Recherche avancée       Liste groupes



      
METALCORE  |  STUDIO

Lexique neo metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Myspace Du Groupe (511)
 Site Officiel Du Groupe (682)

UNEARTH - The Stings Of Conscience (2001)
Par FENRYL le 14 Décembre 2019          Consultée 561 fois

Il est toujours délicat et risqué de revenir aux origines d'un groupe que l'on apprécie, surtout une fois que celui-ci a su trouver son public…
Une fois encore, je tente la douloureuse expérience de vouloir découvrir le "debut album" d'un combo qui, au fil du temps, a su se faire un nom et une réputation dans le milieu…

Produit par Adam Dutkiewicz (KILLSWITCH ENGAGE), ce premier effort permet de définir ce qu'est UNEARTH : un combo issu la New Wave of American Heavy Metal (NWOAHM) qui a explosé en 2004 au côté de justement KILLSWITCH ENGAGE... Quand je vous dis que tout est lié ! Nous sommes pourtant ici en 2001. Évidemment, quand on arrive sur le premier LP d'un groupe de Metalcore, on capte immédiatement le côté "rentre dedans", l'aspect "sans compromissions" et les influences…
Ce qui marque ainsi, c'est la fibre Hardcore et le rythme épileptique : quasiment aucun temps mort, simplement une invitation à des moshparts constants ! Vous noterez évidemment ce passage néoclassique sur "My Desire" qui constituera l'unique "pont" calme ! Le terrain est largement occupé par un duo de guitaristes qui affichent leur talent : Buz Mcgrath et Ken Susi composent une paire de six-cordistes diaboliques, peu avares de leurs influences. Comment ne pas penser à un DARK TRANQUILLITY période "The Gallery" avec l'introduction du titre "Stings Of Conscience" ? Le Mélodeath suédois est donc une influence majeure de tout ce petit monde et quand on le fait copuler avec le Hardcore et des influences Heavy type IRON MAIDEN, on obtient une hybridation féroce et quelque peu bancale par moments.

Trevor a l'époque ne fait pas semblant également : il affiche sa rage et sa hargne en ne se ménageant à aucun moment durant les quarante minutes de ce premier opus. Pas de guttural au programme, mais vraiment un exutoire total pour frontman qui impressionne. Attention toutefois, il ne faudra pas s'attendre à de la modularité ici : Phipps balance et ne cherche pas à diversifier sa performance tout au long des dix morceaux qui composent "The Strings Of Conscience". Peu importe, ce n'est pas forcément ce qu'on attend de lui : ce défouloir à ciel ouvert fonctionne !

Datant de 2001, il faut toutefois reconnaître que cet album n'a pas bénéficié d'un remaster et qu'il pourra piquer les yeux et les oreilles… J'entends par là que la production a mal vieilli : les guitares mériteraient un travail digne de ce nom, la section rythmique est globalement malmenée trop souvent au long des titres présents. Le son semble trop souvent "étouffé", perdant en énergie transmise à mon goût. Cette prod' "horrible" rend certains titres un peu moins accessibles en outre car l'équilibrage des mix de chaque membre n'est pas pertinent par moments.

Il est ainsi intéressant de noter les influences américaines du groupe côté Hardcore (évidemment, le top est originaire des USA) mais que pour autant, le groupe n'a pas fait l'économie et la bêtise de négliger la scène européenne. On obtient ainsi des titres puissants, denses et sans concession comme un "Vanishment" qui résume tout ce que UNEARTH semble vouloir réunir pour le meilleur ! Ce genre de brûlot fonctionne et ouvre la voie de ce que sera le combo dans un futur proche.
Premier album marquant à plusieurs titres : Trevor Phipps est un chanteur qui impressionne et que j'affectionne depuis longtemps, il fait honneur et plaisir à ce fan que je suis ; le duo de gratteux est donc puissant depuis ses débuts et possède un don inné !
Un premier bon album où règne la cohérence…

UNEARTH est lancé, l'Histoire peut s'écrire…

Note réelle : 3,5/5.

Top : "Vanishment", "Shattered By The Sun".

A lire aussi en NEO METAL par FENRYL :


DEFTONES
Ohms (2020)
Une ode à la résistance...

(+ 1 kro-express)



UNEARTH
Iii : In The Eyes Of Fire (2006)
Puissance, modernité et technicité...


Marquez et partagez




 
   FENRYL

 
  N/A



- Trevor Phipps (chant)
- Buz Mcgrath (guitare)
- Ken Susi (guitare)
- Chris 'rover' Rybicki (basse)
- Mike Rudberg (batterie)


1. My Heart Bleeds No Longer
2. One Step Away
3. Fuel The Fire
4. Only The People
5. Stings Of Conscience
6. My Desire
7. Vanishment
8. Shattered By The Sun
9. Monition
10. Stronghold



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod