Recherche avancée       Liste groupes



Moyenne établie
sur la base de
99 commentaires notés  
[?]



Metallica
...and Justice For All

le 30 Octobre 2010 par BLACKENEDCHRIST


Encadré d'une part par le mythique "Master of Puppets", qui constitue l'apogée thrash de METALLICA, et d'autre part par le "Black Album", ouverture plus heavy et tournant plus commercial qui va asseoir la popularité des Américains auprès du grand public, la place de "...And Justice For All" est assez particulière.

C'est d'abord la dramatique disparition de son bassiste de génie, Cliff Burton, qui ampute douloureusement le solide line-up qui a amené METALLICA au sommet du thrash, et qui provoque la première forme de rupture. C'est sans doute également la grandeur et la réussite absolue de "Master Of Puppets" qui oblige le groupe à aller plus loin et plus profondément dans son œuvre créatrice. Enfin, la dureté et la noirceur de cette période pour les musiciens ne sont sans doute pas pour rien dans la teneur du disque dont il est l'objet.

Si on devait choisir l'album le plus noir de la discographie de METALLICA, ce ne serait pas le "Black Album", mais bien "...And Justice For All", malgré la blancheur de sa pochette. Le premier titre, "Blackened", respectant la trame des albums de METALLICA d'alors, est un titre thrash sans fioriture, particulièrement violent et rapide. Le côté monumental et presque symphonique des premières notes de "Battery" est oublié ; les riffs sont plus épurés, le titre particulièrement âpre et dépouillé. Impression largement renforcée par la production très particulière du disque.

Abordons ce sujet sans attendre, tant il est polémique. Il est vrai que sur l'album, la basse est très discrète, masquée par des guitares au son puissant et froid. Et encore en avant, une batterie omniprésente (omnipotente), qui joue les premiers rôles et occupe un sacré espace. Certains crient au loup, estimant que du coup la qualité sonore en pâtit. J'admets que la musique de METALLICA devient du coup très froide, presque déshumanisée. Pourtant, peut-être est-ce l'habitude, je trouve que cette « faute » technique se colle au final parfaitement avec l'esprit du disque. Mais nous en parlerons plus loin...

Poursuivant sa trame conventionnelle, METALLICA propose donc en deuxième titre le morceau éponyme, long et plutôt lent. "...And Justice For All" va cependant beaucoup plus loin que ses glorieux prédécesseurs. Le côté progressif que l'on a parfois collé à METALLICA prend toute sa signification dans les enchaînements répétés mélodie en son clair / riff ultra lourd. Le résultat est implacable, oppressant. Le rouleau compresseur est en marche et ce morceau monumental et imposant, à la fois technique, léché et très austère procure un sentiment glacé et angoissant quand on arrive au bout des presque 10 minutes. Précision importante : METALLICA, déjà coutumier du fait, a encore rallongé la durée des titres, ce qui confirme là aussi une évolution plus prog.

Le métal noir, austère, dépouillé mais technique et pointu de METALLICA se retrouve quasiment tout au long de l'album, particulièrement dans des titres massifs, lents, implacables, où les rythmiques souvent réduites vous martèlent la tête, bien aidées en cela par Lars Ulrich qui martèle sa batterie comme jamais. Seuls les soli toujours aussi exquis et fins de Kirk Hammett apportent une bouffée d'oxygène dans la sévérité du paysage musical. On peut évoquer dans ce registre les chansons "The Eye Of The Beholder", "The Frayed Ends Of Sanity" ou encore le fameux "Harvester Of Sorrow" et son riff aussi célèbre qui symbolise à lui seul la teinte de l'album. Seul "The Shortest Straw", bien que de contenu comparable, bénéficie d'un tempo un peu plus rapide.

Pour autant, le disque est loin d'être indigeste, car entre ces longues minutes d'intransigeance, METALLICA nous sort un bijou : la fausse ballade "One", morceau somptueux, plus de sept minutes d'un bonheur rare mêlant noirceur, émotion, souffrance, colère quand au fil des minutes, l'intensité métallique augmente pour finir sur du thrash sublimé par le long solo de Kirk Hammett. Autre titre mythique qui vient varier les plaisirs, c'est l'instrumental "To Live Is To Die", poignant hommage à Cliff, lancinante et tellement sombre qu’elle en devient un monument de morbidité... Impressionnant.

Enfin, comme pour signifier la conclusion finale de sa période thrash, METALLICA nous offre "Dyers Eve" : ce que je considère pour ma part comme le morceau le plus violent et le plus rapide de toute la discographie du groupe. Technique, époustouflant dans la brutalité de ses accélérations, le morceau tourne à la démonstration, presque comme pour montrer une forme de suprématie absolue.

En conclusion, "...And Justice for All" pourrait être perçu comme un aboutissement artistique du METALLICA première époque. Le groupe est parvenu à un dépouillement incroyable sans pour autant perdre la consistance technique et artistique de sa musique. Celle-ci n'a jamais été aussi oppressante, violente, obscure. Complexe, froide, parfois presque contemporaine mais d'une richesse sous-jacente incroyable. Ce disque est par conséquent difficile d'accès, long à appréhender, exigeant pour ses auditeurs, ce qui n'est le cas pour aucun autre album de METALLICA. Pourtant, avec l'âge et le temps, il est devenu mon disque favori de METALLICA, car le plus riche en émotion, le plus profond et le plus personnel. Inclassable et forcément unique.

le 27 Juin 2010 par CHARLOT


Selon moi, cet album est d'une rare force émotionnelle, il ne laisse en aucun cas l'auditeur indifférent. Cependant, n'est-il pas un peu :
- excessif (voire pathétique ?) ?
- longuet ?
Un bilan mitigé au final, car l'atout principal de la galette est aussi sa grosse faiblesse, un manque d'équilibre agréablement dérangeant, et chiant à la fois : ils en font trop, cet album est carrément lunaire par moments (l'album aurait vraiment gagné à être raccourci je pense). Je ne pense pas qu'un album Thrash puisse être vraiment qualifié d'intelligent (en réponse aux commentaires précédents), si c'était le cas, les Mets auraient varié un peu leur style, plutôt que de se concentrer sur une seule et unique émotion qui semble être la frustration.
Cet album a des qualités indéniables : de bons riffs, une rythmique béton, les soli parfaitement maîtrisés quoiqu'assez convenus, une force émotionnelle qui place cet album un peu à part ;
Mais aussi des défauts : morceaux trop longs en général, ça tourne en rond, le côté pathétique un peu exagéré (genre : "Dieu soit maudit" !! "On a perdu notre amis" !! "C'était le meilleur on est foutu sans lui" !!! "Ya plus de justice dans ce monde de merde" !!!! - il est d'ailleurs intéressant de voire les textes assez faussement profonds je trouve...).

Pour la polémique déclenchée par les précédents avis, elle est simplement puérile et sans intérêt, et reflète bien l'absence de prise de distance de certains chroniqueurs. Refuser d'accepter qu'un avis soit différent du sien est un signe d'intolérance et de fermeture d'esprit - même si je reconnais que 1/5, c'est vraiment dur - (désolé pour le côté moraliste, mais bon, il faut bien calmer un peu le jeu !!

le 10 Juin 2010 par FIFIX


Aaaaah, ... "And Justice For All", mon préféré de METALLICA avec "Kill'em All". THE album. L'album de la polyvalence, la technique, la rapidité, la mélodie, etc. METALLICA a vraiment montré au monde qu'eux seuls sont capables de sortir un album aussi bien.

Dans l'ombre de son grand frère, "AJFA" est tout de même, à mon avis, une version améliorée de ce dernier, qui mérite parfaitement un 5/5.

le 09 Janvier 2010 par MALDOROR


Le seul album qui respire le vrai (a part p'tet "St Anger", mais honnêtement, des milliardaires en crise, ça me fait rigoler. Lars Ulrich et James Hetfield ne voient même pas qu'ils se sont fait bouffer par l'industrie) dans toute leur carrière, le seul que j'écoute avec plaisir et donc, que j'écoute encore tout court et le seul que je commenterai, on va pas se fâcher. METALLICA est pour moi un groupe très faux. Il aura quand même fallu que leur pote crève pour avoir un disque authentique, où ils laissent parler leur personnalité. Avant, c'était la jeunesse un peu relou, comme le pote un peu con, qui aime la bière et qu'est un peu beauf et pas très futé. Après, les businessman aussi authentique que Sarko quand il dit que Segain était son pote ou qu'il est le président du pouvoir d'achat. Vous l'aurez compris, METALLICA est en fait l'archétype du groupe de Metal que je n'aime pas.

J'ai pas vraiment grand-chose à ajouter à part que j'admire l'effort de diversité et d'originalité dans les compos par rapport au reste. La batterie sonne mal mais elle me gêne pas comme dans "St Anger". Le meilleur album du "meilleur groupe de Metal de tous les temps" (HAHAHA) vaut bien quand même 4/5. Le cri pour une fois vient du coeur et METALLICA est sincère dans sa douleur, en plus de bien composer sur cet album. Et qu'on arrête de dire que METALLICA est le roi parce qu'ils ont inventé le Thrash Metal. C'est un argument débile qui ne prouve absolument rien.

le 02 Janvier 2010 par KINGKILLING


Voici le chef-d'oeuvre de METALLICA !
Le premier album de METALLICA avec Jason Newsted.
L'album s'ouvre (comme sur les trois précédents albums) par le furieux "Blackened" avec un bon solo. Pour moi, cette chanson est mieux que "Hit The Lights".

Puis on enchaîne avec la gourde de l'album "...And Justice For All", qui est vraiment trop long et trop ennuyeux avec un solo un petit peu raté.

Puis vient le très Heavy "Eye Of The Beholder".
Et là arrive le chef-d'oeuvre de METALLICA et de l'album, "One", semi-ballade avec son début calme et un refrain accrocheur et une fin Thrash et un solo tout simplement énorme.

Puis vient le rapide "The Shortest Straw" (ma mailleure chanson). Puis arrive le culte "Harvester Of Sorrow".
Après, on retrouve une chanson mise en arrière, "The Frayed Ends Of Sanity", avec un refrain bien ancré.

L'album se poursuit avec l'incroyable instrumental "To Live Is To Die" parole et chanson signée Cliff Burton.
Et l'album se finit par le violent et destructeur "Dyers Eve" où Hetfield raconte son enfance gâchée par la religion.

Un album culte qui restera un album culte pour toujours.
L'album s'est vendu à plus de 13 millions d'exemplaires.













1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod