Recherche avancée       Liste groupes



      
NEO METAL  |  STUDIO

Commentaires (13)
Questions / Réponses (1 / 3)
Lexique neo metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Murderdolls, Stone Sour
 

 Site Officiel Du Groupe (752)
 Site Français Reconnu Par Le Label (2333)

SLIPKNOT - All Hope Is Gone (2008)
Par FENRYL le 6 Septembre 2008          Consultée 13522 fois

Juillet 2008, un gratte ciel parisien, étage entièrement réservé à l'équipe NIME... Une succession de pièces vitrées de part et d'autres d'un long couloir. Au bout de ce dernier, le bureau du patron... A l'intérieur, le ton monte... Le boss, c'est Bast. Il remonte son chapeau violet et s'adresse fermement aux deux kroniqueurs face à lui.

BAST: « Bon, les mecs, j'ai cru comprendre que vous n'arriviez pas à vous départager pour nous pondre cette putain de kronique... »

Face à lui, les deux gugusses, têtes basses, courbent l'échine...

BAST : Fenryl... bon, tu ne veux pas me virer ce masque et toi Canard WC, tu t'obstines à te déguiser en Kerry King toute la journée... Ça va bien les conneries maintenant ! Cela vous fait sans doute marrer mais il n'empêche que le 25 Août, le nouveau SLIPKNOT est dans les bacs et qu'il nous faudra une seule et unique kronique. Alors, voila, j'ai tranché: vous allez me l'écrire à deux cette bafouille !

FENRYL et CANARD (en chœur): Mais Boss....

BAST: Suffit les mecs ! Voilà deux billets d'avion pour l'Iowa, les clefs de la Cadillac de location à récupérer là. Procurez vous la galette et rapportez nous le fruit de vos échanges au cours de votre périple... Allez, au boulot ! »

Éberlués, nos deux lascars se retrouvent par la force des choses « contraints » à ce voyage. Arrivés sur site et la voiture de loc' récupérée (après que Canard ait réussi à choper les coordonnées de la bombe au guichet de l'agence... Putain, quel succès ce type ! ... avant de faire comprendre à Fenryl qu'il doit faire un tour de la voiture pendant 30 minutes avec notre hôtesse et qu'il n'a qu'à aller boire une binouze en attendant... Ils trouvent ladite galette sur le tableau de bord... Tandis que Coin-Coin avoue ne plus vouloir toucher le levier de la boîte auto (Fenryl le soupçonnera de ne pas savoir l'utiliser...), nos lascars prennent la route et entament leur périple...

Canard : Faut vraiment que NIME ait les moyens pour se fader d’une telle dépense. On aurait pu tout autant écouter le promo à Paname devant une binouze. Résultat des courses, on est bloqués comme deux cons à Trouducul City.

Fenryl (jovial) : Hé Coin-coin, tu as vu ?! Nous avons le droit de découvrir la version avec bonus ! Soit au total 15 titres. A la prod', on trouve Dave Fortman, ex-Ugly Kid Joe... Un nouveau, tu m'étonnes ! Le groupe avait tellement descendu Rick Rubin (certains membres du groupe ont depuis copieusement allumé son remplaçant ! Jamais content ces types !)...


Canard soupire et fait la gueule on ne sait pas pourquoi. Du coup, Fenryl est pensif. La route commence à défiler. Il se met à pleuvoir légèrement. Le clapotis des gouttes sur le pare-brise fait prendre conscience aux deux comparses que, merde, il serait peut être temps d’écouter le promo. Fenryl glisse alors le CD dans le lecteur.

Fenryl : Ils nous refont le coup de l'intro instru avec « .execute. », qui met dans l'ambiance... On sent la rage, la montée en puissance et on savoure les blasts d'échauffements de Joey ! Hé, mais ça sent plutôt bon ! (mode "Naïf" OFF de Fenryl)

Canard : Mouais. Je ne suis jamais convaincu par ce genre d’intro à la noix. Trop facile. J’attends les compos.

Fenryl se détend et fume une clope nonchalamment, tandis que Canard suce une horrible bière ricaine. "Gematria (The Killing Name)" retentit alors.

Fenryl : Ça déboule dans un registre relativement énervé dans lequel le groupe était tout de même une référence au début des années 2000. Mais une nouvelle fois, comme dans l'opus studio précédent, c'est une prod' toute proprette, clean, genre « je sens bon sous les aisselles » qui nous est servie ici. Les puristes, fan de la première heure pourront crier à la trahison complète engagée depuis « Vol.3... ». Mais je trouve que cette ouverture assure tout de même, nan ? C'est long (6 minutes) mais Corey gueule correctement et les 8 autres tarés de l'Iowa ne joue pas à l'économie.

Canard : Ça pue le STONE SOUR à plein nez. En terme de rythmiques, c’est pas mal du tout. Sinon, moi la prod’ clean ça me dérange pas plus que ça, d’autant que ça encule assez. C’est juste dommage que la compo tourne en rond.

Un silence religieux s'installe... Le disque enchaîne les rotations dans le mangeur de cd pendant que le duo avale les kilomètres sur les immenses autoroutes ricaines... Personne n'ose regarder l'autre… Une sorte de malaise s'installe.

Fenryl : Mouai, mouai... T’as raison mon palmipède à toilette: ce nouveau SLIPKNOT sonne vraiment trop « STONE SOUR ». Il est indéniable de Corey et Jim, à l'origine de la majorité des titres ont désormais une main mise établie sur l'hydre à 9 têtes.

Canard : Que le nouveau KNOT sonne STONE SOUR, c’est une chose. Mais que ce soit moins bien que STONE SOUR, c’est surtout ça le plus embêtant.

Fenryl : Clair, on frôle le mièvre insipide avec un « Dead memories » avec ses chœurs (oui, oui, vous avez bien lu !) et on se compose un stock de titres mal branlés et cheap comme les quelconques et emmerdants « Vendetta », « Wherein Lies continue » ou encore « Gehenna », daube molle du genou dont le refrain est une énormité terrifiante et consternante avec ce faux chant lancinant (et le solo n'y changera rien). Le pire dans cette histoire est que ce titre dure presque 7 minutes !!! Même les titres en bonus rentrent dans ces catégories: « Child of Burning Time » ne pourra jamais être attribué au groupe (faites le test avec vos potes, je prends les paris...) tout comme « 'Til We Die », l'autre compo posée et « moment émotion »...

Canard : Je suis d’accord avec toi dans les grandes largeurs. J’ajouterais que ça fait un peu de la peine de voir le groupe à ce point perdu. Je suppose qu’il pensait qu’un refrain par ci par là et du mid tempo suffirait à faire un bon album… Le groupe si novateur avec son album éponyme de 1999 est devenu un banal groupe de Néo ("Dead Memories"), alternant l’agression bête et méchante avec de l’émotion en Placoplatre.

Après avoir enfin trouvé un motel câblé sur XXL, Fenryl et Canard s’arrêtent quelques heures histoire de se détendre un peu. On abandonne la bière US contre du Single Malt coupé à l’eau gazeuse.

Fenryl : Ce « All hope » est un album déséquilibré avec une entrée et une sortie réussie mais un ventre ultra mou et inintéressant. Le déferlement de furie n'aura pas (plus) lieu ici. Les compositions retrouvent une organisation couplet agressif mais refrain chanté et mélodieux (« Sulfur » gentillette, « Psychosocial » efficace agrémenté d'un solo originalement long et inspiré ou un « Butcher's Hook », crochet de boucher bien gras). Une nouvelle fois, Taylor montre toute l'étendue de son talent. Tu me concéderas tout de même qu'il est capable d'assurer des lignes de chants dans une multitude de registres, ce qui n'est pas donné à tous !

Canard : C’est un bon gueulard. Si on veut. Mais peut-on vraiment parler de talent. Vu le faible niveau de l’album, je ne crois pas. Personnellement, je me suis bien fait chier pendant son écoute et c’est surtout ça que je retiens. Le KNOT semble avoir le cul entre deux chaises, entre envie de tout envoyer valser et envie de séduire le public Néo le plus vaste. Dommage que le groupe n’ait pas basculé d’un côté ou de l’autre, car quand j’entends le titre mélodieux de l’album ("Snuff") et celui qui dépote le plus ("Sulphur") je me dis qu’il y avait ptet quelque chose à faire…

Fenryl (surpris) : Et bien, je ne pensais jamais pouvoir t'avouer cela mais c'est indubitablement l'O.V.N.I « Snuff », un morceau lancinant et calme qui est la franche réussite de ce skeud. Tout en feeling et en émotion ! Absolument splendide (les écoutes successives subliment le morceau). Incroyable non ?! Ajoute à cela l'excellent titre éponyme qui contient quelques gros morceaux de l'ancien SLIPKNOT, celui des deux premiers albums et tu tiens là à mes les deux meilleures compo de la galette. Basta. En effet, sur ce dernier titre, tu retrouves toute la furia de Jordison qui blaste enfin, car sur le reste, il est aux abonnés absents, c'en est effroyable (alors qu'il est un de mes batteurs favoris), la folie guerrière de Taylor qui hurle ses couplets et les autres membres qui beuglent sur le refrain (le petit solo est tout aussi bien venu !). Ces deux tracks sauvent l'ensemble du naufrage.

Canard : J’allais le dire. L’éponyme est pas mal du tout et rappelle assez les premières amours du groupe. Comme quoi quand ils veulent les mecs, ils peuvent. En se forçant, je suis sûr qu’ils auraient pu nous pondre un album correct, au lieu de ça on hérite d’une galette bipolaire et d’un positionnement artistique bancal.

Fenryl : Quand tu lis que les membres ont ici composé un album représentant avant tout un cliché instantané de ce qu'ils étaient à l'heure actuelle, assemblé de bric et de broc (sic...), je dois t'avouer que tout cela sent le sapin... et qu’une suite à tout cela me paraît peu probable. En tout cas, le KNOT que j'adorais est mort... R.I.P...

Canard : Ça confirme surtout ce qu’on savait déjà : SLIPKNOT est un épiphénomène. Un ouragan qui a balayé la planète Metal le temps d’un album, mais guère plus. Les générations futures (si elles n’oublient pas complètement le groupe) ne garderont en mémoire que le terrifiant opus de 1999 comme « pic » du Néo Metal. Le reste est voué à tomber dans l’oubli.

Canard : Bon, on a fait le tour, non ?

Fenryl : Ouais t’as raison, mon pote, on s’arrache. Finalement ça valait pas le coup de se battre pour savoir qui de nous deux allait le chroniquer…


Verdict: 2/5.


Fenryl & Canard WC

A lire aussi en NEO METAL par FENRYL :


DEFTONES
Gore (2016)
Boucherie de Flamands roses par une référence...

(+ 1 kro-express)



SLIPKNOT
Disasterpieces (2002)
Concert surpuissant pour fans de l'hydre à 9 têtes


Marquez et partagez




 
   FENRYL

 
   CHAPOUK

 
   (2 chroniques)



- James (guitare)
- Chris (percussions)
- Joey Jordisson (batterie)
- Paul (basse)
- Shawn (percussions)
- Sid (dj)
- Mick (guitare)
- Corey Taylor (chant)
- Craig (samples/media)


1. .execute.
2. Gematria (the Killing Name)
3. Sulfur
4. Psychosocial
5. Dead Memories
6. Vendetta
7. Butcher's Hook
8. Gehenna
9. The Cold Black
10. Wherein Lies Continue
11. Snuff
12. All Hope Is Gone
- Bonus Tracks
13. Child Of Burning Time
14. Vermillion Pt. 2 (bloodstone Mix)
15. Til We Die



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod