Recherche avancée       Liste groupes



      
GODSMACK\'S STYLE  |  STUDIO

Commentaires (2)
Lexique neo metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Site Officiel (333)
 Facebook (944)

DISTURBED - Immortalized (2015)
Par CHAPOUK le 30 Octobre 2015          Consultée 3932 fois

L'ombre de « The Guy » plane sur l'année 2015… Après un "Asylum" très moyen et un break de quatre ans DISTURBED est de retour avec son nouvel opus nommé pour l'occasion "Immortalized".

Comme d'hab la pochette est super chouette et comme d'hab le groupe s'éloigne toujours un peu plus du Neo de ses débuts pour se rapprocher d'un style à la GODSMACK avec de grosses touches modernes et Heavy Metal.
Jolie tambouille !

Non, c'est vrai, sans aucune pointe d'ironie : le mélange est plutôt réussi.
Il faut dire que la prod monstrueuse aide bien à faire ressortir les passages "Electro" tels que l'intro ou les arrangements discrets qu'on peut entendre sur "The Vengeful One", "You're Mine"," Save Our Last Goodbye" ou encore "Who Taught You To Hate". Du coup les titres n'en sont que plus dynamique et les refrains bien mis en valeur.

D'ailleurs c'est vraiment là le gros plus de cet album : les refrains. Ils rentrent quasi tous en tête dès la première écoute. D'ailleurs, pour info, si avez la capacité d'absorber comme un sopalin ce que vous entendez, le mélange est un peu bizarre, voire dégueu, arrivé à la du skeud a fin… Mais ça c'est votre problème après tout…
Je prends par exemple ceux de "Open Your Eyes", "You're Mine", "Immortalized", "The Vengeful One" et "Fire It Up" qui se démarquent un peu plus des autres. Ce sont les plus efficaces et par conséquent ils font ressortir de cette galette les titres dans lesquels ils sont inclus.

Mais si on prend un peu de recul et que l'on ne se focalise pas uniquement sur les refrains tubesques, c'est objectivement assez plat tout ça. Les titres sont parfaitement écoutables, mais un peu trop homogènes pour véritablement déclencher chez l'auditeur une furieuse envie de secouer les cheveux (la faute à la prod ?).
Comme souvent chez DISTURBED, l'album démarre sur les chapeaux de roues mais commence à s'essouffler dès la septième piste "Who". A partir de là le manque d'inspiration se fait ressentir et la majorité des morceaux présents sur la deuxième partie de ce "Immortalized" perd de son charme et de son intérêt. De plus l'utilisation toujours aussi abusive des "whohoho" sur TOUS les morceaux finit par devenir chiante. Seuls "Fire It Up" et la reprise de SIMON & GARFUNKEL "The Sound Of Silence" sortent du lot.

Le premier titre cité démarre sur un sample, où l'on entend quelqu'un couler une douille tranquilou, puis enchaîne sur un mid tempo bien lourd et un riff, certes simpliste, mais efficace. Le refrain, comme je le disais plus haut, marche bien tout seul mais il est d'autant plus mis en avant par les harmoniques artificielles qui rappellent le style des KNOTS, cette similitude entre les deux groupes s'entend d'autant plus sur les dernières minutes du titre.
Quant à la reprise du célèbre duo, elle vient complètement casser l'ambiance écrasante de cet album, puisque c'est un titre totalement acoustique. Mais heureusement qu'elle est là, car elle offre une pause bien méritée à l'auditeur ainsi qu'un joli moment épique. Les arrangements donnent des frissons et Draiman nous montre qu'encore une fois quand DISTURBED reprend des tubes ça fonctionne toujours, son interprétation et son timbre de voix donnent une autre couleur au "The Sound Of Silence" que l'on connaît tous. Le morceau reste évidemment très mélancolique, mais les violons et autres instruments à cordes qui s'invitent progressivement participent à l'accentuation de ce côté fantastique voire héroïque. Et au final la mélancolie, je la ressens plus vraiment, je vois plutôt la dernière scène d'un film où le héros aurait enfin accompli sa mission et se tiendrait debout, certes un peu amoché mais bien vivant, devant un paysage dans le style de celui du Seigneur des Anneaux.

Si ça ne tenait qu'à moi j'aurais d'ailleurs utilisé ce morceau en guise de conclusion de l'album. J'aurais également viré quelques titres pas vraiment transcendants. Pour ne garder que les six premières pistes (oui je dégage "The Light") en plus des deux morceaux évoqués précédemment. Et aussi viré quelques "whohoho"…
Ce n'est pas pour autant que ce "Immortalized" aurait touché la perfection mais on s'en serait un peu plus rapproché. L'album en soit n'est pas mauvais, il reste nettement moins chiant que "Asylum", mais un peu trop homogène, linéaire et ne proposant pas vraiment de morceaux très inspirés pour pouvoir le qualifier de "bon".

2,5/5 arrondi à 2/5.

A lire aussi en NEO METAL par CHAPOUK :


ETHS
Ankaa (2016)
Bon retour d'ETHS




AQME
Épithète, Dominion, Épitaphe (2012)
L'épitaphe de Koma


Marquez et partagez







 
   CHAPOUK

 
  N/A



- David Draiman (chant, chœurs)
- Dan Donegan (guitare, claviers, chœurs)
- Mike Wengren (batterie, percussions, chœurs)
- John Moyer (basse, chœurs)


1. The Eye Of The Storm
2. Immortalized
3. The Vengeful One
4. Open Your Eyes
5. The Light
6. What Are You Waiting For
7. You're Mine
8. Who
9. Save Our Last Goodbye
10. Fire It Up
11. The Sound Of Silence
12. Never Wrong
13. Who Taught You How To Hate



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod