Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH MELODIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Arch Enemy, At The Gates, Dark Tranquillity

TEMNEIN - White Stained Inferno (2017)
Par T-RAY le 2 Mars 2018          Consultée 1124 fois

Bravo TEMNEIN. Pour m’avoir donné autant de fil à retordre pour accoucher de ma chronique. Pour m’avoir challengé longtemps pour prendre la mesure du copieux travail de 62 minutes que constitue votre deuxième album. Pour proposer, sur "White Stained Inferno", un Death Mélodique riche et fouillé, bien qu’ayant laissé derrière lui le caractère progressif qu’il dévoilait sur votre premier opus, "404 B.C.". Pour être parvenu à décrocher un contrat avec Massacre Records. Votre nouvel album le mérite, se mérite, et il serait aisé de passer à côté de ses qualités, somme toute nombreuses, à cause de la densité de musique qu’il contient. Atteindre l'heure de jeu en monopolisant à ce point l’attention, dans un sport aussi conventionnel, il faut bien le dire, que le Death Mélo, c'est notable. Et il tombe sous le sens, finalement, qu'un disque censé dévoiler les tourments d’un diagnostic difficile et d’une hospitalisation éprouvante perturbe un poil le ciboulot à l’heure de le chroniquer.

Ce premier paragraphe était pour le groupe lorrain, et je le lui devais car j’ai eu un mal de chien, malgré les nombreuses heures d'écoutes - une bonne vingtaine, au moins - à saisir que l’on tient là l’une des meilleures sorties Melodeath françaises de l'année 2017. On pourrait même parler de l’une des meilleures sorties du genre dans le monde l’an dernier, mais qui sommes-nous pour prétendre avoir tout entendu en termes de nouveautés Death Mélodique en 2017 ? Bref, "White Stained Inferno" s’apprivoise et pas seulement en lui témoignant une attention intermittente. C'est un disque complet, exigeant dans son genre, et dont les qualités se font parfois discrètes, nécessitant un temps certain pour qu’on les distingue. Parce qu’on se dit qu’on les a entendues chez d'autres avant et que, pour l’originalité, on repassera. Ce qui n'est qu’en (petite) partie vrai. Oui, TEMNEIN, sur ce nouveau L.P., évoque l’ancien ARCH ENEMY et surtout DARK TRANQUILLITY plus souvent qu'à son tour, en particulier celui de la fin du XXème siècle et du début du XXIème.

C'est d’autant plus sensible depuis que Jocelyn Fidry a remplacé Yoann “Sub” Sachot derrière le microphone. S’il n’y a pas d’intonations de Mikael Stanne dans la voix du nouveau vocaliste vosgien du combo, je veux bien m’appeler Meyer, comme disait ce vieil Hermann. Les deux hommes (Fidry et Stanne, pas Göring) partagent également une façon d'articuler qui facilite la compréhension des paroles, même sans le texte sous les yeux. Certes, son timbre n’évoque pas que celui du blond Suédois, mais le travail des guitares aussi - notamment sur les parties les plus mélodiques - ne cesse d'agiter le spectre du DT ancien. Un morceau tel que "Against The Waves" est, en cela, très parlant. Avant lui, "Denying The Threat" et "Knowledge As A Burden" l’auront laissé entendre aussi. Ce mélange d’agressivité véloce et de mélodicité acérée caractéristique du quintette de Göteborg est présent dans ces trois titres, et dans d’autres.

Mais le fantôme DARK TRANQ’ n’est pas omniprésent non plus dans ce nouveau L.P. des Lorrains. Les guitaristes Florian Frandidier et James Camozzi, lequel s’occupe des soli et des parties les plus mélodiques, affichent une palette d’influences stylistiques qui fait plaisir à entendre. Mais citer toute une palanquée de groupes ou d’artistes ayant pu inspirer tel ou tel passage de tel ou tel morceau n’a pas grand intérêt, car la variété des différents titres, parfois même au sein des titres eux-mêmes, rendrait la chose fastidieuse et sans véritable sens. D’ailleurs TEMNEIN, comme sur son premier effort studio, n'hésite pas à dépasser les 6 minutes à plusieurs reprises pour pouvoir exprimer les nombreuses idées germées dans l’esprit de ses membres. Quand elles sont diverses et cohérentes, ça fonctionne parfaitement (l'inquiétant "Ataxia", le mid-tempo subtilement accrocheur "Bad Omen", le très AT THE GATESien "Dawn Of A New Day"), mais quand elles sont répétées un poil trop souvent ("Denying The Threat"), on se dit aussi que la formation lorraine gagnerait de temps en temps à tailler dans le vif et à aller droit au but.

D'autant qu’en ayant laissé de côté l’aspect le plus progressif de sa musique, TEMNEIN laisse apparaître une tendance à s’appuyer parfois un peu trop sur les mêmes plans. Heureusement, c’est un péché mignon auquel le groupe ne cède que rarement. À propos de "Denying The Threat", c’est sur ce dernier que le duo de gratteux nous gratifie pour la première fois de parties de twin guitars Heavy de qualité, qui exploseront de nouveau quelques dizaines de minutes plus tard à l’occasion d’un "A Momentary Peace" mêlant habilement Death Mélo et cavalcades Heavy Metal digne des grandes heures de la NWOBHM. On ferme les yeux et on se croirait presque revenus dans l'Angleterre du début des 80s. À condition, bien sûr, d’oublier les growls de Jocelyn Fidry, qui nous ramènent bien vite à notre temporalité. De manière générale, la formation tricolore maîtrise tout à fait son Heavy Metal, "Knowledge As A Burden" suffit à lui seul à le prouver.

Mais le groupe démontre également qu’il sait faire prendre du gras et du Groove à ses guitares (les premières mesures de "Against The Waves", une bonne partie de "Wrong Escape" et, surtout, l’intégralité de "The Seal"), un peu à la façon d'un LAMB OF GOD, dont TEMNEIN partage la capacité à générer chez l’auditeur un sentiment de catastrophe imminente. En entendant le riff principal de "Ataxia", je ne peux m’empêcher de penser au riff initial de "The Faded Line" (extrait de "Ashes Of The Wake"), sur un tempo plus enlevé toutefois. Ça n’est sans doute pas volontaire car, nulle part, les membres de TEMNEIN n'évoquent une quelconque parenté stylistique avec les Virginiens. Néanmoins, une telle comparaison n’a pas à faire rougir. L’important bagage musical Metal qu’embarque le quintette du Grand Est est tout à son honneur et lui permet de tenir longtemps l’auditeur en haleine. Si tant est que celui-ci ait fait l’effort de donner sa chance à "White Stained Inferno", plusieurs fois de préférence, condition sine qua non pour profiter réellement de ce copieux, et goûteux, menu de Death Mélodique.

A lire aussi en DEATH MELODIQUE par T-RAY :


TRIBULATION
The Horror (2009)
Oui, oui, oui, je suis le vampire (horror, malhor)




The BLACK DAHLIA MURDER
Abysmal (2015)
Mélodies, elles sonnent !


Marquez et partagez




 
   T-RAY

 
  N/A



- Jocelyn Fidry (vocaux)
- Florian Frandidier (guitares, vocaux additionnels)
- James Camozzi (guitares)
- Julien De Giorgio (basse)
- Valentin Treuillier (batterie)


1. Impending Outbreak
2. Ataxia
3. Denying The Threat
4. Bad Omen
5. Knowledge As A Burden
6. White Stained Inferno
7. Against The Waves
8. The Seal
9. Wrong Escape
10. A Momentary Peace
11. Dawn Of A New Day



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod