Recherche avancée       Liste groupes



      
BRUTAL DEATH/GRIND  |  STUDIO

Commentaires (2)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Aborted
- Membre : Hellfest Open Air Edition, Abbath, Destinity, Necrophagist
 

 Myspace Officiel Du Groupe (667)
 Facebook (599)
 Twitter (801)
 Bandcamp (642)

BENIGHTED - Carnivore Sublime (2014)
Par DARK MORUE le 22 Mars 2014          Consultée 4837 fois

Cette chronique, c'est limite si elle était pas déjà écrite avant même que j'écoute l'album. Les premiers extraits qui tombent et qui détruisent tout, malgré la pochette d'un goût assez douteux et juste bonne à faire perdre son partenariat avec Google (d'ailleurs ça leur a valu le bannissement de leur page Facebook, donc foncez sur la nouvelle si c'est pas déjà fait), enfin voilà, on sait à quoi s'attendre. Du BENIGHTED pur jus. Genre vraiment, encore plus que les albums précédents qui étaient déjà du vrai BENIGHTED pur jus. C'est Brutal, ça atomise la gueule, c'est Grind, c'est Death, c'est cochonnoux et pour la première fois depuis un petit moment ("Identisick" quoi) l'album ne faiblit pas en fin de course.
Et voilà. C'est dans ce genre de situations qu'on envie les chroniqueurs anglophones. Sérieusement. Comment ça doit tellement simplifier la vie. Non franchement, z'êtes pas d'accord avec moi ? Une chronique de Brutal Death sur n'importe quel webzine anglais, c'est juste une combinaison linéaire aléatoire des mots "sick" et "brutal". Tellement plus facile de se simplifier la vie comme ça. Aller, je vais tricher un bon coup et je deviens donc Américain pendant l'espace d'un paragraphe.

SUPREME RISING BRUTALITY REIGN WEBZINE

Review of BENIGHTED's "Carnivore Sublime"

- Holy shit, I thought that "Asylum Cave" was a freaking Brutal sick record, but this is way fucking more brutal and sick. "Carnivore Sublime" is just pure relentless blasting brutality of brutal way, sick Death Metal fucking Brutal sick, with brutal vocals. The first track really brutally rocks of brutality, and then the second is still Brutal and fucking sick, in the vein of sick brutal bands like BRUTALITY and SICKNESS and even SICK BRUTAL BRUTALITY OF THE SICKNESS. Every track is just fucking brutal mind-rape filled with non-stop brutal blast beats and sick vocals, brutal riffs and even a sick guest by SHINING's Kvarforth on "Spit", men, what a sick track! Fucking brutal, yeah!
My favorite track is the most brutal, the atonishing and sick "Collection Of Dead Portraits" with his sick chorus and amazingly brutal ending. To conclude, "Carnivore Sublime" may be the most Brutal album by the sick guys of BENIGHTED, and it is even better, considering the band is talking about Mental Sickness. FUCKING BRUTAL DUDES!"


Rating : Brutal/20

-BrutalDave666

... Bon, par contre pour le coup, j'ai beau charrier mais il a pas totalement tort notre Dave. Parce que "Carnivore Sublime" est VRAIMENT l'album le plus Brutal de BENIGHTED. Et c'était pas gagné quand on voit les autres, mais alors là pour le coup ça bourre sèchement. Le titre introductif d'une minute et demie de folie furieuse annonce la couleur : on va prendre cher, et pas qu'un peu, et direct ça enchaîne sur une "Noise" de malade qui regroupe tout, entre riffs mortels, violence et groove assassin. Et autant ne pas y aller par quatre chemins : "Carnivore Sublime" est le meilleur album du combo depuis "Identisick" car identique en qualité aux meilleurs moments des deux précédents, mais sans aucune baisse de niveau sur toute la durée de l'album. Alors certes, on a des sommets avec des morceaux encore meilleurs que d'autres, mais globalement pas la peine de voir midi à douze heures : tout le groupe est au Top et s'est donné à fond, et les critiques dithyrambiques qu'on voit partout sont justifiées. Kevin Foley livre une performance de malade mental tellement se faire latter la gueule aussi gratuitement est jouissif, et notre Julien est toujours aussi déchaîné en alternant toutes les cochonnailles imaginables avec ses hurlements de fou furieux et growls des cavernes. Et il est également quelque peu épaulé par Adrien, nouveau guitariste du groupe ayant déjà poussé la chansonnette chez F STAND FOR FUCK YOU. Les quelques interventions assez typées Hardcore du bonhomme sont relativement ponctuelles mais toujours pertinentes et transforment des morceaux comme "Experience Your Flesh" ou "Collection Of Dead Portraits" en véritable hits en nous foutant leur refrain dans le crâne et en l'enfonçant un bon coup.

Je parlais de BENIGHTED pur jus, et on est bien servi. Tous les aspects qu'on aime chez nos Français sont là. Une violence exacerbée mais avant tout basée sur un groove du tonnerre (un petit peu moins que par le passé à cause d'une production plus claire, mais toujours bien présent). Merde quoi. Bouffez-vous des trucs comme "Jekyll" et on en reparle. Ou alors ce titre éponyme qui défonce sur toute la longueur et contient un passage plus atmosphérique sonnant presque tribal et surprenant comme il faut. D'ailleurs pour noter un autre moment incongru, on peut noter la présence de Kvarforth à la fin de "Spit" qui donne une coloration quelque peu différente par sa voix totalement névrosée. Pas forcément ultra pertinent, ce même guest aurait pu être mieux utilisé, mais ça s'imbrique bien dans le concept global de l'album (que je vais choisir de censurer parce qu'on est sur NIME et pas sur rotten.com - oui c'est quasi du même niveau). Quitte à foutre des guests, autant qu'ils soient efficaces, comme le tout dernier titre voyant se livrer un beau battle vocal entre Julien et le vocaliste de CARNAL DECAY.

Donc voilà, "Carnivore Sublime" dégomme tout mais nous envoie tellement du 100% BENIGHTED que c'en est rageant pour tout chroniqueur qui aura tout de suite l'impression de tourner en rond tant tout a déjà été dit 4 fois auparavant. On le sait que cet album défonce, qu'il est brutal, que ses riffs démontent et que ça groove ta race en se vautrant dans le cochonnoux qu'on aime quand on est un beauf. Et en plus, l'édition limitée vaut le coup. Bon, certes, la reprise d'ABORTED est assez inutile car n'apportant pas grand chose à l'originale qui n'a franchement pas besoin d'un remake. Par contre, du RAMMSTEIN repris et intégralement massacré en un véritable tube, ça vaut le coup. Complètement méconnaissable, tout le monde se doit d'écouter cette reprise une fois dans sa vie, tout comme celle de MACHINE HEAD à suivre...

Trêve de parlote, tout a déjà été dit. Le BENIGHTED cuvée 2014 est très précisément la tuerie qu'on attendait et qu'on exigeait d'un groupe d'une telle ampleur. Tout ce qu'on voulait y trouver répond présent, et on se fait dévisser la tête de toute les manières possibles, et c'est ça qu'est bon. D'une efficacité à en faire pâlir l'intégralité des autres formations de la terre, d'une violence chirurgicale avec un sens du riff monstrueux, des vocaux bluffants et un niveau de jeu à décoiffer un chauve, du coup on est pas surpris, on est en terrain connu, on se l'envoie en boucle dans la tronche autant de fois qu'on le peut et on se dit que la scène française, c'est quand même pas rien au final. Et que le succès rencontré mérite parfaitement de prendre une telle ampleur. UIIIIIIIIIK !

Pinard : Exactement l'album de fou furieux qu'on avait anticipé. La claque, et d'ores et déjà l'un des albums les plus jouissifs de 2014.

A lire aussi en DEATH METAL par DARK MORUE :


SKINLESS
Foreshadowing Our Demise (2001)
Ramasse tes dents et coupe-toi avec.




GUTTURAL SECRETE
Reek Of Pubescent Despoilment (2006)
L'album ultime du genre en sa décennie


Marquez et partagez




 
   DARK MORUE

 
  N/A



- Julien Truchan (chant)
- Olivier Gabriel (guitare)
- Adrien Guérin (guitare)
- Eric Lombard (basse)
- Kevin Foley (batterie)


1. X2y
2. Noise
3. Experience Your Flesh
4. Slaughter / Suicide
5. Spit
6. Defiled Purity
7. Jekyll
8. Collection Of Dead Portraits
9. Carnivore Sublime
10. Les Morsures Du Cerbère
11. June And The Laconic Solstice



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod