Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

1983 1 Attentat Rock
1984 1 Le Gang Des Saigneurs
1985 1 Strike
 

- Style : Warning

ATTENTAT ROCK - Attentat Rock (1983)
Par CITIZEN le 8 Novembre 2020          Consultée 2748 fois

Le premier ATTENTAT ROCK est sorti chez un label sudiste décidément non-Metal, un peu par opportunisme, un peu parce que Devil’s Records n’avait pas encore été créé pour signer tous les ambitieux turbulents tricolores qui aimaient faire gueuler leur guitare et défoncer leurs grosses caisses. L’album des Avignonnais détonne complètement dans un catalogue où il se retrouve coincé entre une chiée de pochettes privilégiant les gros plans sur des visages avenants à la coiffure savamment ébouriffée, et se pose un peu là avec cette dinguerie de photo qui pourrait être sortie aussi bien d'une série B que d'un vrai JT des années soixante-dix. Façon de dire que quand on ne venait pas de Paris à cette époque on faisait avec les moyens du bord, quitte à monter en puissance plus tard : l’album est un échec relatif, ou (question de perspective) s’écoule aussi bien qu’on pouvait l’attendre d’un combo de Hard basé sur la Cité papale. Laissez s’écouler trois ans et c’est "Le Gang Des Saigneurs", le groupe est dorénavant affiché avec beaucoup d’éloges dans les colonnes d’Enfer Mag qui, quoiqu’en dise le complexe de persécution du "on chie sur tout ce qui est français monsieur ! ", ne trouve aucun problème à donner des coups de pouce dans ses pages à nombre de groupes hexagonaux.

Fun fact dont on se fout - impossible de déterminer si cet album est sorti en 81 ou 83, les sources multiples sont contradictoires. C'est pas marrant non ? Enchaînons, de toute façon c’était il y a quarante ans on est pas à deux ans près.

Commençons quand même par re-saluer leur signature chez un label local incongru, c’est peut-être le contexte de l’époque mais c’est quand même impressionnant. Et pour entamer le côté musical de la chronique par une comparaison pour les situer un peu, peut-être le plus grand compliment que je puisse faire à ce premier ATTENTAT ROCK, c'est de le comparer à WARNING. Même si ce dernier était peut-être plus ambitieux, ATTENTAT ROCK capture la même spontanéité, le même bonheur de faire alternativement hurler et fredonner les guitares, de se perdre occasionnellement dans des trips un peu distants, de ne pas se laisser enfermer et d'imprimer des tonnes de rebondissements. Une liberté qui s'exprime dans ces compos foisonnantes, ultra catchy et dans ses paroles qui font souvent sourciller et partent un peu dans tous les sens. Ce n’est pas pour chercher lequel des deux groupes avait le plus de mérite, quoiqu’il est intéressant de remarquer qu’à musique similaire (Hard Rock énervé n’ayant pas encore intégré les paramètres de la NWOBHM), les premiers WARNING avaient fait l’objet de la plus grosse offensive médiatique concernant un groupe de Hard en France depuis TRUST (et sans doute de la dernière tentative de vendre un nouveau groupe de Hard au mainstream). ATTENTAT ROCK, nada, ce qui ne l'empêchera pas de poursuivre sa carrière en métallisant le son et en collectant les lauriers, au moins dans les confins de nos frontières.

Si je parsème ma chro de tous ces noms un peu vieux jeu, c’est aussi pour marquer le coup - décidément, si dès "Le Gang Des Saigneurs" ATTENTAT ROCK est le prototype du combo de Heavy Metal français, le groupe semble encore à des années-lumière de tous ces codes sur ce premier album. Ces thèmes variés et qui donnent pas encore trop dans le cliché surfait, l’absence de surenchère viriliste, le côté extrêmement énergisant mais qui reste surtout adolescent, naïf, frais et chamailleur plus que tapageur, cette voix qui passe constamment de presque cristalline (pour un truc chanté par un gamin avec les poils qui dépassent du spandex donc dans l'absolu peut-être pas) à bien railleuse, etc : tout est très dépaysant et en contraste l’album suivant du groupe donnera l’impression que les musiciens se sont rangés dans la masse de la nouvelle vague de groupes français qui ringardisera WARNING et se coule plus aisément dans une esthétique Heavy Metal massifiée et uniformisée, de l’Angleterre à l’Allemagne jusqu’aux confins des clones de VENOM en Italie et en Pologne.

Metal ou pas, y a un truc magique aussi chez ATTENTAT ROCK c'est que chaque album, au-delà de la qualité générale de ses compos, a UN morceau absolument excellent qui domine tout le reste. Sur ce premier album, c'est "L'Enfer", morceau plus linéaire mais avec un riff presque atmosphérique et mélancolique qui vous pétrifie direct, qui sonne plutôt moderne et sombre par rapport au reste de l'album. Pour les paroles c'est à l'avenant : "Faut qu'tu t'retrouves en enfer, faut qu'tu t'retrouves en enfeeeeer, en enfer, eeeeeen eeeeeenfeeeeeer... ". et des "enfer yeaaah yeaaah" beuglés qui me font penser à Zouille sur je sais plus quelle piste de "Métamorphose" (celle où il crie *rires dans la salle*). C’est donc le titre le plus Heavy et le plus dramatique, le reste est plutôt du genre à faire rire - "Hard Core", pour les paroles, "Rock Star" qui fait trop dans un Hard Rock popisant imbibé de claviers outranciers, l’un des titres les plus faibles. Cependant, la minaude peut aussi réussir au chanteur, cf "Fin De Siècle" (et ses "tu changes de sujet, toi, tu changes de sujeeeet"). Sinon, le groupe se fait de la place pour des riffs Hard plus tranquilles ("Si Tu Me Tends La Main" et son refrain à reprendre à tue-tête). Quitte à name-dropper quasi tout l’album, je préfère signaler ici que "Rien Que Pour L'Argent" est aussi un excellent titre, avec donc "L’Enfer", plutôt que de faire une liste des meilleurs morceaux à la fin de la chro. À part ça, vous aurez remarqué que l’album part un peu dans tous les sens, ce qui est indiscutable bien que la maîtrise instrumentale, l’énergie et le bagout des musiciens en fassent un album assez lustré et sans faille, même lorsqu’il se fait le plus surprenant dans le contexte du siècle suivant où le mec à qui on va brailler "Sous le soleil du congoooooo" vient peut-être d’écouter du BLOOD ou ANAL VOMIT (bon il peut aussi bien s’être fait du URIAH HEEP ou du MSG, pour être sûr faudra mater sa veste à patchs à la loupe avant). Même si on ne peut pas dire que cet album soit calibré, est-ce que cet adjectif aura jamais été le meilleur compliment qu’on puisse faire ? Par contre, c’est le côté trop gentil qui en déroutera quelques-uns.

À noter que cet album, bien que pourtant beaucoup plus Rock et que j’imagine très efficace si bien interprété avec un son qui suit, est dorénavant complètement boudé sur scène par le groupe qui fait la part du lion au "Gang Des Saigneurs", qui est plus moderne (et donc encore plus daté) mais fait davantage album que tu vas écouter sur un parking au Party San, bien qu’il s’agisse également d’un excellent album. Pourquoi bouder cette part de son répertoire quand on a que trois albums après tout ?

N'en jetez plus, j'aurais jamais pensé dire ça mais la ressemblance et le renvoi irrépressible à tous les feelings que me procurent un WARNING est trop forte et j'irais quasiment jusqu'à placer les deux groupes au même niveau - pas mal pour un groupe dont on ne parle plus, il vient se placer là auprès de son collègue dont... on ne parle plus non plus, ou juste un poil davantage. Cherchez l'erreur !

A lire aussi en HARD ROCK par CITIZEN :


VARDIS
100 M.p.h (1980)
Fast and furious : back in time !




AKTOR
Paranoia (2015)
O.V.N.I métalloide pétaradant


Marquez et partagez




 
   CITIZEN

 
   DARK SCHNEIDER

 
   (2 chroniques)



- Pierre Brémond (basse)
- Hervé Raynal (guitare)
- Martial Van Zerger (batterie)
- Didier Rochette (chant, guitare)


1. Fais Ce Qu'il Te Plait
2. Rockstar
3. Hard Core
4. Briser La Glace
5. Rien Que Pour L'argent
6. Les Plages Du Congo
7. Fin De Siècle
8. Tends La Main
9. L'enfer



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod