Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (8)
Metalhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1971 Thin Lizzy
1972 Shades Of A Blue Orph...
1973 Vagabonds Of The West...
1974 Nightlife
1975 Fighting
1976 Jailbreak
  Johnny The Fox
1977 Bad Reputation
1978 Live And Dangerous
1979 Black Rose : A Rock L...
1980 Chinatown
1981 Renegade
1983 Thunder And Lightning
  Life
 

- Style : Horisont, Crash Kelly
- Membre : Dare, G-force, Wami, Tygers Of Pan Tang
- Style + Membre : Wild Horses [uk], Phil Lynott , Msg, Black Star Riders, Gary Moore

THIN LIZZY - Fighting (1975)
Par DARK BEAGLE le 13 Septembre 2018          Consultée 200 fois

La pochette annonce une certaine violence, aussi il ne faut pas trop s’y fier : THIN LIZZY reste bien plus subtil que ça. Prenez "Rosalie", une reprise de Bob SEGER, clin d’œil qui rappelle que les Irlandais ont tourné avec le bonhomme aux États-Unis. Par rapport à l’original, ça pulse déjà bien, même si ça reste bien gentillet de nos jours. L’interprétation est agréable même si elle n’est pas transcendante, mais en live, le titre devient une véritable machine de guerre. Ce n’était peut-être pas la meilleure des idées de placer ce morceau en ouverture, mais il met gentiment l’ambiance.

Parce que "Fighting" n’est pas l’album qui fait parler la poudre. Oh ! Bien sûr, il y a des morceaux typiquement Hard Rock, mais ce qui ressort le plus de ce disque, c’est la sensibilité d’un groupe. Les chansons sont riches en mélodies somptueuses, où les guitares ont la part du lion, avec ce jeu à la tierce, déjà utilisé par WISHBONE ASH et qui fera tout le charme de IRON MAIDEN par la suite. Et chez THIN LIZZY, cela va s’avérer brillant, Phil Lynott va ainsi tisser des canevas luxuriants sur lesquels il va poser sa voix, entre agressivité, nuance et mélancolie gorgée de Soul.

Parce qu’il ne faut pas se leurrer : si les musiciens qui l’entourent sont tous très bons dans leur domaine, c’est Phil Lynott, métis à la coupe afro, né en Angleterre mais profondément fier d’être irlandais, qui attire tous les regards. Avec sa sensibilité à fleur de peau, il dégage quelque chose de fascinant, son chant peut aussi bien exalter qu’exciter, voire troubler et provoquer un serrement au cœur. Les trois premiers albums avaient posé les premières fondations, "Nightlife" avait commencé à affiner les choses, "Fighting" va être l’album de la maturité pour Phil Lynott, celui qui sera caractéristique de la période dorée qui suivra.

Difficile, en effet, de rester insensible face à "Wild One" ou à "Ballad Of A Hard Man". Ils ne sont peut-être pas les morceaux les plus connus du groupe, parce que parus avant le raz-de-marée "Jailbreak", mais ils dégagent quelque chose de fort, tout en subtilité. Les musiciens n’étaient pas du genre à avancer avec de grosses bottes d’égoutiers, ils étaient tout simplement justes, rarement de notes en trop, jamais de couplets insignifiants. Bien sûr, il y a des morceaux plus faibles, "Silver Dollar" ou "Freedom Songs" s’avèrent en-deçà du reste, tout n’est pas parfait sur ce disque.

Mais le fait que Lynott ait repris les choses en main au niveau de la production après la passage raté de Ron Nevison sur "Nightlife" va aussi mettre le groupe en valeur. Il sait comment THIN LIZZY doit sonner et il ne se trompe pas. Bien sûr, certains diront que ça ne sonne pas très Hard Rock, que c’est plutôt calme, mais là, c’est un fait de composition. Si l’on se penche sur "Fighting My Way Back" et surtout sur "Suicide", nous sommes sur du lourd, du vicelard. THIN LIZZY, version Rock, c’est solide, les guitares hurlent, Lynott se fait plus sombre, plus rentre-dedans et se veut impérial. D’ailleurs, "Suicide" va longtemps rester un des incontournables de LIZZY sur scène.

"Fighting" est un très bon album qui sera également le premier à faire une belle percée dans les charts, annonciateur d’une période de succès pour le groupe. Victime de l’ombre de son petit frère, il est un peu oublié aujourd’hui, mais il est bon de le remettre en lumière de temps en temps, pour rappeler qu’il est le premier à définir clairement ce que sera le style de THIN LIZZY pour les années à venir, ce qui est loin d’être négligeable.

A lire aussi en HARD ROCK par DARK BEAGLE :


KINGDOM COME
In Your Face (1989)
Vous reprendrez bien une petite faciale ?




ZZ TOP
Zz Top's First Album (1970)
Certified blues


Marquez et partagez




 
   POSSOPO

 
   DARK BEAGLE
   FENRYL
   THIERRY

 
   (4 chroniques)



- Brian Downey (batterie, percussion)
- Scott Gorham (guitare)
- Phil Lynott (basse, chant, guitare acoustique sur "wild one")
- Brian Robertson (guitare, backing vocals)
- Roger Chapman (from family)
- Ian Mclagan (from the faces)


1. Rosalie
2. For Those Who Love To Live
3. Suicide
4. Wild One
5. Fighting My Way Back
6. King's Vengeance
7. Spirit Slips Away
8. Silver Dollar
9. Freedom Song
10. Ballad Of A Hard Man



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod