Recherche avancée       Liste groupes



      
DARK HEAVY METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

2004 A Night To Remember (dvd...
 

- Style : Vanden Plas, Waverly Lies North, Borealis, Vanishing Point, Pagan's Mind, Angel Dust, Synthphonia Suprema, Disconnected
- Membre : Soilwork, Avatarium, Nightrage, The Ring , Royal Hunt, Mind's Eye, Hubi Meisel, Evil Masquerade, Demonoid, Therion, Soen
 

 Site Officiel (470)
 Myspace (482)
 Chaîne Youtube (446)

EVERGREY - The Storm Within (2016)
Par JEFF KANJI le 20 Novembre 2016          Consultée 2468 fois

Après un "Hymns For The Broken" inattendu et magistral, où les mélopées sombres de Tom Englund se nimbaient d'une sérénité lumineuse assez inhabituelle, EVERGREY confirme ici son retour en forme en honorant AFM d'un deuxième opus de qualité, même s'il lui sera difficile d'approcher la quasi perfection de son prédécesseur.

EVERGREY a opéré une mue sonore assez profonde. Si les sons modernes étaient déjà de la partie depuis un moment, l'investissement de Jonas Ekdhal dans la création de samples et de boucles a transformé l'usage des claviers chez EVERGREY. Si Rikard Zander reste toujours un artisan de choix, les samples ont envahi la musique des Suédois. Le radio-friendly "Passing Through" en est une démonstration assez probante, et son potentiel d'accroche en fait déjà, à mon avis, un nouveau classique. Pas étonnant que le groupe ait choisi ce titre pour ouvrir les concerts de la tournée. On retrouvera cet alliage sons modernes/samples particulièrement mis en valeur sur le duo avec Floor Jansen "In Orbit", autre bombe de cet opus.

EVERGREY maîtrise son sujet et cela se sent. On assiste au retour de Mme Englund pour un duo au romantisme exacerbé, juste soutenu par une ligne de guitare lancinante. On a un EVERGREY plus offensif sur "My Allied Ocean" et la pièce titre. "The Storm Within", à l'image de son artwork, est un disque soigné dans ses moindres détails, calibré aussi dans une certaine mesure ; pas d'excès de minuterie ou de passages Prog, tout est imbriqué pour une efficacité maximale. Et d'ailleurs, quand l'ambiance est privilégiée, comme sur "Distance" ou "Someday", on se rend compte que le groupe a un peu de mal à maintenir l'accroche tout du long et se permet de tout miser sur sa personnalité pour apporter de la cohérence à l'ensemble.

Et c'est d'ailleurs le défaut principal de cet album, qui avec une intro spatiale et minimaliste du plus bel effet suscite des images rapidement, et avec un "Passing Through" nous couche instantanément, la première moitié de l'album est assez irrégulière en qualité, là où, à partir de "In Orbit" il n'y a plus de temps mort. Contrairement à beaucoup de groupes, qui misent sur les premiers titres, EVERGREY commence en alternant morceaux relativement anodins saupoudrés parfois de jolies parties (les chœurs d'enfants notamment sur "Distance") mais finit l'album sur un sans-faute avec une grosse moitié de titres atteignant sans problème l'enchantement provoqué par "Hymns For The Broken". Cela nous donne un opus un peu déséquilibré mais sauvé par un songwriting avisé et une interprétation toujours aussi habitée de Tom Englund et des soli, surtout ceux d'Henrik Danhage, particulièrement bien sentis.

Difficile du coup de noter l'album, car si c'est clairement la satisfaction qui prime une fois l'écoute achevée, je ne peux m'empêcher de ressentir une pointe d'ennui sur certains pistes, et malgré les écoutes successives cette impression ne passe pas vraiment. Mais à côté de ça, EVERGREY a de la ressource pour laisser à notre appréciation des détails impossibles à chopper aux premières écoutes, assurant une durée de vie plus que confortable à "The Storm Within". De ce fait, il est assez proche de "Glorious Collision" ; et je dois bien reconnaître que les textes me semblent un peu moins profonds cette fois-ci… Donc ce disque est clairement au-dessus de la moyenne, mais on n'est pas au niveau des plus grandes réussites du groupe, il a par exemple du mal à soutenir la comparaison avec "Solitude Dominance Tragedy" ou "Recreation Day" par exemple. Ce sera donc un 3,5 peut-être un peu sévère, mais qui constitue une excellente note dans l'absolu au vu de la qualité de la discographie des Suédois.

A lire aussi en METAL PROG par JEFF KANJI :


DIMHAV
The Boreal Flame (2019)
Du Metal Prog puissant et raffiné




DREAM THEATER
The Astonishing (2016)
Oui, astonishing! c'est clairement le mot


Marquez et partagez







 
   JEFF KANJI

 
  N/A



- Tom S. Englund (chant, guitare)
- Henrik Danhage (guitare)
- Rikard Zander (claviers)
- Jonas Ekdhal (batterie)
- Johan Niemann (basse)
- Floor Jansen (chant sur 7 & 10)
- Carina Englund (chant sur 9)


1. Distance
2. Passing Through
3. Someday
4. Astray
5. The Impossible
6. My Allied Ocean
7. In Orbit
8. The Lonely Monarch
9. The Paradox Of The Flame
10. Disconnect
11. The Storm Within
12. Paranoid [black Sabbath Cover]



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod