Recherche avancée       Liste groupes



      
DEATH SUÉDOIS  |  STUDIO

Commentaires (4)
Lexique death metal
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Dismember, Entombed
 

 Chaine Youtube (43)

SMOTHERED - The Inevitable End (2013)
Par DARK MORUE le 27 Janvier 2014          Consultée 4128 fois

Vous connaissez InfidelAmsterdam ?
Cet espèce de gros barbu qui pourrait chanter dans AMON AMARTH et qui se présente un peu comme le patron du Death Metal de ces dernières années. Genre la référence, le mec qui gère le business et la communication via sa chaine Youtube dont je n'arrive même pas à regarder les vidéos tellement ce gars me laisse au final totalement indifférent, mais qui a réussi à créer une sacrée communauté. Et en matière de goûts musicaux, on peut lui faire confiance.
Aussi, quand ce dernier sort une vidéo Top Albums 2013, je vais voir tout de suite ce qu'on a en commun. Et là, en première position, il parle de SMOTHERED, un truc dont je n'ai strictement jamais entendu parler, et pour cause la bête est sortie in extremis mi décembre 2013. Et apparemment c'est du Death Suédois.
Qu'à cela ne tienne, je vais écouter un morceau sur YouTube, apprécie pas mal, et choisit de commander le machin. Faut supporter ce genre de petits groupes quoi, quand même, ils ont l'air de le mériter.
Une semaine plus tard je reçois l'album et l'écoute six fois consécutives sans interruption. Et dès les premières pistes je sais déjà quelle sera ma prochaine Sélection du Site sur NIME. C'est aussi simple que ça.

Des fois dans le cadre d'albums complexes et finement composés, la grosse claque dans la gueule met un moment à arriver et demande une décantation relativement longue afin d'apprécier toutes les subtilités des compositions. Avec SMOTHERED, c'est pas compliqué c'est l'inverse, dés les premières secondes on se prend pour Ash de EVIL DEAD et on fonce tout droit dans une armée de zombies commandés par Yog-Sothoth la tronçonneuse à la main. Souvent je parle d’efficacité quand le Death Old School est mentionné, la simplicité apparente de la musique nécessitant que celle-ci soit immédiate et facilement mémorisable pour la faire fonctionner à plein régime. Ben là c'est pas compliqué, depuis le "Resurrection Through Carnage" de BLOODBATH je n'avais pas vu un album aussi plein à raz bord de tubes, tous totalement mémorables à la première écoute et façonnés dans l'énergie la plus brute elle-même. Et pourtant j'en bouffe des albums du genre. Mais même "The Tomb Await" de ENTRAILS et le dernier SORCERY font pâle figure aux côtés de "The Inevitable End" niveau accroche instantanée. Tout y respire la perfection même, l'album dont je rêve chaque soir. Putain, je suis tellement heureux que cet album existe qu'en l'écoutant là maintenant j'ai juste envie d'arrêter d'écrire cette chronique pour faire tournoyer mes cheveux en hurlant. Vraiment.

Rien que cette introduction si simple mais si efficace. Une incantation bien connue, un hurlement bestial, et des gros riffs. Puis ça enchaîne sur une première piste débridée qui cogne dans tous les sens et laisse sur le cul. Les 3 min de "Dead But Dreaming" n'en finissent plus de rouer de coups et dévoilent certains gros atouts du combo : une production aux petits oignons concoctée par le leader de DEMONICAL, qui tranche comme on l'aime, et le growl terrifiant d'Eriksson qui se pose en sosie vocal de Dan Swanö. Rien que ça. Et la suite de l'album n'est pas en reste. Pire : après avoir pris une méchante claque sur ce titre d'ouverture, on se rend compte que c'est au final le morceau le plus faiblard de l'album, ne servant en réalité que d'apéritif.
Parce que quand "Sovereign" déboule, c'est un tout autre niveau. Versant cette fois dans le mid-tempo fédérateur, ce morceau est un hymne au headbang avec un riff façon ENTOMBED qui revient sans cesse et casse tout sur son passage. Et c'est là que nos SMOTHERED nous démontrent leur facilité déconcertante à créer des hymnes. Tout comme par exemple "Phlegeton" qui aurait sa place sur le "Death Metal" de DISMEMBER ou le hit en puissance "Green River Anthem" qui tutoie les cieux avec son refrain simple mais inoubliable.

Certes les riffs défoncent tout, mais l'accroche est immédiate également par des lignes de chant-clés. Dès quelques écoutes vous vous surprendrez à hurler des "I am many, we are legion, I AM SOVEREIGN !", marteler "GREEN ! RIVER ! ANTHEEEEEM !" et enchaîner les "Kill! Kill! Kill!" de "No One Left To Kill". En 8 titres, nous avons autant de morceaux éternels faits du Death Metal le plus pur. Le tout baigné dans une ambiance quelque peu Lovecraftienne et surtout incendiaire, ne montrant aucune pause ni baisse de régime.
Et BOUM qu'on se mange la furieuse de chez furieuse "Re-Animated" dans les dents et son démarrage totalement Thrash, qu'on termine par un titre éponyme qui fout à genoux... Constamment rehaussé de séquences blastées bien placées et jamais abusives, affichant donc un très haut niveau de brutalité et d'énergie sans jamais trahir le leitmotiv numéro 1, à savoir composer une succession de putains de morceaux qui cassent la baraque. Il est rare qu'il m'arrive à ce point de rester scotché par un album de la première à la dernière seconde. Mais quand on a de telles petites surprises dans tous les coins, comme cette lead épique à en foncer tête baissée contre le premier moulin sur une "Madness Takes Me" qui fout des frissons à chaque fois (rien que cette intro et ses leads illuminées et la reprise sur gros blast comme on en a partout), on tente même plus de résister.

SMOTHERED ont juste trouvé la formule gagnante. C'est à dire emboîter des riffs simples, hérités principalement de ENTOMBED et quelques touches de DISMEMBER, au sein de compositions redoutables et taillées non seulement pour la scène mais surtout pour se frayer un chemin direct jusqu'au plus profond de notre cortex en un temps record. Et ce tout en diversifiant au maximum le propos tout en ne proposant aucun gros morceau Doomesque cassant le rythme (ou apportant de la variété, dépend des points de vue). Ici, tous les titres foncent plus ou moins dans le tas (le coup de poing dans la tronche "Sovereign" étant le plus lent de tous, c'est dire), tous sans exceptions disposent de leurs accélérations mortelles soit en poum-tchak Thrashy jouissif soit en gros blast qui détruit la face, mais on se repose avant tout sur des riffs. Des gros éclatages de nuque écrasants (la fin cataclysmqiue de "Re-Animated"), tout y est, absolument tout. Et c'est ce qui fait toute la force et la perfection apparente de l'opus. Rien n'est laissé au hasard, l'unique but est de faire assimiler ça au plus vite pour scotcher d'office via des passages marquants à foison et des lignes de chant qui soulèvent le cœur, et par la suite on diversifie suffisamment l'opus pour qu'à la 20ème écoute en une semaine la lassitude n'apparaisse toujours pas. Franchement, que demander de mieux ?

Alors oui, je me laisse aller à la note ultime. Parce que cet album, c'est celui que je cherche, celui que je veux. C'est la synthèse de ce à quoi ressemble le Death Suédois quand il est parfait à mes yeux. Et il rejoint le panthéon des albums éternels dont je connais le moindre titre sur le bout des doigts. Si vous pensez qu'en 2013 on ne produit plus de "Death Metal", de "Clandestine" ou de "Resurrection Through Carnage", détrompez-vous, nous avons un merveilleux candidat ici.
Sur ce je vous laisse, le simple fait d'écrire une chronique éloigne mon esprit de "The Inevitable End" et je l'ai pas encore saigné, du coup j'y retourne. Ciao !

Chainsaw : l'album serait sorti il y a 25 ans, il aurait été considéré comme l'un des meilleurs albums de Death Suédois de tous les temps. Rattrapons le temps perdu.

A lire aussi en DEATH METAL par DARK MORUE :


AD PATRES
Scorn Aesthetics (2012)
La relève




TOMBTHROAT
Eden Apocalypse (2012)
Toute la scène death actuelle en un album. Claque.


Marquez et partagez






 
   DARK MORUE

 
  N/A



- S. Eriksson (chant, guitare)
- M. Norman (guitare)
- T. Arvidsson (basse)
- V. Eklund (batterie)


1. The Ritual
2. Dead But Dreaming
3. Sovereign
4. Re-animated
5. No One Left To Kill
6. The Crawling Chaos
7. Phlegethon
8. Madness Take Me
9. Green River Anthem
10. The Inevitable End



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod