Recherche avancée       Liste groupes



      
MATHCORE  |  STUDIO

Commentaires (7)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

 Site Officiel (430)
 Myspace (264)
 Chaîne Youtube (269)

BETWEEN THE BURIED AND ME - Colors (2007)
Par JEREMY le 25 Août 2008          Consultée 4879 fois

S'il y a un groupe à la mode dans le petit monde des musiques progressives, c'est bien BETWEEN THE BURIED AND ME (BTBAM). Et pour cause, la formation américaine compte parmi ses fans ni plus ni moins que Mike Portnoy. Le batteur américain de DREAM THEATER a même proposé au groupe de les accompagner sur leur tournée outre-atlantique. C'est dire s'il les tient dans son estime ! S'il est certain que pour se faire connaître l'appuie d'un monstre comme Mike Portnoy est important, il ne faut pas croire pour autant que BTBAM a été pistonné. L'album qui les a propulsé sur le devant de la scène, Alaska, ne doit rien à personne, et si Mike Portnoy s'est intéressé à eux, c'est uniquement grâce aux qualités de composition hallucinantes dont le groupe fait preuve depuis sa création en 2000.

Colors fait partie de ces albums communément appelés OMNI. Les caractéristiques d'un OMNI sont simples : bordel indescriptible à la première écoute, on ne retient absolument rien. Mais. Mais il y a un petit quelque chose en plus, un son, une tonalité, un détail qui invite l'auditeur à poursuivre son écoute, à l'approfondir. Et c'est bien simple, Colors sent le talent à plein nez. Impossible de ne pas s'en rendre compte : le talent de composition des 5 garçons est immense. Les morceaux sont longs et complexes, riches et variés, oscillant entre metalcore basique et prog' de haute volée. L'intro douce et mélodique plante le décor mélancolique de l'album. Une voix venue du paradis vient se greffer au piano, l'intensité monte doucement. Et soudain, batteries et guitares rentrent de concerts dans une montée heavy majestueuse et géniale.

Dire que les premières tentatives ont été laborieuses serait un bel euphémisme. Ma dernière écoute d'un album aussi hermétique remonte au Stronghold de SUMMONING, dans un genre radicalement différent. Avec une volonté de fer, j'avais réussi à percer les secrets du groupe autrichien et à rentrer dans un univers ô combien merveilleux. Alors avec Colors, pas question de renoncer si vite ! Tout d'abord parce qu'avec le lobbying des metalleux de tous poils autour de moi, j'aurai l'impression de passer à côté d'un grand disque, et aussi parce que les passages clairs, immédiatement mémorisables, donnent une couleur émotionnelle à l'album, couleur moins facilement décelable dans les passages metalcore. Et si BTBAM plait autant, c'est justement pour cette variété et cette richesse dans leur musique.

Alors à force d'écoutes, j'ai réussi à obtenir des points de repère un peu partout sur le disque. Ici un break planant, là un riff qui tue, plus loin une mélodie apaisante. Par moment, BTBAM me rappelle AVENGED SEVENFOLD pour le côté frénétique et endiablé de sa musique. Il en attrape également le défaut : parfois trop démonstratif, il en devient assommant. De même, les passages purement metalcore, très basiques dans le chant notamment, gros point faible de l'album, donneront un sacré mal de crâne aux oreilles les moins coutumières du fait. Globalement, ce sont les progueux qui se sentiront en terrain connu. Certains passages clairs, sur "Ants Of The Sky" notamment, font penser à du PAIN OF SALVATION, et la plupart des breaks ainsi que l'allure générale des compositions sont clairement inspirés de DREAM THEATER. Les variations de rythme, les mélodies, les ambiances d'"Informal Gluttony", "Sun of Nothing", "Ants Of The Sky" ou du sublime "White Walls", qui clôt l'album de façon magique, font de ce disque un bijou que tout amateur de musique, extrême ou progressive se doit d'écouter. Pour sa beauté, sa richesse.

En tout état de cause, l'exercice qui consiste à réunir l'approbation sur un même disque du fan basique de metalcore et de l'intello progueux à lunettes est extrêmement difficile. Seuls les plus persévérants et les plus ouverts d'esprits (d'oreilles ?) découvriront les traits de génie que recèle ce disque. Les autres se contenteront soit de riffs et d'hurlements, soit de piano et de voix claires. Et tous passeront à côté d'un disque intelligent et coloré qui, comme le peintre impressionniste, distille ses émotions au gré des notes et des coups de pinceaux.

A lire aussi en HARDCORE par JEREMY :


CONVERGE
When Forever Comes Crashing (1998)
Hardcore




CHILDREN
Impedimenta (1999)
Le disque culte de ce jeune groupe français


Marquez et partagez




 
   JEREMY

 
   MEFISTO

 
   (2 chroniques)



- Tommy Rogers (chants, claviers)
- Paul Wagonner (guitare)
- Dan Briggs (basse)
- Dusty Waring (guitare)
- Blake Richardson (batterie)


1. Foam Born A) The Backtrack
2. Foam Born B) The Decade Of Statues
3. Informal Gluttony
4. Sun Of Nothing
5. Ants Of The Sky
6. Prequel To The Sequel
7. Viridian
8. White Walls



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod