Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH/THRASH  |  STUDIO

Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Cancer

MASTER - Let's Start A War (2002)
Par DARK MORUE le 5 Décembre 2014          Consultée 1032 fois

MASTER passe aux années 2000, comme tout le monde. Le bon groupe fondateur à la traîne, avec toujours son succès d'estime mais désintéressant de plus en plus le public. Après un joli petit EP de bonne facture mais que j'ai totalement la flemme de chroniquer sorti en 2001 et répondant au doux nom de "Follow Your Savior", voilà que Speckmann se change un peu les idées. Ayant intégré les cultes Tchèques de KRABATHOR (aller boum encore une discographie à foutre sur NIME, oui oui je m'en occuperai...), notre barbu déménage finalement en Tchéquie pour mieux y faire de la basse. Ptêt un peu pour la pinte à 1 euro aussi.
Toujours est-il que bon, c'est bien mignon mais fallait pas oublier son projet principal, qui peut au final très bien s'exprimer hors de Chicago (ouais ouais je dis "au final" comme ça je fais rager des gens mouahaha). Et donc en 2002 paraît ce "Let's Start A War" et ses douze millions de pochettes différentes selon les éditions mais toutes incroyablement laides avec systématiquement un Speckmann qui nous impose sa tronche pour dénoncer la guerre mais avec un rendu tout pourri. Et pour tenir la guitare et les baguettes, fallait recruter du monde vu que les deux autre acolytes sont restés aux US. Du coup on tape dans le line-up de KRABATHOR, on leur donne des pseudos de présidents américains (Truman et Reagan, bah oui) et c'est réglé. Voilà.

Du coup, dans la catégorie "les albums intermédiaires de MASTER dont on se bat les flancs", cette cuvée là s'en sort pas trop mal. Genre c'est bien bien moins nul que l'opus précédent, plus frontal et brutal, genre ça va quoi. La production est pour une fois carrément acceptable, naturelle et ronde, chaude, pour un résultat carré ne sonnant pas aussi amateur que les sorties récentes, m'bref on est en face d'un bon petit opus qui s'écoute tout seul. Enfin en partie.
Pour cette fois on revient à un truc vraiment Death Metal, les écarts groovy et Rock'N'Roll sont un peu mis de côté (malgré une présence majoritaire en début d'album) pour un rendu plus frontal, direct et bien enrichi à la double. Notre Paul s'en donne à cœur joie, toujours sa voix bien glaireuse et crachée comme il peut, et ce sur des compos... Bien inégales.
Comprendre par ici : "Let's Start A War" défonce convenablement jusqu'à "Protege" et après il ne s'y passe strictement plus rien du tout. On met le paquet en début d'album pour maintenir l'illusion le plus longtemps possible, et puis remplissage pour atteindre péniblement les 40 min alors que c'était vraiment pas du tout la peine.

Donc on attaque avec une bien groovy et énergique "Cast One Vote" qui nous remet ce feeling Rock dans la gueule, on part dans un psychédélisme assez étrange sur une "American Freedom" étonnamment réussie, et ça bourre et c'est bien. Et vas-y que "Dictators" tabasse, le titre éponyme remplit son œuvre, voilà voilà c'est décomplexé et ça se fait plaisir. On a donc une première vingtaine de minutes carrément sympatoche et sans fautes de goûts, avec une thématique forte (les Américains c'des méchants, la guerre c'est super mal toussa toussa... original quoi, et bien erroné, parce que désolé mais la guerre c'est cool, sans elle on aurait jamais eu BOLT THROWER). Et puis tout d'un coup "Every Dog Has Its Day" débarque et à partir de là c'est le néant, ça riffe mal et dans le vide, et il ne se passe strictement plus rien. Cinq compos s’enchaînent, notre cerveau est ailleurs, on en écoute pas une seule note et c'est finit tellement MASTER se fait insipide. Et voilà le constat de l'album, tout ce qu'on peut dire dessus, on en a fait le tour c'est bouclé. Au moins ça fera pas une chronique trop longue pour une fois.

Speckmann en Europe de l'Est, premier volume. Eh bah au bilan, ça va. Enfin, je veux dire, pour un album qui sert à rien et dont tout le monde se branle, on a vu pire. Rien d'immortel, rien qu'on aura envie de ressortir plutôt qu'autre chose à un moment, mais ça s'écoute sans faire la grimace. Et puis désolé mais "Dictators" et "American Freedom" restent des morceaux franchement bien à écouter avec nos oreilles alors ça vaut bien un coup de pouce. C'est à dire pas un 1/5 quoi.
Aller Popol, on est sûr que tu peux quand même faire mieux. Un petit effort. Tape plus fort, compose mieux, groove davantage, quelque chose. Mets-y vraiment du tien quoi. On retrouve notre superbe au prochain, hein, tu le promets ?

Miaouss : Un album sympa au début, inutile passé la première moitié, donc pas dégueu à écouter mais bon... On s'en fout quoi.

A lire aussi en DEATH METAL par DARK MORUE :


UNFATHOMABLE RUINATION
Misshapen Congenital Entropy (2012)
Allez, hop, tous à vos tops 2012, exécution !




DEEDS OF FLESH
Mark Of The Legion (2001)
Montrer la voie.


Marquez et partagez




 
   DARK MORUE

 
  N/A



- Paul Speckmann (chant, basse)
- Per Krystof (guitare)
- Libor Lebanek (batterie)


1. Cast One Vote
2. American Freedom
3. Miss Misery
4. Dictators
5. Let's Start A War
6. Protege
7. Every Dog Has Its Day
8. Command Your Fate
9. Purchase A New Handgun
10. Watch What You Wish For
11. Disturbed



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod