill Repeat » regorge d’un matériel musical hétéroclite et saugrenu ! Tiens, savourez donc ce "Do Nothing – Bitch Slap" : Du pur Death quasi Grind qui se mange le coup de la corde à linge asséné par de gros breaks 100 % Jazz, avec ride martelée, guitare à la mélodie qui ne laisse planer aucun doute, relayée ensuite par des choeurs débiles façon Disco (vous savez, les « ouaa, ouaa » de la pub pour la boisson qu’il faut bien la secouer sinon on se coince plein de pulpe dans les ratounes)... Et je ne vous parle même pas de mon chouchou : le reposant et carrément Funky "Confessions", avec voix claire érayée sur refrain mémorable, basse slapée, gros groove, excellent (oui oui) solo de guitare plein de feeling et débit rapé sur les couplets... Ca vous rappelle peut-être quelque chose, ça ? Des frenchies ? Gagné : CARNIVAL IN COAL ! En effet, à l’écoute de morceaux comme ceux-ci, il est inévitable de penser à nos deux stars françaises du Disco Death déjanté, même si l’humour et le délire sont bien plus présents chez ces derniers.

Bon, je pense avoir réussi à vous destabiliser quelque peu dans vos préjugés potentiels vis à vis SLIPKNOT... Sinon je ne peux que vous encourager à vous débrouiller pour écouter ce disque franchement étonnant et jouissif pondu par SLIPKNOT, qui aurait peut-être gagné à aprofondir cette approche musicale avant-gardiste et réjouissante. Une surprise totale en tout cas, d’autant plus appréciable qu’elle émane d’un combo que d’aucuns (et ils sont nombreux, ces "d’aucuns") vouèrent aux gémonies... Rien que pour le plaisir de se dire qu’on a été bien con en le condamnant, SLIPKNOT mérite qu’on fasse l’effort d’écouter « Mate Feed Kill Repeat ». Et que ça saute !

A lire aussi en DEATH METAL par JULIEN :


SEPTICFLESH
Esoptron (1995)
Les prodiges grecs du Death Onirique

(+ 1 kro-express)



MORBID ANGEL
Gateways To Annihilation (2000)
Death experimental

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez



Par JULIEN




 
   JULIEN

 
   CHAPOUK
   DEADCOM

 
   (3 chroniques)



- Anders Colsefni (chant)
- Mick (guitare)
- Sid (turnables)
- Shawn (percussions)
- Paul (basse)
- Joey Jordisson (batterie)
- Chris (percussions)
- James (guitare)
- Craig (samples/media)


1. Slipknot
2. Gently
3. Do Nothing - Bitch Slap
4. Only One
5. Tattered And Torn
6. Confessions
7. Some Feel
8. Killers Are Quiet



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod