Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH MELODIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

2003 Unhallowed
2005 Miasma
2007 Nocturnal
2009 1 Deflorate
2011 1 Ritual
2013 Everblack
2015 Abysmal
 

- Style : Voice Of Ruin, Arch Enemy, At The Gates, Carcass, Inferi
 

 Site Officiel (22)
 Facebook Officiel (7)

The BLACK DAHLIA MURDER - Everblack (2013)
Par T-RAY le 25 Juin 2017          Consultée 504 fois

En 2011, The BLACK DAHLIA MURDER était en train de glisser sur la dangereuse pente de la médiocrité, après l’enchaînement d’un "Deflorate" correct et d’un "Ritual" plus que moyen… Le groupe semblait en panne d’idées nouvelles à infuser à son Death Mélodique, revenu à des standards un peu trop… standards, justemen, contredisant ainsi la montée en puissance qu’il avait affichée jusqu’à "Nocturnal", son troisième album. C’est pourtant dans ce même "Nocturnal" que le groupe devait chercher son salut. Les cinq du Michigan y faisaient preuve de leur maîtrise d’une grande palette de sonorités extrêmes, du Death Metal purement ricain à l’autre, venu de Suède, du Metalcore bien de chez eux au Black Metal bien de là-bas, au nord de l’Europe.

Envisageant (ou pas) l’immobilisme dans lequel risquait de le plonger un "Ritual" bis, The BLACK DAHLIA MURDER a donc considéré les pistes qui lui avaient le plus réussi jusqu’ici… Et les a approfondies. Et ce sixième album studio qu’est "Everblack" s’ouvre donc sur un "In Hell Is Where She Waits For Me" qui n’est autre que… l’un des meilleurs morceaux de Death Mélo des années 2010. Rien que ça ! Même un DARK TRANQUILLITY ne l'aurait pas renié. Car tout y est : puissance, vélocité, batterie dévastatrice, mélodies de guitares virevoltantes, et ce penchant Black… très Black. Bien plus Black que DARK TRANQ’ et tant d’autres groupes de Melodeath à la suédoise ne le furent jamais.

Ce morceau découpe sévèrement, à coups de guitares acérées et de vocaux habités. Favorisant ses screams Black sur la majeure partie du titre, Trevor donne à ce titre d’ouverture de faux airs de CRADLE OF FILTH, le vieux, le violent, celui des mid-90s. Le bon, quoi. Même l'intitulé est très FILTHien dans l’esprit, et ajoute un petit air de romance Goth à l’ambiance… Son growl, Strnad se le réserve comme ponctuation, sur des phrases courtes, ou pour appuyer un vers essentiel, comme le titre du morceau. De Black Metal, d’autres titres de cet album en adoptent les sonorités, comme l’antépénultième "Every Rope A Noose", de façon évidente et néanmoins subtile. Screams et riffs aiguisés sont au rendez-vous, qu’un NAGLFAR, voire le MAYHEM de "Chimera" auraient su apprécier, et que seul le solo vient perturber (pour le mieux).

Attention, The BLACK DAHLIA MURDER n’est pas pour autant devenu un groupe de Black Metal sur ce très justement nommé "Everblack". Noir, toujours, mais Black, pas que. Le quintette américain reste un combo de Death Mélodique et le fait savoir. "Goat Of Departure" est même davantage concentré sur le Melodeath que TBDM maîtrise à la perfection. Mid-tempo la plupart du temps, le morceau propose des guitares très rythmiques, plus martelées que grattées. L’atmosphère pesante générée prime sur le reste. "Control" et "Their Beloved Absentee" sont du même acabit : concentrés sur la lourdeur de leurs guitares Death, n’oubliant toutefois pas la mélodie, surgissant çà et là, toujours à bon escient.

"Blood Mine", d’ailleurs, en rajoute une couche dans le Death Mélo classique mais haut de gamme proposé ici par The BLACK DAHLIA MURDER. Son intitulé, hurlé en guise de refrain, fait mouche. Quant à sa partie centrale, digne d’un excellent DARK TRANQUILLITY, elle confirme la maîtrise acquise par TBDM dans ce style si peu américain, au fond, mais si bien représenté par ses soins. Il faut attendre – et entendre – les plus monolithiques "Phantom Limb Masturbation" et "Into The Everblack" pour que le groupe replonge cette fois dans ses racines Death à lui, ce Death venu des States. Lourd, Death Metal plus que Death Mélo, ce morceau ne joue pas la carte de la rapidité. La mélodie est d’ailleurs davantage portée par les soli de guitare du toujours excellent Ryan Knight. Et par les breaks atmosphériques, car il y en a.

La façon qu’a The BLACK DAHLIA MURDER de placer ces courts passages Atmo, à tout le moins ambiancés, rappelle, à nouveau, CRADLE OF FILTH, dans un registre évidemment plus brutal, plus fondamentalement Death. Cette alternance de passages lourds, riches en guitares rythmiques, de fulgurances mélodiques, d'ambivalence pertinente entre vocaux Death et plus Black, et l’utilisation desdits breaks introduisant des passages plus Atmo n'est pas éloignée du style CRADLE. Comme le groupe de Dani, d’ailleurs, TBDM ose des intitulés frôlant parfois le grotesque sur cet album. Comme "Raped In Hatred By Vines Of Thorn", qu’il n’est pas nécessaire de commenter littéralement. Musicalement, le groupe américain propose ici une synthèse intéressante entre le Melodeath Black du premier titre et la pesanteur bien Death d’autres morceaux.

Ici, la mélodie n’attend pas que le tempo s'accélère pour surgir : elle est là, dès les premières mesures. Et sur les refrains en particulier. Elle n’attend pas le solo non plus, qui, à nouveau, fait merveille. Encore une fois, les grands noms du Death Suédois n’auraient pas craché sur l’inclusion d’un tel morceau sur l’un de leurs albums. Mais comme il était dit que cet "Everblack" n’aurait pas de Black que son suffixe, The BLACK DAHLIA MURDER en rajoute une couche terminale. En l’occurrence, "Map Of Scars" constitue une excellente conclusion à cet album tout aussi excellent. Et ici, la mélodie est partout, quel que soit le tempo, le moyen du début comme le rapide de la suite. Mélodie sombre, bien entendu, à nouveau plus proche du Black que du Death.

Oui, The BLACK DAHLIA MURDER ne cache plus son goût pour le Black Metal depuis "Nocturnal", même s’il n’en joue jamais franchement, ouvertement et complètement. Avec "Everblack", il vient néanmoins de prouver qu’il n’est jamais plus efficace et excitant que lorsqu’il mâtine son Death Mélo de riffs et de mélodies Black bien senties.

A lire aussi en DEATH MELODIQUE par T-RAY :


The BLACK DAHLIA MURDER
Abysmal (2015)
Mélodies, elles sonnent !




The BLACK DAHLIA MURDER
Nocturnal (2007)
"The night is dark and full of terrors..."


Marquez et partagez




 
   T-RAY

 
  N/A



- Trevor Strnad (vocaux)
- Brian Eschbach (guitares)
- Ryan Knight (guitares)
- Max Lavelle (basse)
- Alan Cassidy (batterie)


1. In Hell Is Where She Waits For Me
2. Goat Of Departure
3. Into The Everblack
4. Raped In Hatred By Vines Of Thorn
5. Phantom Limb Masturbation
6. Control
7. Blood Mine
8. Every Rope A Noose
9. Their Beloved Absentee
10. Map Of Scars



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod