Recherche avancée       Liste groupes



      
NEO METAL  |  STUDIO

Commentaires (2)
Lexique neo metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Site Officiel (113)
 Facebook (460)

DISTURBED - Indestructible (2008)
Par CANARD WC le 12 Juillet 2008          Consultée 5928 fois

Au début, il était question d’un groupe de Néo comme il en existe tant d’autres, possédant à peu près les caractéristiques de tout le monde. Puis, il y a eu la chronique de BAAZ, un éloge dithyrambique et un 5/5 à peine croyable. Une super note pour un groupe qui jusqu’à présent avait péniblement délivré de bonnes copies.

Me serais-je planté sur ce sympathique combo ?

Puis bon, BAAZ… Voilà quoi, l’un des chroniqueurs de NIME les plus pertinents du monde, une analyse fine et le mot juste. Forcément, ça sème le doute dans mon esprit de canard-thrasheur. D’autant que sur des groupes comme SYSTEM OF A DOWN ou GODSMACK, nous étions totalement en phase. Même avis, même échelle.

Pas possible, j’ai dû me planter sur DISTURBED…

Alors, j’ai tenté et retenté « Ten Thousand Fists Fucking ». Effectivement, c’est un album bien huilé, ça dépote assez, il s’en dégage même une immédiateté assez confondante. On pouvait sans trop tomber dans l’exagération y aller de son 4/5 gorgé d’enthousiasme.

Mais bon. 5/5. Ça fait beaucoup. Interrogé sur la question, l’intéressé répondra au détour d’un breuvage houblonné :

« Cet album fait un bien fou. Une vraie bouffée d’air frais. J’ai conscience qu’il n’est pas parfait, mais j’avoue avoir pris un pied quasi inexplicable avec ».

Le subjectivisme avoué, ça me rassure.

Reste le lecteur. Oui c’est de toi dont on parle, pauvre crétin qui gobe tout ce qu’on écrit. Il fallait bien rétablir la vérité. L’occasion avec ce « Indestructible » de mettre les choses au « point » (*) concernant DISTURBED et arrêter ainsi de semer le trouble dans ton esprit famélique.

Donc, DISTURBED n’est qu’un bon petit groupe de Néo assez accrocheur et pas plus. Le genre de friandise commerciale – trop grasse et trop sucrée – qu’on avale tout rond. Ce nouvel album est conforme à l’emballage. Ni plus, ni moins. Soit de bonnes compos - un rien accrocheur - suivies de cette immédiateté qui agace ou fait adhérer. Tout dépend de vos opinions politiques. Au menu du jour : du gros riff arrêté, bien convenu, un rythme enlevé, quelques discrets arrangements et un chant clair rageur (assez réussi). Rien de nouveau sous le soleil. On connaît la chanson.

Donc, « Indestructible », n’exagérons rien. Je dirais « solide », mais guère plus.

A l’heure où le Néo fleure gentiment la putréfaction et pendant que ses représentants imminents tentent des sorties à droite ou à gauche (cf. KORN), DISTURBED – droit comme un « i » dans sa paire de Van’s- continue à faire du Néo sonnant et trébuchant, sans ciller ni douter. La main sur le cœur. C’est touchant.

On en serait presque étonné de réentendre « ça ». Tous ces gimmicks, mis bout à bout, nous rafraichissent la mémoire sur ce que le genre a à nous proposer. De ce fait, sortir un album aussi conforme à ce style en perdition témoigne d’un certain courage, d’une audace et d’une conviction qui transpire de naïveté. En ce sens, le titre de l’album en devient assez anachronique.

DISTURBED ne pouvait pas se mettre plus en difficulté, ni exposer autant les limites de leur musique qu’avec un tel album à l’heure d’aujourd’hui. On ne tente aucune variation. Zéro évolution et aucune tricherie possible. Le groupe fait du Metal : on met en avant ses grattes (avec même des soli à l’ancienne !!!), big tempo et une pointe d’agressivité. Opération non-séduction : une recette sans fioriture pour un « vrai » Metal rebelle et sauvage. Une vision du Néo exposée ici dans le plus simple appareil, limite si on distingue les deux ou trois arrangements et quelques samples sur le dernier morceau, histoire de.

J’aurais aimé saluer cette « intégrité » car elle mérite un traitement de faveur. Voire même un léger emballement. Le problème est qu’en chemin, DISTURBED a oublié un élément (primordial à mes yeux) : la mélodie. Et en matière de Néo Metal, autant dire que c’est pas rien. Les compos sont bien accrocheuses, on a même quelques refrains intéressants et des lignes de chant assez astucieuses. Mais il manque un riff génial, une mélodie entêtante – voire un vrai « tube ». L’album en devient difficilement homogène, trop massif. Il s’écoute en continu, sans qu’on relève la tête, sans pouvoir s’accrocher vraiment aux branches.

Typiquement le genre d’écueil qui permet de distinguer le bon artisanat du talent le plus pur.


Note : 3/5

Morceau préféré du Canard : Inside the Fire


* : ou « fist », si tu préfères.

A lire aussi en NEO METAL par CANARD WC :


TOOL
Aenima (1996)
Je vous souhaite, TOOL, le bonheur du monde !

(+ 1 kro-express)



VIZA
Aria (2014)
Si SOAD vous manque autant qu'à moi...


Marquez et partagez




 
   CANARD WC

 
  N/A



- David Draiman (chant)
- Dan Donegan (guitare)
- John Moyer (basse)
- Mike Wengren (batterie)


1. Indestructible
2. Inside The Fire
3. Deceiver
4. The Night
5. Perfect Insanity
6. Haunted
7. Enough
8. The Curse
9. Torn
10. Criminal
11. Divide
12. Façade



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod