Recherche avancée       Liste groupes



      
POWER SYMPHONIQUE  |  STUDIO

Commentaires (2)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Rhapsody, Thy Majestie, Secret Sphere
- Membre : Hamka, Kamelot

DARK MOOR - Ars Musica (2013)
Par MEFISTO le 12 Février 2014          Consultée 3112 fois

Ah, DARK MOOR...

Découvert sur NIME, le groupe espagnol m'a séduit dès la première écoute de son album éponyme. La pièce "Dark Moor", sorte de conte de fée pour adulte, m'avait jeté par terre par son univers ahurissant. Je tenais là une échappatoire aux tourments de la vie réelle, celle qui peine à stimuler notre imagination. DARK MOOR, en compagnie de quelques autres combos de Power Sympho tels que FAIRYLAND ou RHAPSODY, agissaient sur moi comme un baume, un film kidnappant mon être jusqu'aux confins de l'horizon.

Et les années passèrent... Je découvris d'autres groupes et DARK MOOR poursuivit son avancée, sortant des albums de grande qualité comme "Tarot" ou "Autumnal", pondant des pièces de génie comme le morceau-titre de "Beyond The Sea" et son refrain gravé à jamais dans ma tronche malade. Les Spaniards sont maintenant une valeur sûre sur le marché, chacun de leurs joyaux resplendit des mêmes feux, à quelques différences près. Quand on voit DARK MOOR imprimé sur une pochette, on peut s'attendre à un truc bien.

"Ars Musica", sorti trois ans après "Ancestral Romance" (qui lui avait vu le jour un an seulement après "Autumnal" !), envoie la sauce sur le même canevas. Des tubes accrocheurs, des refrains ravageurs, des orchestrations et chœurs aguichants, une production parfaite, une balade, bref, un digne galet de Power Sympho. Un autre pour DARK MOOR, qui pourrait souffrir d'un manque d'inspiration, mais non. Son imagination, comme la mienne quand j'écoute son talent, ne fait que marcher droit, le menton bien haut.

Je ne parlerai pas de progression par contre, les Espagnols ont depuis longtemps atteint leur apex virtuel et ce n'est pas tant pour déplaire aux fans. Entendez ici une promesse renouvelée de succès avec les ingrédients mentionnés ci-haut. Ah, et ajoutez-y une des plus jolies voix du genre, celle d'Alfred Romero, un barde de haute volée, un Zorro des cordes vocales qui fait mouche à tous les coups ! Ceci étant dit, et c'est probablement là le nœud de toute l'affaire, plusieurs reprocheront au quatuor cet "immobilisme" et les puniront sauvagement, oubliant de noter la musique au profit d'une critique stérile du processus créatif. Je n'irai pas jusque là, le monde de DARK MOOR me plaît toujours comme il se déroule.

Les compos de "Ars Musica" ont été pour la plupart inspirées de la culture espagnole, de légendes et d'artistes marquants. On ne doit donc pas y voir un concept quelconque, contrairement à quelques-uns de leurs huit méfaits précédents. Je retiendrai avant tout la magnifique ode à la liberté "This Is My Way" (médaille d'or pour moi), la mélodramatique "El Último Rey" et les cavalcades classiques à la DARK MOOR "First Lance Of Spain", "The Road Again" et "Living In A Nightmare" et le superbe refrain de "St. James Way". L'album se termine sur une instrumentale sur laquelle se défoule Enrik Garcia, maître à penser de DARK MOOR et créateur de ces si beaux airs qui nous hantent depuis quinze ans déjà.

Il règne sur "Ars Musica" une belle énergie, comme d'habitude, où on retrouve cette bonne vieille nostalgie propre au groupe, mais peut-être pas autant que par le passé. DARK MOOR n'est plus très "sombre" sur ses albums depuis "Tarot" et de ses disques filtrent des atmosphères positives, colorées, inspirantes. Ça donne envie, ça fout le sourire sur le visage et ça insuffle une dose d'espoir dans le cœur. Rien que ça !

Vous l'aurez deviné, impossible d'aller en bas de quatre étoiles... encore. J'ai bien beau essayer de trouver des défauts majeurs à nos Madrilènes préférés... Pas de là à leur estampiller la note ultime, ils ont depuis belle lurette, dirait-on, mis une croix là-dessus. Ils se concentrent simplement à offrir des albums solides capables de solidifier leur réputation de princes romantiques, de souverains symphoniques, de créateurs de magie.

DARK MOOR, c'est le chantre-étoile qui aurait rapidement grimpé les échelons jusqu'à la cour du roi au Moyen-Âge, laissant ses poursuivants dans un épais brouillard. "Ars Musica" le prouve pour la neuvième fois.

Les vendus suivront la parade, les autres vont geindre que c'est du pareil au même. Choisissez votre camp... pour les bonnes raisons !

A lire aussi en METAL SYMPHONIQUE par MEFISTO :


EDENBRIDGE
The Bonding (2013)
Ah ça, pour une surprise !




PATHFINDER
Beyond The Space, Beyond The Time (2010)
Le prochain RHAPSODY ? Le futur du Metal Sympho ?

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez



Par MEFISTO




 
   MEFISTO

 
  N/A



- Enrik Garcia (guitare)
- Mario Garcia Gonzalez (basse)
- Roberto Cappa (batterie)
- Alfred Romero (chant)


1. Ars Musica (intro)
2. First Lance Of Spain
3. This Is My Way
4. The Road Again
5. Together As Ever
6. The City Of Peace
7. Gara And Jonay
8. Living In A Nightmare
9. El Último Rey
10. St. James Way
11. Spanish Suite (asturias)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod