Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (3)
Questions / Réponses (1 / 1)
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Hellfest Open Air Edition

MISANTHROPE - Sadistic Sex Daemon (2003)
Par POSSOPO le 26 Septembre 2003          Consultée 5571 fois

MISANTHROPE ou l’archétype de la carrière exemplaire.
Après des débuts fort classiques à base de démos et de split-cd, la troupe de Son Altesse Sérénissime De L’Argilière (Philippe Courtois pour l’état civil peu enclin à l’extravagance ni à la poésie) se fait remarquer en 1993 avec un premier album de death metal expérimental remarqué. 1666…Theatre Bizarre, deuxième véritable album, est chéri par une grande partie de l’underground français. Visionnaire bénéficie de l’enregistrement aux studios Fredman et son successeur constitue un sommet salué par la critique et le public.
L’ascension a été constante, presque tranquille, la machine était parfaitement réglée et se moquait des dénivelés même les plus importants. Le groupe a su se montrer de plus en plus accessible sans pour autant sembler obéir à une quelconque logique commerciale.

Ne se contentant pas de regarder béatement son drapeau planté à une hauteur respectable, MISANTHROPE scrute l’horizon. Il aperçoit au loin de nouveaux possibles défis, des cimes plus élevées mais aussi plus menaçantes. Le challenge est osé mais beau. Il sera donc relevé. L’équipe se lance à l’assaut d’un pic encore plus majestueux.
A partir d’une certaine altitude, il est vain de penser éviter les intempéries et cette escouade de troubadours ne peut que faire preuve de cohésion et de fraternité afin de lutter contre les éléments qui se déchaînent. Car certains se mettent à critiquer l’entité irréprochable. Elle aurait franchir des frontières interdites. Le nouveau sommet auquel s’attaque nos aventuriers se situe en effet en territoire ennemi. Misanthrope Immortel est plus heavy et lorgne ostensiblement vers STRATOVARIUS, groupe haï des prêtres intégristes de l’extrême qui décèlent en ces nouvelles sonorités une trahison. Peu importe, le groupe séduit avec cet opus des masses toujours plus importantes.

Fan des premiers volumes d’une œuvre déjà conséquente, mon adhésion aux derniers tomes n’est pas totale. La direction prise depuis quelques années ne m’a que modérément convaincue, bien que je reconnaisse au groupe un professionnalisme indiscutable et un Misanthrope Immortel diablement efficace.

Mes attentes par rapport à Sadistic Sex Daemon étaient donc modérées.
A défaut de rester béat d’admiration, je dois cependant reconnaître à cet opus de nombreuses qualités. Le guitariste Jean-Baptiste Boitel se concentre désormais sur les samples qui se font plus originaux comme sur l’excellente marche des cornus, le nouveau disciple Anthony Scemama empoignant le manche de guitare devenu libre avec ardeur. Gigi Moréac continue à nous gratifier de soli de basse époustouflants (armaggedon à l’Elysée) tout en maniant les claviers avec une certaine dextérité. Gaël Féret redonne de son côté une nouvelle importance au boudin blanc (pardon, à la batterie) au sein du groupe. Tous ces changements et nouvelles répartitions des rôles parfois déroutantes sont bien digérés et, alors que je considérai au début ce disque comme un retour en arrière, je le trouve au jour d’aujourd’hui relativement novateur et d’une densité rare.

Tout le travail abattu pour accoucher de ce nouveau rejeton a été payant. En fait, Sadistic Sex Daemon ne se contente pas de retrouver une hargne perdue sur Misanthrope Immortel, il apporte une richesse et une complexité sonore alors inconnue, qui fait de ce nouvel épisode le plus abouti d’une histoire qui a débuté il y a près de quinze années. Jean-Jacques Moréac et Jean-Baptiste Boitel méritent des félicitations particulières tant la production qu’ils ont prise en charge au Manoir des Déportés est excellente et dénote un professionnalisme sans faille.

Petite information amusante, les paroles sont désormais entièrement rédigées en français alors que le titre de l’album est pour une fois écrit en anglais (peut-être pour des raisons de simplification commerciale).

MISANTHROPE est le fer de lance du metal français. Populaire sans être racoleur, il possède une identité très forte due à son leader parfois considéré comme prétentieux mais au caractère en tous cas unique. Sans être mon groupe préféré, il est actuellement le seul à posséder une stature suffisante pour porter la scène nationale à un niveau de reconnaissance supérieur et c’est pour cela qu’il convient de le supporter.

A lire aussi en HEAVY METAL par POSSOPO :


ROOT
Madness Of The Graves (2003)
Le plus accessible du géant heavy tchèque




METALLICA
Live Shit Binge & Purge (1993)
Historique et hors-normes


Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
  N/A



- S.a.s. De L'argilière (chant)
- Jean-jacques Moréac (basse, claviers)
- Jean-baptiste Boitel (samplers, création sonore)
- Anthony Scemama (guitare)
- Gaël Féret (batterie)
- Invités :
- S.a.s. De L'argilière (père)
- Grégory Lambert (guitare solo)


1. Révisionniste
2. Sadistic Sex Daemon
3. La Marche Des Cornus
4. Armaggedon à L'elysée
5. Conversation Métapsychique
6. Grand Démonologue
7. L'extinction D'une étoile
8. Bonaparte
9. Sans Complaisance
10. Le Dernier Répond
11. Romantisme Noir



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod