Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (7)
Questions / Réponses (4 / 22)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1984 Rock & Roll Secours
2018 Vinyle
 

- Style : MotÖrhead
- Membre : Blackstone, Satan Jokers
 

 Vulcain - Mr Jack (1232)

VULCAIN - Desperados (1985)
Par CITIZEN le 27 Septembre 2014          Consultée 1188 fois

Sur son deuxième album, VULCAIN effectue une régression totale. Si le premier album était déjà du Heavy burné et frontal qui sentait la fougue de la jeunesse, sur "Desperados" les deux Puzio, le Varez et le Lohezic perdent tout sens de la nuance pour balancer un Heavy intrépide et haletant où c’est la hargne qui domine totalement : ça fonce et tabasse sans arrêt, c’est un assemblage monolithique de riffs directs avec des soli qui se content d’aligner des notes sans y regarder deux fois, plus une batterie lancée dans un tchouka-tchouka quasi unique qu’on ne leur connaissait pas, parsemé de décélérations brutales avec breaks sur breaks qui envoient ta nuque valdinguer comme un mannequin de crash test si t’essayes de suivre le rythme ("Pour un Soir"). On voit la continuité avec les titres plus massifs et rentre-dedans de l’EP "La Dame de Fer".

VULCAIN nous vide totalement la tête en faisant suivre cette musique défouloir de beaucoup de ses textes les plus bas du front, absolument aucune ambition de ce côté là, que des beuglantes qui vous lâchent pas ("Pour un Soir" [plutôt "pour un souuarrrrh"], "Le Verre De Trop" ["le verre de trohoooo, c’est ton verre de trop"] , "Sur la Route"), entre le "TCHOUTCHOU GO !" qui débute l’album et Daniel qui gueule des trucs incompréhensibles (le début de "Sweet Lorraine" ?) c’est un vrai festival fracassant. Le tout baigné dans les riffs de cette guitare qui mérite bien son nom : électrique, ou plutôt électrocutée, qui braille et qui braille ses notes déchaînées comme si on l’avait branchée direct sur la centrale du coin. Il y a quand même une sorte de chanson langoureuse (surtout les suppliques vers la fin huhu, mais quels tombeurs ces gars là, d’ailleurs y a qu’à les voir poser avec leurs copines au dos de l’album) bien réussie pour varier le ton, "Si tu bas de l’Aile".

Sans contrainte de composition (sans composition ?), et surtout sans limite de vitesse, VULCAIN livre ici son album le plus brut, le seul en fait dans ce genre (à part les titres speed de l’album suivant, "Grand Prix" et "Les Plaisirs Solitaires", qui semblent limite issus de la même session). Un album à redécouvrir, plongé à jamais dans l’ombre massive de son grand frère : parce que pas assez défendu en live, à part avec le titre "Blueberry Blues" récemment, ou est-ce qu’à l’inverse cet album est moins représenté car moins apprécié ? Le perdant logique d’un duel avec les hymnes de "Rock’n’Roll Secours", "Desperados" handicapé par son bourrinage tête baissée ? Inutile de dire qu’il fait largement le poids et que ce serait cruel d’avoir à choisir entre l’un et l’autre.

A lire aussi en HARD ROCK par CITIZEN :


ATTENTAT ROCK
Attentat Rock (1983)
Hard rock

(+ 1 kro-express)



VARDIS
100 M.p.h (1980)
Fast and furious : back in time !


Marquez et partagez




 
   DAVID

 
   CITIZEN

 
   (2 chroniques)



- Daniel Puzio (vocals/guitars)
- Didier Lohezic (guitars)
- Vincent Puzio (bass)
- Marc Varez (drums)


1. Blueberry Blues
2. Richard
3. Sur La Route
4. Comme Des Chiens
5. Fuck The Polices
6. Sweet Lorraine
7. Le Verre De Trop
8. Si Tu Bats De L'aile
9. Pour Un Soir
10. Soldat



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod