Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH METAL  |  STUDIO

Commentaires (4)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Burden Of Grief
- Membre : Destruction
- Style + Membre : Insidious Disease

MORGOTH - Ungod (2015)
Par MEFISTO le 25 Avril 2015          Consultée 1643 fois

Près de vingt ans après avoir insulté le monde du Death avec un ovni puant que l'on conspue encore ("Feel Sorry For The Fanatic"), les Allemands de MORGOTH remettent le couvert. Surprise pour les uns, gros soupir gonflé de peur des autres.

Harald Busse et Sebastian Swart, membres fondateurs du groupe, sont de retour avec trois nouveaux aides de camp, dont le chanteur Karsten Jäger (DISBELIEF), dont le timbre ressemble à s'y méprendre à celui du hurleur d'origine, Marc Grewe, qui lui, pouvait servir de doubleur à Chuck Schuldiner. C'est vous dire à quel point on patauge dans le Death de la première vague… Je croirais entendre du Death époque "Leprosy" sur "Ungod", malgré ses expirations modernes.

Effectivement, "Ungod" jouit d'un emballage on ne peut plus contemporain, avec cette production gigantesque (pour du Death). Vous aurez aussi reconnu la patte dans l'artwork de Spiros Antoniou, très occupé designer et musicien de SEPTIC FLESH.

Ainsi, au premier coup d'œil et surtout, à la première décharge auditive, MORGOTH a tout pour charmer. Surtout les fans de la première heure, qui retrouvent ici le groove séditieux, les riffs rondelets et j'oserais dire moelleux, des deux premiers albums (et pas du troisième qui, coïncidence, a sonné le glas chez MORGOTH).

Les « influences » de "Feel Sorry For The Fanatic" ne se retrouvent pas sur "Ungod", sinon en quantité microscopique. Ces bidouillages sortant de nulle part qui venaient déranger et trancher avec la formule Death classique, MORGOTH les a expérimentés il y a 20 ans sans y demeurer accroché. Pas besoin d'un autre scandaleux échec des Allemands pour qu'on les enferme en jetant la clé.

Je vous rassure donc, MORGOTH séduit suffisamment en cette bonne vieille année 2015 pour qu'on se repasse ce disque en boucle. On a droit à un disque classique, bien équilibré, interprété solidement et mixé à la perfection. Si je devais résumer bêtement, je dirais efficacité 100%, originalité 10%. Tout le monde serait content et rentrerait chez lui heureux de son fix après le concert.

Et… c'est exactement ce que vous ressentirez après "Ungod" : le feeling de ne pas vous être fait embobiner, sans papillonner vers les cieux. Il y a sur cette galette des moments d'une intensité folle (podium) qui donnent envie de tout casser, alors que le reste est syndicalement acceptable. Headbang et grimaces menaçantes garanties ou argent remis. MORGOTH envoie du bois charcuté comme des dards pour transpercer de ses riffs obèses s'épandant dans une atmosphère juste assez poisseuse pour lier les deux époques dans lesquelles il aura officié. Et c'est bien là la qualité première du skeud : ne pas sonner trop neuf et ainsi renier ses racines. Le bluff est assez puissant pour qu'on l'accepte sans rechigner.

MORGOTH y est allé simplement avec ses atouts premiers, n'a pas tenté de réinventer le Death et putain de merde, "Ungod" remplit les promesses de ce comeback. Pas de prise de tête, pas de coups foireux, les Allemands ont joué intelligemment leurs cartes pour offrir, qui sait, un maigre testament qui leur permettra peut-être de rester gravés dans un recoin de notre mémoire… un jour.

Note ; 3,5/5.

Podium : (or) "Ungod", (argent) "Nemesis", (bronze) "Prison In Flesh".

*La version longue comprend les bonis "Die As Deceiver", paru l'an dernier sur le E.P "God Is Evil", et une reprise de FISCHER-Z, "Battalions Of Strangers".

A lire aussi en DEATH METAL par MEFISTO :


OUROBOROS
Emanations (2015)
Quand une subvention se transforme en or




TREPALIUM
Xiii (2009)
Les clowns français sont tristes... et fâchés !


Marquez et partagez







 
   MEFISTO

 
   DARK BEAGLE

 
   (2 chroniques)



- Karsten 'jagger' Jäger (chant)
- Sebastian Swart (guitare)
- Harald 'harry' Busse (guitare)
- Markus 'marc Reign' 'abyss' Reincke (batterie)
- Sotirios 'soti' Kelekidis (basse)


1. House Of Blood
2. Voice Of Slumber
3. Snakestate
4. Black Enemy
5. Descent Into Hell
6. Ungod
7. Nemesis
8. God Is Evil
9. Traitor
10. Prison In Flesh
11. The Dark Sleep



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod