Recherche avancée       Liste groupes



      
MATHCORE/PROG  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Site Officiel (438)
 Myspace (266)
 Chaîne Youtube (275)

BETWEEN THE BURIED AND ME - Automata Ii (2018)
Par MEFISTO le 29 Juillet 2018          Consultée 951 fois

Je ne comprends toujours pas ce qui a poussé mes chouchous de BTBAM à diviser ainsi leur nouvelle œuvre d'art moderne Mathcorienne. Le premier volet de "Automata", à 35 minutes, ne m'a pas convaincu entièrement. J'avais soif de plus, comme plusieurs d'entre vous, en déplorant cette sensation d'inachevé.

Concept ou pas, et même si les deux moitiés de cet automate seront sorties à quelques mois d'intervalles, il apparaît que cette stratégie (à ne pas répéter) ait non seulement été un essai raté, mais un truc pour faire palper du blé.

Et ça, je déteste.

Les artistes Pop radiophoniques sont passés maîtres dans cet art qui n'en est pas un, mais BTBAM est loin d'être un membre de cette fratrie inculte. Son style ne se prête pas vraiment à ce formatage de merde, bien qu'avec les années, son côté catchy et bon enfant ait évoqué chez nous des souvenirs et surtout, des fantasmes de l'entendre sur les ondes… Prenez simplement "Voice Of Trespass" et sa trame cirquesque, fun, qui pourtant, véhicule un message absolument monstrueux ! Oui, nous sommes superficiels et condamnés à l'échafaud ! Combien de fois la formation nous a-t-elle sermonnés de la sorte ?! Et nous en redemandions !

Une chance, les Américains ne le sont pas, superficiels. Avec les deux pavés "The Proverbial Bellow" et "The Grid", ils prouvent que leur Core-Prog fonctionne encore à merveille et, à bien des égards, arrive à nous toucher au plus profond de notre âme. Rarement entendrons-nous un Metal aussi mélodique, clinquant et violent flirtant autant avec la ligne émotive. BTBAM est devenu avec les années un pro dans ce domaine, en permettant aux détracteurs du Core de repousser les préjugés et d'apprécier le suc Prog et complexe qui peut parfois en découler, quand les artistes sont talentueux et polyvalents.

"Automata II" confirme que BTBAM est le maître-étalon du Metalcore, nonobstant ses déclinaisons. Ici, on tamponnera Mathcore sur son passeport, bien entendu. Mais si on devait retenir une seule chose, une seule leçon, de cette aventure, de cette énième expérience multisensorielle, est que les Américains sont des tisserands implacables quand vient le temps d'unir la mélodicité et l'agression. Ce nouvel écrin et son contenu flamboyant en sont la preuve renouvelée et destinée à nous passionner encore pendant des lunes. Allô "Voice Of Trespass" !

En 33 minutes et quatre morceaux, dont une intro pour la troisième et excitante plage, BTBAM nous fracasse un autre miroir sur la tête pour tenter de nous faire comprendre l'étendue de notre ignorance face à l'évidence, notre dépendance face à l'intolérance et notre imbécilité face à la modernité. Tout sur cet album est bon, mais compte tenu du contenant, ne pas se planter était une sinécure !

Surtout qu'après les six pièces de "Automata I", on avait envie de plus. Alors… À la suite de l'écoute et de la digestion agréable de ce second chapitre, on est en droit de se demander pourquoi, diantre de putain de bordel de merde, le groupe n'a-t-il pas gravé ces dix créations sur une seule et même galette. Je suis persuadé que les applaudissements auraient été plus nombreux et mieux nourris. Qui sait, BTBAM aurait peut-être sorti l'album de sa carrière, tout en justifiant davantage la thématique et l'inspiration derrière cette dénonciation de notre automatisation.

Nous, pauvres mortels, sanctionnés par nos artistes à mourir pendus pour nos péchés de superficialité, d'inconsciente barbarie…

Bon, voilà donc ce que vous devez retenir de cet exercice en deux volets tenté en 2018 par BETWEEN THE BURIED AND ME : le nom de ce groupe n'a jamais été aussi pertinent – le groupe analysant comme jamais comment nous vivons avant de crever – mais le format dichotomique choisi nous fait perdre pas mal de bonnes idées lancées par les Américains, qui n'auront pas convaincu tout le monde de se farcir deux galettes en cette époque de la taille mince…

Podium : (or) "Glide – Voice Of Trespass", (argent) "The Grid", (bronze) "The Proverbial Bellow".

Indice de violence : 2/5.

A lire aussi en METAL PROG par MEFISTO :


ANUBIS GATE
Anubis Gate (2011)
Les portes du paradis s'ouvrent davantage...




VOYAGER
V (2014)
Un pas en arrière, mais tout de même très fort !


Marquez et partagez




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Tommy Rogers (chant, synthé)
- Paul Waggoner (guitare)
- Dustie Waring (guitare)
- Blake Richardson (batterie)
- Dan Briggs (basse)


1. The Proverbial Bellow
2. Glide
3. Voice Of Trespass
4. The Grid



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod