Recherche avancée       Liste groupes



      
METAL PROG  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2011 1 Bilateral
2013 Coal
2015 The Congregation
2017 Malina
 

2017 Malina
 

- Style : Constantine [cØnstantine]
 

 Myspace (305)

LEPROUS - Coal (2013)
Par MEFISTO le 27 Octobre 2014          Consultée 2707 fois

Sans déconner, est-il encore besoin de se demander pourquoi Ihsahn a pris ce groupe sous son aile ? LEPROUS, de jeunes loups satinés qui n'ont pas peur de déboulonner inlassablement vos certitudes et vos vertèbres à l'occasion. "Coal" putain, "Coal"... J'ai tellement écouté cet album à sa sortie que j'en ai creusé des sillons dans le disque... Après un "Bilateral" aussi hallucinant, on était en droit de s'attendre à quelque chose d'encore plus fou.

Premier constat : tout, autant dans la forme que le fond, est différent sur ce disque. Tout est moins dingue, moins disparate. Est-ce de mauvais augure ? Nan, évidemment pas.

La pochette d'abord, noire et blanche, à des lieues du clinquant "Bilateral", nous projette dans un autre univers. On pense logiquement à une mine de charbon, mais on sait que LEPROUS est pas du genre à descendre à des centaines de pieds sous terre, alors on misera sur les métaphores pour s'égarer dans leur labyrinthe. Et comme tout groupe génial, les Norvégiens auront réussi à se coller parfaitement à ce look ébène, ce style épuré, tels ces diamants étincelants près de la star de cette pochette : le crâne, qui évoque tant de choses... À l'écoute de ce "Coal", on fera connaissance avec lui, avec ces diamants, avec une multitude de sentiments plus près du cœur que sur "Bilateral", des sentiments intenses et obsédants.

"Coal" est un album qui hante et qui ne vous lâche pas facilement. Si on entre dedans sérieusement, on est emprisonné par tous ces fils que tissent ces jeunes artistes surdoués, on perd nos repères tant les attaques sont profondes et délicates, comme un rasoir qui trancherait un linceul. LEPROUS est fin et malabar à la fois, en contrôle constant, magnifique drapé de noir et blanc, somptueux même. "Coal" est un album pour adulte, c'est sûr, les gros durs à la cervelle étroite risquent de s'y échouer au terme de la plus rude des dérives.

Seule ombre au tableau de ce festin : les exagérations/répétitions au niveau du chant. Les fans du groupe savent que Einar Solberg a une voix étonnante et puissante, mais il n'a pas besoin d'essayer de voler la vedette en faisant ses vocalises pendant de longues minutes. Je pense bien sûr à des passages de "Foe", "Chronic", "Echo" et "The Valley". Je trouve cela un peu excessif et ça m'a dérangé dès la première écoute !

Autrement, cet album est une véritable tuerie qui aurait mérité sans hésiter une sélection l'an dernier. Bordel de merde, comment ne pas tomber à genoux durant les deux dernières minutes de "The Cloak" ou l'inquiétante mais lumineuse pièce-titre, comment ne pas flancher sous les voix tournoyantes de "Echo" ou les lacérations infligées par la ténébreuse "Contaminate Me", sur laquelle LEPROUS sort un lapin de son chapeau. Nul autre que le maître lui-même, Ihsahn ! Bon, il avait chanté plus tôt sur le skeud, mais pas à ce point ! Quel morceau d'anthologie, quelle violence, ou serait-ce de la souffrance...?

Mais la véritable étoile de ce troisième album de LEPROUS n'est pas un artiste ni une compo ni même la musique. C'est plutôt le caractère ultra personnel, le climat très intime de l'ensemble, qui ressortent de chaque pore de cette production au poil. Quand on a digéré l'œuvre sous toutes ses saveurs, on comprend mieux la pochette, sa simplicité et sa complexité simultanées. On comprend que LEPROUS est capable, oui, de se lancer parfois dans les murs, mais aussi et surtout d'offrir des créations plus maîtrisées, matures et alambiquées, autant émotivement que musicalement. C'est là la marque d'un grand groupe en devenir, si ce n'est une précoce preuve de leur talent infini.

Non vraiment, est-il encore besoin de se demander pourquoi Ihsahn a pris ce groupe sous son aile ? Bordel, LEPROUS est la future star du Metal Prog, avant-gardiste, moderne, appelez ça comme vous voulez ! Et "Coal", frère noir et possédé de "Bilateral", saura leur ouvrir les portes du Valhala plus rapidement que bien d'autres combos ne possédant par leur divinité.

Note : 4,5/5.

Podium : (or) "Contaminate Me", (argent) "Chronic", (bronze) "The Cloak".

A lire aussi en METAL PROG par MEFISTO :


Arjen Anthony Lucassen's STAR ONE
Victims Of The Modern Age (2010)
Lucassen remet ça et s'amuse comme un gosse !

(+ 1 kro-express)



BETWEEN THE BURIED AND ME
Automata Ii (2018)
Très bon contenu dans le mauvais écrin


Marquez et partagez







 
   MEFISTO

 
  N/A



- Einar Solberg (chant, synthé)
- Tor Oddmund Suhrke (guitare)
- Øystein Landsverk (guitare)
- Rein T. Blomquist (basse)
- Tobias Ørnes Andersen (batterie)


1. Foe
2. Chronic
3. Coal
4. The Cloak
5. The Valley
6. Salt
7. Echo
8. Contaminate Me



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod