Recherche avancée       Liste groupes



      
HEAVY / SPEED METAL  |  STUDIO

Commentaires (4)
Metalhit
Lexique heavy metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Iron Maiden, Saxon, Vandallus, Satan Jokers
- Membre : Attraction Theory, Halford, Virgin Steele, Arch / Matheos, Rainbow, Masterplan, Messiah's Kiss, Holy Mother
- Style + Membre : Jack Starr's Burning Starr
 

 Myspace (702)
 Site Officiel (419)

RIOT - Armor Of Light (2018)
Par FREDOUILLE le 9 Septembre 2018          Consultée 1935 fois

On s’en était un peu douté. Il était dit que "Armor Of Light" ne serait pas du niveau du brillantissime "Unleash The Fire" sorti en 2014. Il faut dire que la nouvelle mouture de RIOT (RIOT V plus exactement) avait plutôt frappé fort il y a quatre ans. "Unleash The Fire" sentait à plein nez la sincérité, l'âme de RIOT (et pourtant sans le regretté Mark Reale à bord ! C'est dire la performance !), le RIOT des grandes années (un mix de leurs débuts couplés à la période plus Speed qu’est "Thundersteel" chef d’œuvre de 1988 faut-il encore le rappeler !) et se révélait un des meilleurs albums du combo américain.

Aussi quand les premiers titres de "Armor Of Light" firent leur apparition sur la toile, je pense notamment à l'énergique "Victory", mélodique à souhait (quelques superbes chœurs au passage !), et qui rappellera à bien des égards la "progression" rythmique de "The Trooper" de vous-savez-qui (sans pour autant tomber dans le plagiat), à "Heart Of A Lion" qui ne sera pas sans évoquer "Flight Of Warrior" ou encore ce "Messiah" pour le coup très incisif mais qui emprunte malheureusement un peu trop au titre "Thundersteel" (flagrant sur l'entrée), on se dit très vite que RIOT ne rééditera pas l'exploit de 2014. Snif ! Quelques redites volontaires certes, presque maladroites malheureusement qu'on ne trouvait pas sur "Unleash The Fire", - on pourra également citer la ressemblance évidente entre "Caught In the Witches Eye" (ses quelques cuivres évoqueront même "The Privilege Of Power" !) et "Sign Of The Crimson Storm" -, et qui montrent au final que RIOT V ne peut sempiternellement se renouveler et atteindre les hauts sommets atteints sur l'album de 2014.

Ceci étant, il serait vraiment dommage que vous passiez à côté de ce nouvel opus tant "Armor Of Light" reste un album de haute facture, presque excellent tant il regorge une nouvelle fois de titres absolument imparables pour ne pas dire fantastiques ("End Of The World", "Angel’s Thunder, Devil’s Reign" pour ne citer que ceux-là) où la qualité et le savoir-faire sont une nouvelle fois de mise. Très bon disque donc, qui se situe à quelques encablures près dans la lignée de son prédécesseur puisqu'il nous replonge une nouvelle fois dans le passé avec bien évidemment "Thundersteel" en point de mire (vu les redites cela aurait été étonnant !) mais également avec quelques albums plus anciens tels "Fire Down Under" (chef d’œuvre lui aussi impérissable) et "Narita" avec des titres plutôt bien balancés et plus « rétro » à l'image de "Burn The Daylight" et sa sonorité de guitare très DEEP PURPLElienne ou de ce "San Antonio" plus léger et ponctué d'excellentes parties de guitare. Car, et est-ce bien nécessaire de le rappeler, RIOT V n'a effectivement pas son pareil pour nous délivrer de magnifiques et somptueuses parties de gratte. Véritable marque de fabrique chez RIOT, "Armor Of Light" en est une nouvelle fois richement garni, la paire Mike Flyntz/Nick Lee s’en donnant ici littéralement à cœur joie, et nous émerveille de ces riches et multiples soli aux mélodies enchanteresses (sincèrement les soli sur "End Of The World" ou ceux figurant sur "Angel’s Thunder, Devil’s Reign" sur lequel la basse de Don Van Stavern fait des ravages sont tout simplement fantastiques) et au feeling avéré.

"Armor Of Light" dégage il faut bien le reconnaître une puissance phénoménale (la production bien qu'un poil compressée est d'un bon niveau qualitatif) et reste de mon point de vue un des meilleurs albums de Heavy de l'année 2018 (si, si !) et ce même s'il ne tutoie pas les cimes de "Unleash The Fire" en raison des quelques resucées mentionnées plus haut, mais également parce que ce nouvel effort véhicule beaucoup moins d'émotions, de nostalgie que son prédécesseur. On aurait par exemple préféré plus de titres de la trempe de "Take Me Back" (vraiment sublime celui-là !) en lieu et place par exemple d'un "Raining Fire" tapageur à souhait mais un poil trop bourrin et exempt de la moindre once d'émotion et... D'authenticité. Dommage, d'autant que Todd Michael Hall qui se montre une nouvelle fois extrêmement convaincant sur le disque est plus performant dans ce registre de chanson. RIOT V gagnerait beaucoup à exploiter les vocalises de Todd sur des compositions un tantinet moins Power Metal et davantage nuancées. On peut d'ailleurs entrevoir tout le potentiel du chanteur sur une composition plus calme du type "Ready To Shine". En attendant les vieux briscards de RIOT V nous mettent une nouvelle fois à genoux avec un disque hautement recommandable.

Morceaux préférés : "Victory", "End Of World", "San Antonio", "Angel's Thunder, Devil's Reign".

A lire aussi en HEAVY METAL par FREDOUILLE :


KING DIAMOND
The Eye (1990)
Le meilleur album de KING DIAMOND? Certainement!




SYMPHORCE
Godspeed (2005)
LE MEILLEUR ALBUM DE SYMPHORCE! Enorme!


Marquez et partagez




 
   FREDOUILLE

 
  N/A



- Todd Michael Hall (chant)
- Don Van Stavern (basse)
- Mike Flyntz (guitares)
- Nick Lee (guitares)
- Franck Gilchriest (batterie)


1. Victory
2. End Of The World
3. Messiah
4. Angel's Thunder, Devil's Reign
5. Burn The Daylight
6. Heart Of A Lion
7. Armor Of Light
8. Set The World Alight
9. San Antonio
10. Caught In The Withches Eye
11. Ready To Shine
12. Raining Fire
13. Unbelief (bonus Track)
14. Thundersteel (2018 Version)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod